Accueil

Inondations mortelles à Abidjan : Catastrophe naturelle ou corruption naturelle ?

Inondations mortelles à Abidjan : Catastrophe naturelle ou corruption naturelle ?

Inondations mortelles à Abidjan. Yako aux familles endeuillées et courage à toutes ces familles qui ont énormément perdu !

Dans tous les pays, des inondations se produisent très souvent à la suite de pluies diluviennes. Les causes de ces intempéries et pluies torrentielles sont aussi diverses que variées. Si dans certains pays elles sont essentiellement provoquées par de grandes tempêtes ayant pour cause le réchauffement climatique dû à l’émission des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, la situation est plus ou moins différente en Côte d’Ivoire.

Innocent Gnelbin, président de 2IDé

En Côte d’Ivoire, la faute est surtout humaine et tourne autour de l’incapacité des pouvoirs publics à tenir compte de la démographie galopante afin de mettre sur pied une véritable politique de logement à cet effet. Elle est aussi la résultante de l’incapacité à anticiper et à réagir promptement en cas de catastrophes par l’élaboration d’un dispositif sécuritaire de métier pour porter secours aux populations. A cette situation, s’ajoutent aussi la rampante dans notre société et même l’incivisme des populations qui agissent très souvent au mépris des lois prescrites.

Si la volonté de satisfaire la demande sans cesse croissante en logement, suscite de grands projets immobiliers sur des terrains aussi divers que sensibles, particulièrement dans la zone de la riviera. Si la réalisation de ces vastes projets immobiliers, est somme toute une initiative louable en vue de répondre à la demande exponentielle en matière de logement, il faut cependant noter que les constructions ne tiennent pas compte dans la plupart des cas des normes urbanistiques, écologiques et environnementales. Aussi, les constructions anarchiques parfois réalisées aux encablures des canalisations de drainage et des zones dangereuses, exposent les populations à des gros risques pendant la saison des pluies.

Les normes

ces faits d’inondation sont essentiellement la résultante de nos manquements et d’une faillite collective dans une société où l’enrichissement illicite relève de ce qui est normal

Les inondations de ce jour ont causé d'énormes dégâts à Abidjan
Les inondations de ce jour ont causé d’énormes dégâts à Abidjan

Abidjan se construit certes, mais malheureusement sans respect des normes de sécurité, avec une complicité tacite des pouvoirs publics. Et pourtant, le schéma directeur « du Grand Abidjan » sur l’urbanisation a été amélioré et étendu en 2015 pour désormais prendre en compte 19 communes au lieu de 13 au préalable. Ce schéma qui fait une projection de la population de 8 414 000 habitants en 2030, règle l’occupation des sols dans le « Grand Abidjan » avec une stratégie d’aménagement spatial. Dans le cadre de cette stratégie, plus d’une centaine de politiques sectorielles d’occupation du sol ont été adoptées. Ainsi, en fonction de la catégorie d’occupation des sols, les exigences d’urbanisme suivantes doivent être satisfaites. Au nombre de celles-ci, on peut citer : la surface minimum d’un lot de construction, la surface maximum d’un bloc d’habitation, le retrait par rapport à la route, les emplacements attenants voisins, la hauteur maximale de construction, le coefficient d’occupation des sols (COS) maximum, la clôture (mur), la distance avec les autres immeubles, la longueur de l’avant-toit ect.

A lire aussi : Inondations Abidjan, le bilan s’alourdit : 15 morts, voici les zones à risque

Dans le même ordre d’idées, les plans d’occupations doivent tenir compte des normes gouvernant la gestion du lotissement comprenant trois plans de lotissement dont :

  • Plan de lotissement administratif
  • Plan de lotissement d’habitation
  • Plan de lotissement villageois

Pour chaque plan, différents éléments d’urbanisme et de procédures d’approbations sont spécifiés par des décrets et arrêtés. Pour obtenir l’approbation, un plan de construction doit être soumis au Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme. La validation de ce plan, donne droit au promoteur immobilier ou à toute personne désireuse de construire un logement, à l’obtention d’un permis de construire, d’un certificat d’urbanisme, d’un certificat de conformité etc. délivrés par les services du Ministère de la Construction et de l’Urbanisme.

Négation des normes

Une femme est ses enfants piégés
Une femme est ses enfants piégés

Malheureusement, le non-respect de ces normes établies, sont l’une des principales causes des inondations ayant occasionné des pertes en vie humaine et des dégâts matériels considérables dans les quartiers de la ville d’Abidjan, au nombre desquels la Riviera Golf a payé un lourd tribut.

A l’instar de tous les quartiers et villes de notre pays, le quartier de la Riviera est certes en pleine extension, mais se construit dans une totale anarchie, sans tenir compte des normes urbanistes et écologiques en la matière. Notamment :

  • L’absence de canaux d’écoulement des eaux dans plusieurs zones,
  • Une dimension réduite des canaux d’écoulement et leur inadaptation par rapport à la densité des eaux de ruissèlement en cas de pluie,
  • Un encombrement des canaux d’écoulement et de drainage,
  • La construction sur les égouts d’écoulement,
  • Une forte concentration des constructions sur des sols forts sensibles tels que le bassin-versant de Bonoumin-Palmeraie,
  • Une concentration importante de l’habitat, des équipements et des infrastructures au-delà du seuil requis,

Analyse

La Côte d’Ivoire baigne dans l’impunité des actes de corruption, elle s’est installée dans la légèreté à tous les niveaux de notre échelle sociale

Vis-à-vis de ces faits en flagrante contradiction avec le « Schéma Grand Abidjan » et les lois sur l’urbanisation. Vu que ces constructions anarchiques se font avec l’accord du Ministère de tutelle qui délivre des permis de constructions sur ces sites, Il est fort évident que la responsabilité de nos pouvoirs publics est entièrement engagée. Mais alors comment arrive-t-on à contourner les normes dans ce pays, à tricher avec les règles que nous nous donnons ? Eh bien, la corruption et l’impunité en sont les principales raisons.

A lire aussi : Inondations à Cocody : De graves révélations sur la corruption à la base de morts et de dégâts

En réalité, les Ivoiriens s’amusent à se faire peur. Nous baignons tous dans un état de corruption consentie et légitimée aussi par le citoyen lambda que les animateurs de l’administration publique. Tant que nous pouvons contourner la réglementation, pour gagner en temps et en argent, nous le faisons pourvu que l’objectif soit atteint. Ni le corrupteur, ni le corrompu ne se soucient des conséquences des actes posés, le plus important étant les avantages individuels immédiats que peuvent procurer l’acte de corruption au détriment des intérêts de la collectivité.

La légèreté avec laquelle nous gérons des affaires qui engagent la vie des citoyens est consternante. C’est pourquoi, le postulat selon lequel ce qui est arrivé ce 19 Juin 2018, arrive ailleurs, constitue un fallacieux prétexte ne pouvant conduire au changement des comportements. Car si les intempéries sont imprévisibles du fait du changement climatique, il convient d’accomplir au moins ce qui est de notre responsabilité avant d’accuser les forces indomptables de la nature.

La Côte d’Ivoire baigne dans l’impunité des actes de corruption, elle s’est installée dans la légèreté à tous les niveaux de notre échelle sociale : l’éthique, la morale et l’intérêt général ayant été relégués aux calendes grecques, l’incivisme, les comportements non citoyens et peu recommandables sont érigés en maxime, avec la promotion de faux modèles et une gouvernance opaque.

Tant que le sommet ne donnera pas l’exemple, ce pays connaîtra ce genre de catastrophes inhérentes à nos propres turpitudes.

Comment peut-il en être autrement quand sur quatre chaînes de télévision privée admises à émettre sur nos ondes, la totalité des agréments est attribuée aux proches du régime. Peut-être que tout ceci commence aussi là.

Tant que le sommet ne donnera pas l’exemple, ce pays connaîtra ce genre de catastrophes inhérentes à nos propres turpitudes.

Non, ne nous méprenons pas, ces faits d’inondation sont essentiellement la résultante de nos manquements et d’une faillite collective dans une société où l’enrichissement illicite relève de ce qui est normal. Vous remarquerez que ceux qui ont l’audace de construire sur des voies de canalisation pensent être au-dessus de la loi, en se prenant pour des intouchables.

Il est temps que nous soignons l’une de nos plaies, notamment cette corruption ambiante qui gangrène notre société. Il y va de notre avenir à tous.

Innocent Gnelbin, Président 2IDé

Pages