Accueil

Interview de Priscillia Ludovsky : "C’est important que les femmes aient aussi leur mot à dire"

Interview de Priscillia Ludovsky : "C’est important que les femmes aient aussi leur mot à dire"

Nous avons interviewé Priscillia Ludovsky, figure du mouvement des gilets jaunes, à la manifestation des femmes ce dimanche à Paris. "Les femmes ne sont pas toujours mises en avant dans la société, donc même si tout le monde est concerné par les problèmes qu'on évoque depuis le début du mouvement, je trouve que c'est important que les femmes aient aussi leur mot à dire".

Révolution Permanente : Est-ce que tu peux nous dire pourquoi tu es venue aujourd’hui, en quoi tu penses que c’est important qu’il y ait une mobilisation des femmes parmi les Gilets Jaunes ?

Priscillia Ludovsky : Parce que je pense que les femmes ne sont pas toujours mises en avant dans la société en général, donc je trouve que c’est pas mal, même si tout le monde est concerné par les problèmes qu’on évoque depuis le début du mouvement, je trouve que c’est important quand même que les femmes aient aussi leur mot à dire, et qu’elles disent qu’on est d’accord avec ça aussi, on est inquiète pour l’avenir du pays, les enfants, les grands-parents, c’est une belle image de voir aussi que les femmes sont présentes et qu’elles ont aussi des choses à dire. Mais voilà, sans exclure les hommes ou quoi que ce soit, c’est juste une belle image de dire qu’on a aussi des choses à revendiquer.

R.P : Et sur l’état du mouvement en général, qu’est-ce que tu en penses ? On voit que ça a passé le cap 2019... Tu penses quoi de l’avenir du mouvement ?

P.L. : Je pense que ça témoigne que ce n’était pas juste de l’imagination comme certains ont pu dire au niveau du gouvernement, on pense beaucoup qu’on affabule sur nos inquiétudes, et en fait ça montre bien qu’il y a un grand malaise, il existe, il est réel et les gens s’ils sont là c’est pas pour rien...

R.P. : Et il y a beaucoup de répression, qu’est-ce que tu en penses ?

P.L. : Oui, quelles que soient les violences qui se passent, c’est catastrophique qu’il y ait tant de choses qui se passent. Ce qu’ils font au niveau des forces de l’ordre, lorsque par exemple hier ils nous ont empêché d’accéder à l’assemblée nationale, c’est ridicule parce que ça attise les confrontations, les violences, ça échauffe les esprits des deux côtés. C’est pas du tout productif, l’idée c’était d’avancer, de terminer sur la place et de se disperser, ce se serait terminé là. C’est dommage qu’à chaque fois ils bloquent, ils bloquent, ils bloquent, et que ça se termine comme ça s’est terminé hier.

R.P. : Et on voit qu’il y a beaucoup plus de répression qu’en 68, tout à l’heure les femmes pendant la manif ont réussi à forcer un point un barrage de policiers, ça te donne quoi comme image ?

P.L. : Qu’il y a un ras-le-bol ! On ne comprend pas pourquoi les
forces de l’ordre qui sont concernées par des conditions de travail déplorables ne
rejoignent pas le mouvement en tant que citoyens. Au bout d’un moment, lorsqu’on leur donne des ordres qui sont complètement ridicules comme le fait de passer sans gilet... Moi à un moment donné, je devais aller retirer des sous derrière eux et ils m’ont demandé de retirer mon gilet et ensuite de repasser avec mon gilet ! Ils ont des ordres ridicules et je me dis qu’au bout d’un moment, à quel moment on dit stop quand on reçoit des ordres ridicules ? Moi si j’étais salariée et qu’à un moment donné on me dit de faire quelque chose qui est débile, je le fais pas !

R.P : Et qu’est ce que tu souhaites aux Gilets Jaunes pour 2019 ?

P.L. : Qu’on lâche pas le combat parce qu’on n’est pas là pour rien et ont essaye d’avancer aussi sur le fond, parce que la forme c’est bien, mais c’est bien aussi d’avancer sur le fond, que l’on soit pas éternellement dans les rues à contester.

Propos recueillis par Maryline Dujardin