Accueil

Je me fous royalement du mariage royal

Je me fous royalement du mariage royal

Zzzzzzzzzz. Excusez-moi si je bâille, mais le mariage du siècle n’est que dans un mois et déjà, je suis écœurée d’entendre parler de l’union du prince Harry et de la roturière Meghan Markle. « Boring », comme on dit à Buckingham Palace.

Pourquoi les médias perdent-ils tellement la tête devant la famille royale ? Un conte de fées ? Vous voulez rire !

GOD SAVE THE QUEEN

Les journalistes ont parfaitement le droit de s’émoustiller devant tout ce qui touche de près ou de loin la famille royale. Mais on aimerait bien qu’ils fassent preuve devant cette famille du même sens critique qu’ils appliquent aux autres aspects de notre société. Autrement dit, keep calm !

Depuis l’annonce des fiançailles princières, le 27 novembre 2017, rien ne nous est épargné. De quoi a l’air le faire-part, qui va faire la robe, quelle saveur pour le gâteau. Il n’y a que la couleur des bobettes des demoiselles d’honneur et la taille des cure-dents pour tenir les petits sandwichs pas de croûte qui n’ont pas encore été décortiquées, disséquées, analysées.

Dans les magazines féminins, c’est la surenchère. Des femmes majeures et vaccinées qui laissent de côté tout restant de dignité pour s’extasier devant la bague de fiançailles, le baiser, le prince charmant tellement charming, comme des petites filles rêvant devant un film de Disney.

Je ne peux pas croire qu’au moment même où les femmes se tiennent debout et revendiquent leurs droits, des hordes de midinettes s’excitent le pompon à cause d’une femme de carrière qui va abandonner sa job pour épouser le prince charmant !

Meghan Markle avait une brillante carrière de comédienne devant elle, grâce entre autres à son rôle dans la série Suits. Et elle laisse ça pour aller découper des rubans et travailler auprès des œuvres de charité... choisies par l’entourage de son mari.

C’est ça votre idéal, mesdames, en 2018 ?

À l’heure où on dénonce les hommes qui imposent aux femmes des choix religieux, Meghan, qui est protestante, a dû se convertir, et a été baptisée et confirmée selon le rite de l’Église anglicane.

À ceux qui l’appellent déjà princesse Meghan, désolée de péter votre balloune, mais son titre officiel sera « Son Altesse Royale la princesse Henry de Galles ». Misère, elle va porter le nom de son mari ! Et les féministes ne disent pas un mot ?

Je pensais que j’avais atteint mon quota de « couverture royale », mais la goutte qui a fait déborder ma tasse de thé c’est quand j’ai vu les deux bandes-annonces du téléfilm Harry & Meghan : The Royal Love Story, qui sera diffusé le 13 mai prochain sur Lifetime (une semaine avant le mariage).

La dernière fois que j’ai vu autant de guimauve, c’était dans une boîte de Whippet. On dirait un roman Harlequin. Comme si Le Cœur a ses raisons se déroulait à Londres.

Le slogan du téléfilm est A fairy tale comes true (Un conte de fées qui se réalise).

La dernière fois qu’une actrice connue a épousé un prince, c’était Grace Kelly qui a laissé une formidable carrière d’actrice pour aller s’enfermer dans une prison dorée à Monaco. Et on ne peut pas vraiment dire que ça a été un conte de fées dans son cas, n’est-ce pas ?

Pages