Accueil

Johnny, Alain Finkielkraut et "le petit peuple blanc de France

Johnny, Alain Finkielkraut et "le petit peuple blanc de France

   Le "philosophe" raciste Alain FINKIELKRAUT, plus habitué des studios de radio ou des plateaux de télévision que des colloques de philosophie,  vient donc de récidiver à l'occasion des funérailles du chanteur de rock français Johnny HALLIDAY en déclarant sur RJ (Radio Juive) que "seul le petit peuple blanc de France  y a assisté et les non-souchiens brillaient par leur absence". 

   Tout naturellement, la twitosphère et la facebooksphère se sont déchaînées contre lui comme si elles venaient de découvrir que ce grand défenseur de "l'identité française", titre de l'un de ses récents pamphlets, faisait quasiment profession de vouer aux gémonies les Nègres et les Arabes installés en France. Or, face à ce genre de timbrés, l'ironie est une bien meilleure parade. Il aurait d'abord fallu rappeler, marteler même, que ce ne sont pas les Nègres et les Arabes qui ont chambre-à-gazé les ascendants de FINKIELKRAUT et même que des dizaines de milliers de Négros et de Bougnoules sont morts sur le front pour combattre le nazisme. Mein Kampf n'a pas été écrit en wolof ou en arabe que l'on sache !

   Hé zut, on est trop sérieux là !

   Bon, il aurait fallu d'abord se demander ce qu'est le fameux "rock français" dont se sont gargarisés tous les commentateurs à l'occasion des funérailles de Johnny HALLIDAY. Tiens, mais, pourquoi le mec, il a adopté un prénom et un nom à consonance anglo-saxonne ? C'est pas très français, ça ? Jean AULLIDET, ça aurait sonné plus Bourgogne ou Basse-Normandie, non ? Sinon question définition, tournons-nous vers un spécialiste, John LENNON en l'occurrence. Que disait-il à ce propos ? Ceci : "French rock is like English wine" (Le rock français c'est comme le vin anglais). Y'en a qui n'auraient pas compris des fois ? Ben, LENNON a voulu dire qu'étant donné l'impressionnant taux d'ensoleillement de l'Angleterre, il est normal qu'on y trouve les plus grands crus. Hum...

   Donc "le petit peuple de France" a adulé un rocker alors que le rock n'est pas français, un rocker qui a abandonné en plus son patronyme français (ou belge, c'est presque pareil), pour un plus prestigieux à ses yeux qui fleure bon l'Amérique. Amérique où d'ailleurs il est vite devenu un évadé fiscal. Ce qui fait que monsieur Marcel de Besançon, boulanger de son état, et madame Michu, gardienne d'immeuble à Paris, ont payé toute leur vie des impôts rubis sur l'ongle alors que leur rocker "national" avait fui le fisc français.

  Résumons : je me déleste de mon nom trop franchouillard (ou belgeouillard), j'adopte un style musical anglo-saxon, je planque mon fric en Suisse, je m'exile en Californie pour ne pas payer d'impôts et je me fait inhumer sous le soleil des Caraïbes (alors que Monsieur Marcel et Mme Michu se gèlent les miches en ce moment) et pourtant "le petit peuple de France" s'est massé sur les trottoirs au passage de mon cortège funéraire et m'a pleuré à chaudes larmes. Mieux : ce petit peuple ne sait même pas que c'est grâce à ses impôts que l'Etat a pu payer les dépenses engagées pour mon cérémonial funèbre. Heu, funéraire, je veux dire... 

   Hé, dites, les Nègres et les Arabes, z'étiez où ? Bandes de "non-souchiens", va ! Bon, moi, Johnny, je ne vous en veux pas, en fait, puisqu'on ne peut pas EN MEME TEMPS vous rejeter de la communauté nationale et exiger que vous participiez de gaieté de cœur aux grands moments de cette même communauté nationale. Vous voyez, Johnny est moins con que FINKIELKRAUT ! Bon, les gars, on est un petit peu pareil, vous savez car la Belgique c'est pas tout à fait la France quand même et donc question souche, mon origine est questionnable. Un peu moins que la vôtre certes, mais...

  Allez, repose en paix Johnny HALLIDAY ! Nombre de pseudo-intellos germanopratins t'ont méprisé toute ta vie et aujourd'hui, ils se servent de ta dépouille, comme l'a fait FINKIE, pour stigmatiser encore plus les Nègres et les Arabes. T'étais cent fois moins con qu'eux, même si t'avais ni agrégation ni doctorat...                                                                                                                       ***

 

Pages