Accueil

Kamel Daoud, premier écrivain en résidence à Sciences Po

Kamel Daoud, premier écrivain en résidence à Sciences Po

L'écrivain Kamel Daoud sera le premier écrivain titulaire de la nouvelle chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po. Rattachée au Centre d’écriture et de rhétorique, cette initiative inédite dans le paysage universitaire français vise à renforcer l'expression créative des étudiants et leur permettre de développer une réflexion critique et originale.

"Un espace de respiration et d'inspiration dans Sciences Po"

Avec cette chaire, Sciences Po "crée un espace de respiration et d'inspiration", a rappelé Frédéric Mion lors de l'événement de lancement du 30 janvier. "L'apprentissage de l'expression sous toutes ses formes nous semble essentiel pour percevoir,  penser et décrire le monde, a expliqué le directeur de Sciences Po. La création littéraire trouve donc pleinement sa place dans notre projet de formation à une époque où les injonctions à la réactivité et à la rapidité ne laissent que peu de place au temps réflexif de l'écriture et de la lecture".

Kamel Daoud, écrivain francophone de nationalité algérienne, a été choisi a l'unanimité par le comité de sélection de la chaire. Lauréat (entre autres) du Prix Goncourt du Premier Roman et du Prix François Mauriac pour Meursault contre-enquête, et du Prix Méditerranée pour Zabor ou les Psaumes, il dispensera des cours d’écriture intitulés "L’écriture à rebours" et "L’écriture, la lecture, et la construction du sens". Il animera également des master classes au sein des campus en région et participera à différents événements en lien avec la création littéraire. Chaque semestre, la chaire accueillera un nouvel écrivain.

"Réinventer l'universel par la littérature"

 

La chaire d'écrivain en résidence à Sciences Po

À l’occasion du lancement officiel de la chaire d’écrivain en résidence, mercredi 30 janvier, Kamel Daoud s’est exprimé sur le mythe de Jonas, qui pose la question de la littérature et de la “compétence” à l’universel pour l’écrivain. Autour de lui étaient réunis pour un dialogue sur les vertus de l’écriture et de la lecture plusieurs personnalités du monde des lettres : Leïla Slimani, écrivaine, Pierre Assouline, journaliste-chroniqueur-romancier et biographe, et Aurélie Filippetti, romancière et femme politique.