Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LA CANNE A LA RICHESSE

POEME DE JEAN S. SAHAI

{{Pour être fidèle à sa mission, refléter l'âme créole et ses meilleures expressions sans omettre la corde lyrique, Montray-Kréyol se devait aussi de donner à lire de la poésie.

Voici pour commencer un texte de Jean S. Sahaï, éloge adressé à la femme indienne des îles.}}

{{LA CANNE A LA RICHESSE}}

_ Femme indienne de l'ombre, allurée comme l'onde,
_ Dans l'oubli du souci de savoir d'où tu viens
_ Tu n'as pas dit ton mot dans ce créole monde,
_ Car tu fuyais le noir et vivais le blanc-seing.

_ Tes langues écrasées tu en perdis le sens,
_ Des rituels envolés tu gardas la prestance.
_ Des maîtres à passion tu allumais le feu...
_ Eux ne voyant en toi que poupée à cheveux!

_ Tu fuyais ta propre âme non revendiquée,
_ Mais tu ne perdis pas ton être nourricier,
_ Et tu fis de tes hommes et fils ouvriers
_ Des coupeurs et planteurs fierté de l'usinier.

_ Enfin on t'intégra dans le méli-mélo
_ Ton indianité fut livrée au fiasco...
_ Or ! ta richesse manque, oui l'ancestrale manne
_ Qui soutînt notre ancêtre et sauveur de la canne.

_ 30 juillet 2006
_ © {{Jean S. Sahaï,}}
_ {Indianessences} (à paraître).

{{NOTA :}}

«Pour beaucoup, la pensée indienne, les manières indiennes, les coutumes indiennes, la philosophie indienne, la littérature indienne, sont repoussantes à première vue.

Mais qu'ils persévèrent, qu'ils lisent, qu'ils deviennent familiers avec les grands principes qui servent de base à ces idées, et c'est quatre-vingt dix-neuf contre un que le charme viendra sur eux, et la fascination sera le résultat.

Lent et silencieux, comme la douce rosée qui tombe le matin, non vue et non entendue, et pourtant produisant un résultat très extraordinaire, a été le travail de cette race spirituelle calme, patiente, supportant tout, sur le monde de la pensée.»

_ Swami Vivekananda,
_ [http://tinyurl.com/3aw2vs->http://tinyurl.com/3aw2vs]
_ Le Message de l'Inde au monde.
_ 16 janvier 1897.

Photos : © J.S. Sahaï, et [http://www.ramakrishna.org/->http://www.ramakrishna.org/]

Ecoutez la flûte en bambou (bansuri) et la shehnai [ICI->http://www.goes.com/~mgreen/]

{{ {Cliquez sur les images pour les agrandir.} }}

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages