Accueil

LA CONCORDE PLUTOT QUE LA DISCORDE MAIS IL FAUT BIEN LE DIRE, L'HEMICYCLE N'EST PAS UN THEATRE DE BOULEVARD

Nady NELZY-ODRY
LA CONCORDE PLUTOT QUE LA DISCORDE MAIS IL FAUT BIEN LE DIRE, L'HEMICYCLE N'EST PAS UN THEATRE DE BOULEVARD

Samedi 8 avril, à Schoelcher, Louis Boutrin de Martinique Écologie,  a franchi le pas. Louis Boutrin est candidat pour le Nord, aux élections législatives en Juin prochain.  Ce prétendant habite le Carbet, sa quête est donc bien légitime car  depuis plus de dix ans, outre ses nombreuses activités professionnelles (ostéopathe, puis avocat, auteur essayiste, Conseiller du Carbet.), il est cet homme d'aujourd'hui, un martiniquais de ce vingt et unième siècle.

Le Carbet, voici là, dans ce Nord Caraïbe, une mairie dans laquelle Louis Boutrin dans son rôle d'opposition, a voulu pour la Martinique une direction à l'aventure humaine qui s'ouvre à chacun de nous.

Aussi ais-je envie de dire à quoi s'oppose le candidat à la députation du Nord.

En tout et pour tout,

à la gangrène de l'inertie, cet immobilisme qui depuis si longtemps contient dans une hébétude à nulle autre pareille nos régions, le grand Nord et le Nord Caraïbe en particulier.

L'agriculture, la pêche, l'aquaculture, le tourisme, fers de lance de notre économie, semblent être qu'une utopie, puisque rien ne vient atténuer le taux de chômage dont est victime le Nord.

En Communauté d’Agglomération du Pays Martinique  Les Nord ,  le Nord Atlantique et le  Nord Caraïbe  avancent tout doucement.

Mais faut-il dire que la stratégie de transition énergétique ne peut pas être  qu'un seul label mais qu'elle  doit être menée par des hommes de dossiers.

On ne saurait en vouloir aux dirigeants  de cette structure intercommunale, probablement  dépassés par l'ère  du modernisme dans laquelle nous vivons. Son président  était  l'un de ces athlètes martiniquais aux jeux olympiques de Munich en 1972. Quarante cinq ans après, il y a lieu d'aborder le sprint de la vie politique avec des éléments autres que ceux de  la bonne foi et de la volonté, car l’attitude intellectuelle qui caractérise la pensée moderne,  joue un rôle toujours  dominant dans notre société

Ceci pour dire que l'offre politique dans le Nord est désuète, aujourd'hui plus qu’hier. La politique est le dernier amusement du peuple, qui rit jaune car ceux qui la représente agissent comme leurs pères d'adoption, en vieux monarques de la révolution française. Face à eux, les citoyens ne se bousculent pas pour s’engager dans un parti, pas plus pour  voter.

Mais, Il est plus que  temps d'amorcer des changements d'organisation dans le système. L’État français et l'Union européenne sont partenaires pour des réalisations l’Énergie et EDF  et pas nécessairement pour l'édification d'un Jardin Culturel au Carbet,  construit sur  la nationale n°2, un site qui s'est vu interdit d'habitations pour cause de dangers d'éboulis. Ignorer dans le même temps  le jardin publique de la place des Arawaks,  crée en souvenir de l'héritage amérindien, et construire un espace presque muséal  en  l'honneur de Christophe Colomb, c'est mettre en place l'acculturation d'un peuple et d'une jeunesse qui à défaut de cours d'Histoire de la Martinique, connaît Wikipédia et  d'autres boulevard du savoir du Net.

Dans ce nouveau siècle, il y a nécessité pour les  électeurs d'avoir face à eux, des élus crédibles, jeunes, frais, porteurs d'une vision d'avenir. Les candidats et les électeurs  copains comme cochons,  le parachutage d'élus pour des petits arrangements de partis, n'ont plus lieu d'être et ne trompent personne. 

Si la Martinique est géographiquement petite, le Nord n'est pas le Centre. Plus qu'un législateur, le député du Nord de la Martinique sera un de ces contrôleurs de l'application des lois, car il y a urgence à interpeller l’État français face aux dangers qui pèsent sur l'environnement immédiat de notre pays Martinique. Nous voulons des  hommes et des femmes fiables, pour de  la politique et non pour des partis. L'hémicycle n'est pas un théâtre de boulevard !

Ah, le théâtre ! Il y avait longtemps me direz-vous. A me lire on pourrait supposer que c'est mon unique sujet de revendication.  Mais comment faire autrement, je suis de la Culture , un sujet dont tout le monde se moque désormais, ici plus qu'ailleurs!

Pourtant le Théâtre n'est pas  n'importe quel art et je n'apprends rien à personne en disant que c'est une activité  qui permet aux hommes  d'agir entre eux, dans le but de réorganiser la société. Qui tente de séparer théâtre et politique tente d'induire le citoyen en erreur. C'est pourquoi,  Nous, les théâtreux, nous que l'on dit gueux, nous poursuivrons notre chemin de Damas, jusqu'à l'obtention de ce qui nous manque le plus dans le Nord , un lieu  pour la Culture  et  pour l'Expression.

Je veux pouvoir m'adresser pour le Nord à un député qui permettra à  la Culture  et au théâtre en Martinique d'avoir un projet, que  l'on  nous donne une chance d'exister, avec une salle polyvalente et un Théâtre Populaire

Au regard du drame dû au Chlordécone et  dénoncé par Louis Boutrin,  il semble bien que ce soit cet homme là, ce député là , dont nous avons besoin pour le Nord, car  nous avons à travailler non seulement   pour le développement de notre région mais également sur ses attraits et l’intérêt que nos jeunes peuvent y trouver

Ce principe du développement durable que préconise Martinique  Écologie, c'est concilier une équité sociale en même temps que prendre en considération la préservation de l'environnement

Ces propos ne sont pas du simple verbiage, l'efficience d'un   homme et sa  verticalité face à l'étendue de la tâche qu'il y a à accomplir. Une tâche qui va loin dans le temps et dans la  pensée , trop loin, à n'en pas douter pour ces politicards de pacotilles qui se voient au Parlement comme ils le feraient sur un podium

Pour mieux démontrer le charisme de notre identité, la logique de voir l'économie à travers un prisme écologique est bien ce moyen qui nous permettra de protéger notre île.

Pages