Accueil

La dictature est "En marche", disent-ils...

   Ils font d'abord sourire, puis ils agacent, tous ces gens qui voient pointer une "dictature" en France suite à la victoire d'Emmanuel MACRON aux présidentielles, puis à l'écrasante victoire de son parti, "EN MARCHE", aux législatives. Qu'il soit l'homme de la finance et de la banque, on veut bien ! Qu'il défende les intérêts de la bourgeoisie ou d'une certaine bourgeoisie, on ne peut le contester ! Mais de là à déclarer qu'il est en train d'instaurer un système dictatorial, il y a un pas que seuls les malhonnêtes intellectuellement parlant osent franchir. Car enfin, l'élection présidentielle a bien été organisée sous la présidence de François HOLLANDE et du parti socialiste. Tous les candidats ont pu s'exprimer publiquement, même si les grands médias ont scandaleusement privilégié les "grands" candidats. Une dictature, elle, aurait d'abord interdit à tel ou tel candidat de se présenter (POUTOU et ARTHAUD n'auraient même pas pu s'approcher du bureau des inscriptions à l'élection) ; ou alors, elle aurait interdit tel ou tel meeting de tel parti ou saisi son journal, bloqué son site-web, arrêté ses militants lorsqu'ils distribuent des tracts etc.

   Rien de tout cela ne s'est produit.

   Ensuite, au premier tour Emmanuel MACRON a récolté 8,6 millions de voix. Personne n'a mis un revolver sur la tempe de ces personnes pour les obliger à voter pour un candidat de la banque. Et la France n'est pas la Papouasie-Nouvelle-Guinée (avec tout le respect que l'on doit avoir pour les Papous) : ses citoyens sont alphabétisés, scolarisés, ils disposent d'une multitude journaux de chaînes de radio et de télévision sans même parler de l'Internet et des réseaux sociaux. Qu'on ne vienne donc pas nous raconter que l'électeur qui a mis un bulletin pour MACRON a été manipulé ! Oh, le pauvre petit qui ne comprend pas que seuls MELENCHON, POUTOU ou ARTHAUD peuvent défendre ses intérêts.

   D'autre part, à qui fera-t-on croire que ces 8,6 millions d'électeurs sont tous des nantis ou des riches ? La France est bien la 5è puissance économique mondiale, mais elle n'est tout de même pas l'Arabie saoudite ou le Koweït. Le SMIG français, tout un chacun sait à quel niveau médiocre il se situe et s'il y a 1 million de riches en France, ce serait déjà beaucoup. Personne n'oblige un smicard à voter MACRON. Et quant au second tour de la présidentielle qui lui a permis de récolter 20 millions de suffrages, on ne peut pas dire qu'il les doive à MELECHON, POUTOU et ARTHAUD. Ces trois-là avaient "courageusement" refusé de choisir entre "la peste et le choléra".

   Et quand on en vient aux législatives et au raz-de-marée macroniste, à qui va-t-on encore essayer de faire croire que le pauvre électeur a été manipulé ? Les Français ont donné une écrasante majorité à l'Assemblée nationale à "EN MARCHE" et ils savent très bien ce que cela signifie. Un enfant de cinq ans le sait : toutes les propositions de loi du gouvernement passeront comme une lettre à la poste. Et il n'y a absolument rien de dictatorial dans cela. Il s'agit simplement d'une question d'arithmétique.

   Qu'on arrête donc de nous bassiner avec des jérémiades alarmistes sur une prétendue dictature "en marche" ! Les 8,6, puis les 20 millions de Français qui ont voté pour MACRON n'ont qu'à assumer les conséquences de leur vote...

Pages