Accueil

La fille du comédien et metteur en scène Hervé Deluge interpelle "France-Antilles"

Nora DELUGE
La fille du comédien et metteur en scène Hervé Deluge interpelle "France-Antilles"

Messieurs les journalistes du France-Antilles,

          Dans votre métier, votre point de vue ne devrait-il pas être objectif ? Pensez-vous que certains de vos lecteurs ne se rendent pas compte du fait que vous essayez d’inculquer une opinion dans la tête de ceux qui vous lisent? 

Je ne vais pas vous apprendre votre métier. Seulement, il me semble (et d’ailleurs tout le monde le sait), qu’avant d’être exploitées, les informations doivent être vérifiées.

 

          Je me permets de vous faire remarquer ceci: 

Depuis le début de l’affaire qui concerne Hervé Deluge face à la direction de l’Atrium… je suis forcée de constater, que tous vos articles sont à la charge de mon père. Nul doute sur le fait que ce soit lui l’agresseur. Mais il n’est absolument pas nécessaire d’aplatir une photo (édition du jeudi 30 mars 2017) à tel point que mon père finisse par ne même plus se ressembler et qu’il aie une allure « pas sympathique » qui ferait penser aux gens en voyant cette image « regardez sa tête, ça ne m’étonne pas ». De plus, est-ce une raison pour que vos articles soient emprunts à tant de mensonges à son égard, ou encore « d’omissions » à l’égard du directeur de l’Atrium? 

Je suis forcée de me poser la question… sur les liens familiaux qui unissent Monsieur Hassan Kassi Kouyaté et votre journaliste Monsieur Adams Kwateh..

Dès le 13 février, un article signé Adams Kouyaté raconte que mon père est arrivé comme une trombe dans les bureaux de l’Atrium, a cassé des ordinateurs, s’est pratiquement battu avec le vigile, ce qui est faux (évidemment, on suppose d’où viennent les sources…). Alors, amenez moi ces soit disant ordinateurs, car personne ne les a encore vus. Quant au vigile, il nie l’idée de bagarre et répète même plusieurs fois que mon père l’a suivi calmement.

Il y a une différence entre casser des ordinateurs et jeter quelques feuilles et dossiers posés sur un bureau. 

De plus, tout comme ces mensonges je tiens à souligner les fameuses « omissions » dans l’article de ce samedi 15 avril. Je parle du fait premièrement que l’argent demandé par Hassan Kassi Kouyaté en dommages et intérêts n’est (comme par hasard) nullement mentionné dans votre article et deuxièmement du fait que la saisie du pick up valant entre 12 et 15 000€ ayant servi à commettre l’acte aie été saisi.

Mais bon… Laissons cela…

 

          Chers journalistes, j’ai envie de vous demander de vous souvenir qu’il y a eu dans ce pays un journaliste d’investigation nommé André Aliker. Je n’ai pas fait d’études de journaliste, mais il me semble que la logique aurait voulu, au vu des faits, une enquête sur le fonctionnement de Tropiques Atrium. Allez, je vous donne un indice, tout est sur internet. Vous n’avez qu’à taper « Avignon 2016 spectacle de Martinique » et compter combien de Martiniquais sont présents ou encore combien de fois le même nom apparaît, par rapport au nombre de spectacles produits.

N’ayez pas peur, vous ne subirez en aucune façon le sort d’André Aliker. 

Et n’oublions pas de nous poser les bonnes questions. Comme par exemple… 

Si mon père s’en sort mieux que certains ne l’auraient voulu, c’est parce que les juges ont vu et entendu des choses que VOUS ne montrez pas au public… Pourquoi ? Ou encore.. Pourquoi ce silence assourdissant de Tropiques Atrium?

 

 

PS: Mon père a toujours son comité de soutien, mais c’est en homme seul qu’il est entré dans l’Atrium, et c’est en homme seul qu’il a décidé d’entendre la sentence, avant d’être rejoint par ses amis à la sortie du tribunal.

Quant au comité de soutien, il vous invite le vendredi 21 avril à 20h au Grand Carbet du parc floral Aimé Césaire où une quarantaine d’artistes tiendront un concert de soutien à Hervé Deluge pour le prix de 10€.                

   

Nora Deluge.