Accueil

La génération à zéro...

La génération à zéro...

   Un pays ne peut pas, surtout un pays minuscule comme la Martinique, produire des esprits brillants à chaque génération. Déjà que notre tête d'épingle, qui ne figure même pas sur les mappemondes, a réussi l'exploit de placer trois des siens (Aimé CESAIRE, Frantz FANON et EDOUARD GLISSANT) au firmament de la pensée mondiale et ce faisant à exister tout simplement, il ne faudrait pas être trop exigeant.

   Certes, mais il y a des limites à la médiocrité.

    Il y a un seuil en-dessous duquel il nous est tout de même interdit de descendre sous peine de faire injure au trio que nous venons d'évoquer ainsi qu'à d'autres moins prestigieux, mais dont l'apport honore la Martinique. La grandit surtout. Car, mis à part peut-être le sport, dans quasiment tous les domaines (médecine, littérature, université, politique, économie, musique etc.), la Martinique a toujours su se hisser aux premières places. Première place en cardiologie avec le Pr VALERE, première place en orthodontie avec le Pr ROY-CAMILLE, président de l'Académie française de médecine dentaire, et tous ces maîtres de conférences et professeurs d'université martiniquais ou d'origine martiniquaise qui peuplent les établissement d'enseignement supérieur de l'Hexagone. Sans même parler de tous ces jeunes entrepreneurs branchés sur les NTIC et qui créent des start-up aux quatre coins de ce même Hexagone.

   Au pays même, nous avons eu en littérature Joseph ZOBEL, en philosophie René MENIL, en politique Georges GRATIANT, Pierre ALIKER, Casimir BRANGLIDOR, Camille DARSIERES, Emile MAURICE, Claude LISE, Alfred MARIE-JEANNE etc., en musique MALAVOI, Eugène MONA, Jocelyne BEROARD etc., en cinéma Euzhan PALCY, MAHARAKI etc., en économie les groupes HAYOT, PARFAIT, HO-HIO-HEN, ELISEE etc. Bref, la Martinique, en dépit de la lutte des classes, en dépit des oppositions ethniques qui la traverse, en dépit du cul-de-sac dans lequel elle a fini par s'enferrer suite à la loi de départementalisation de 1946, en dépit du désastre démographique qui la guette, a toujours su garder la tête hors de l'eau.

   Pour l'instant du moins....

   Or, voici qu'elle est en train de glisser insensiblement au creux de la vague, au creux d'une vague d'effroyable médiocrité déjà visible au plan politique, journalistique, universitaire, culturel etc..., vague qui menace de la submerger à plus ou moins moyen terme. Des médiocres, bouffis de prétention alors qu'ils ont la cervelle vide et qu'ils sont totalement incultes, arrivistes dans l'âme, totalement dénués d'idéologie, dépourvus de toute forme d'éthique et de morale, tiennent ou s'efforcent de tenir le haut du pavé sans que personne ne cherche à s'opposer à eux ou à les démasquer. Ils et elles se voient déjà tenir entre leurs mains le pouvoir politique, médiatique, universitaire, culturel etc. et bombent le torse, emplis de l'arrogance des imposteurs.

   C'est la "Génération à zéro"...

Pages