Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LA LIGNE EDITORIALE DE « MONTRAY KREYOL » : PRO-GREVE GENERALE…

En tant que responsable du site MONTRAY KREYOL, j’ai été interpellé par des internautes et diverses personnes souhaitant connaître notre position quand à la grève générale qui secoue la Guadeloupe et la Martinique et donc la ligne éditoriale qui est la nôtre.

Notre équipe éditoriale est composée de gens aux sensibilités politiques assez différentes, mais qui s’entendent au moins sur deux points :

. nos pays doivent pouvoir accéder, d’une manière ou d’une autre, à la pleine et entière souveraineté
. nous devrons nous atteler à construire un système politique et économique qui soit favorable aux larges masses et non à une minorité comme c’est le cas aujourd’hui.

C’est dire que MONTRAY KREYOL, tout publiant régulièrement textes et communiqués émanant du PKLS, du MODEMAS, du MIR, du PALIMA, de l’ASSAUPAMAR, du LKP, de l’UGTG etc…n’est le porte-parole d’aucun de ces organisations en particulier.

Nous ne sommes les porte-paroles que des peuples guadeloupéen, guyanais et martiniquais ainsi que de tous les peuples sous domination de part le monde (Palestiniens, Tibétains, Basques, Amérindiens, Kanaks etc…).

Notre ligne éditoriale, dans les circonstances présentes, est donc très claire à savoir :

- soutien total au mouvement de grève générale dans nos différents pays jusqu’à ce que les justes revendications exprimées par nos peuples soient satisfaites.

Mais, cela ne nous interdira pas, de temps à autre, de publier des textes critiquant ce mouvement ou allant à son encontre.

La lutte ne doit pas étouffer le débat.

Raphaël Confiant

Pages