Accueil

La mémoire de l'historien Léo Elisabeth honorée

Raphaël Confiant
La mémoire de l'historien Léo Elisabeth honorée

   Ce vendredi 25 mai, la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université des Antilles organise un colloque dédié à l'historien Léo ELISABETH, décédé en décembre 2016, qui fut l'un des pionniers dans l'étude de la formation de la société martiniquaise au début de la colonisation, au XVIIe siècle donc. Un aéropage d'historiens se penchera sur ses différents thèmes de prédilection d'un homme s'est également intéressé à l'univers de "l'Habitation", à l'esclavage, aux Libres de couleur, à la Révolution anti-Esclavagiste de 1848, à l'œuvre de Victor Schoelcher, au Temps de l'Amiral ROBERT etc.

   Travailleur infatigable, esprit original et érudit, il a publié, sur un demi-siècle, une bonne centaine d'articles ainsi que le monumental ouvrage intitulé La société martiniquaise aux 17ème et 18ème siècles, 1664-1789 (Éditions Karthala, 1998). L. ELISABETH, agrégé et docteur d'Etat, a également été inspecteur pédagogique régional, contribuant à former des générations de professeurs d'histoire du secondaire. Ses anciens élèves du lycée Schoelcher où il exerça longtemps, dont j'ai eu la chance de faire partie, cela de la classe de Seconde à la Terminale, ont gardé de lui l'image d'un enseignant rigoureux, sévère même, mais sachant faire preuve d'un humour pince-sans-rire quand cela s'avérait nécessaire. Même quand certains d'entre nous n'étaient pas d'accord avec sa vision de tel ou tel événement, il savait nous respecter à une époque où pourtant la parole du maître était quasiment parole d'Evangile.

   Enseignant, historien qui présida durant des décennies la Société d'Histoire de la Martinique, L. ELISABETH a eu une troisième corde à son arc : la vulgarisation scientifique. Ainsi n'a-t-il pas hésité à faire toute une série d'émissions sur ATV qui furent appréciées du grand public et qui éclairèrent ce dernier sur bien des points mal connus ou obscurs de notre histoire tri-séculaire. Intitulée "UNE COMMUNE-UNE HISTOIRE", cette émission a trouvé une forme éditoriale au travers d'un bel ouvrage, co-écrit avec sa fille, Cécile BERTIN-ELISABETH, agrégée d'espagnol et docteur en études hispaniques, actuellement doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Université des Antilles : "LE GRAND LIVRE DE MA COMMUNE. MON HISTOIRE. Vol. 1 LE SUD DE LA MARTINIQUE".

   Outre cet hommage rendu par une Faculté des Lettres et Sciences humaines qui possède un solide département d'histoire, peut-être serait-il judicieux de créer un Prix Léo ELISABETH qui récompenserait chaque année la thèse de doctorat ou l'ouvrage d'un jeune historien. Prix qui serait cofinancé, par exemple, par ladite Faculté, la ville de Schoelcher et la CTM...

Pages