Accueil

LA RONDE INFERNALE DES "BRADJAK" DEPUIS 2 MOIS

LA RONDE INFERNALE DES "BRADJAK" DEPUIS 2 MOIS

 Les postes de police et commissariats de la Martinique sont inondés de plaintes depuis deux bons mois.

 Motif ? Le vacarme assourdissant des "bradjak", ces véhicules hors d'usage qui sont retapés pour les défilés carnavalesques, plus précisément les 4 jours que durent ceux-ci (du dimanche gras au mercredi-des-cendres). Si cette spécificité du carnaval martiniquais témoigne de l'ingéniosité populaire et s'il est hors de question d'en demander l'interdiction, est-il admissible que deux mois avant le carnaval, des individus fassent rouler des "bradjak" nuit et jour dans les différents quartiers de la conurbation Schoelcher/Fort-de-France/Lamentin ?
 Car cette ronde infernale, qui se déroule plus à la tombée du jour que pendant la journée, dépassant de loin les seuils admis en matière de décibels, importunent gravement les riverains, en particulier les personnes âgées. Il n'est, en effet, pas rare que les brusques pétarades d'un "bradjak" vous réveillent en sursaut au milieu de la nuit et continuent pendant dix, vingt, parfois trente minutes dans le même quartier.
 Il existe une loi sur les nuisances sonores qui, de toute évidence, n'est pas appliquée à la Martinique. Si l'on comprend tout à fait, traditions locales obligent, que ladite loi soit provisoirement suspendue durant les 4 jours de festivités carnavalesques, on comprend moins pourquoi elle ne s'applique durant les 2 mois précédant ces dernières.

Pages