Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LAISSER PASSER LA GUADELOUPE

Un texte de Ernest Pépin, alors que la Guadeloupe est debout et se bat depuis plusieurs semaines.

Voilà mon pays qui se lève.

Avec le poing lumineux du soleil

Il a mis aux pieds des sandales de justice

Et sa voix a claironné la vérité des temps

Les oreilles se sont ouvertes

Les yeux ont vu la parole nourricière

Il chante {péyi la sé tan nou}

Et les feuilles répondent en chœur

Au chant de sa rosée

Les hommes et les femmes marchent d’un pas égal

Chantent d’une voix égale

Les tambours ont traversé la rue

Ils portent le beau temps sur leurs épaules

Ils éclairent la vie malgré la souffrance des ombres

Les jeunes sont venus déterrer leurs rêves

Pays levé

Pays lavé

En marche vers la tendresse des lendemains

En révolte contre les profitations

Entre colère et amour

Ouvrant ses racines comme une main nouvelle

Réconcilié avec son cri

Et sa récolte d’étoiles

Sorti de la torpeur des mangroves

De l’immobilité des statues impuissantes

Mon pays s’est levé d’un seul coup

D’un seul souffle de tornade interdite

D’une seule houle de mémoire murissante

Pays levé

Pays lavé

Et il a dit assez

{{Laissez passer la Guadeloupe !}}

Ernest Pépin

Le 02 févr.-09

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages