Accueil

L’ARCHEOLOGIE DEMOLIT LES CLICHES SUR LE MOYEN AGE

Par Pierre Barthélémy http://www.lemonde.fr/
L’ARCHEOLOGIE DEMOLIT LES CLICHES SUR LE MOYEN AGE

L’exposition « Quoi de neuf au Moyen Age ? », à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris, corrige plus de mille ans d’histoire grâce aux découvertes de l’archéologie médiévale des trois dernières décennies.

Si, pour vous, le Moyen Age, c’est Jacquouille « la Fripouille » dévorant à même le sol, avec ses chicots gâtés, les restes que lui jette son seigneur Godefroy de Montmirail ripaillant et festoyant dans son château fort, si c’est une période de sombre misère où des hordes de barbares déferlent sur la Gaule romanisée, si c’est une parenthèse honteuse et régressive entre deux âges d’or, l’Antiquité et la Renaissance, vous avez tout faux.

Ou plutôt vous avez la tête farcie de clichés, que l’exposition « Quoi de neuf au Moyen Age ? », qui ouvre ses portes mardi 11 octobre à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris, entend corriger grâce aux découvertes qu’a réalisées l’archéologie médiévale au cours des trois dernières décennies.

« Un concept inventé au XVIe siècle »

Mais, tout d’abord, de quoi parle-t-on ? Qu’est-ce que le Moyen Age et d’où vient ce nom ? Comme le résume, avec le franc-parler qui la caractérise, Joëlle Burnouf, professeure émérite d’archéologie médiévale à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, « c’est un concept inventé au XVIe siècle par des as de la com, les gens de la Renaissance, qui faisaient leur propre promotion : ils se considéraient comme un retour à l’Antique qui, pour eux, était le summum de la qualité ». Le millénaire qui s’était écoulé n’était donc qu’un état intermédiaire…

Traditionnellement, le Moyen Age est cette ­période qui court entre deux symboles : la chute de Rome en 476 et celle de Constantinople en 1453 – ou, suivant les auteurs, la découverte de l’Amérique...

 

Post-scriptum: 
Une des deux tombes masculines de « type franc » mises au jour à Saint-Dizier (Haute-Marne) datées des années 525-550. Dans une chambre enterrée tapissée d’un coffrage de bois, le défunt, un guerrier de haut rang, est déposé avec vêtements, accessoires et une partie de ses armes dans un cercueil. De la vaisselle et un coffre en bois, sont placés au pied du cercueil. Fouille Inrap, 2002. LOIC DE CARGOUET / INRAP

Pages