Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LAVI-A DOUS BA BETJE : JEAN-LOUIS DE LUCY EN CELLULE "V.I.P" A LA PRISON DE DUCOS

     LAVI-A DOUS BA BETJE : JEAN-LOUIS DE LUCY EN CELLULE "V.I.P" A LA PRISON DE DUCOS

      On s'en doutait bien ! On se doutait que le patron de CARENANTILLES, actuellement incarcéré à Ducos et sous le coup de 11 chefs d'accusation (3 de plus que les voyous du CEREGMIA), bénéficierait d'un traitement de faveur. 

   En effet, Jean-Louis DE LUCY DE FOSSARIEU, n'a pas été placé dans une cellule quelconque, de celles dans laquelle on met à l'ombre les petits voleurs de mobylette, les dealers de "zeb" et autres maris ou concubins violents. Oh que non ! Monsieur a eu droit à une cellule "V.I.P", ce qui se traduit en anglais par "Very Important Person" et en créole par "Véri Initil Pèsonn". Et pourquoi, d'après vous ?  Réponse de responsables de la charmante maison d'arrêt de Champigny :
   "A cause de son statut social !"
   Non, mais vous vous foutez de la gueule de qui là, les mecs ? Zot dwet ka pwan Neg pou an bann tèbèdjè oben ki sa ? Car quand on a ou plutôt quand on jouit d'un "statut social", surtout depuis des siècles comme c'est le cas du groupe ethnique béké, on doit se respecter et surtout respecter la société qui vous a offert cette position privilégiée. A tricher allègrement avec les règles et les lois grâce à la complicité d'élus "nègres", à en vouloir plus, encore plus et toujours plus, on démontre que l'on n'a que mépris envers la société toute entière.
   Il se dit que les deux autres mis en examen dans cette affaire, à savoir le père DE LUCY et le maire (PPM) du Marin, Rodolphe DESIRE, n'ont évité l'incarcération que grâce à leur âge vénérable puisqu'ils sont tous deux octogénaires. Sinon il aurait fallu trouver 3 cellules V.I.P !!! Or, n'y en a pas tant que ça à Champigny, selon des sources bien informées. En réalité, c'est un bien pour un mal, car s'ils avaient été incarcérés eux aussi, où aurait-on trouvé des cellules V.I.P pour le types du CEREGMIA à qui le Parquet Financier National de Paris serrera la vis incessamment sous peu ?
   Ah, notons que CERENANTILLES et CEREGMIA ont la même avocate !...