Accueil

Le Café "EXCELLENCE MARTINIQUE" a le vent (nippon) en poupe

 Le Café "EXCELLENCE MARTINIQUE" a le vent (nippon) en poupe

   Deux experts en café japonais sont donc revenus dans notre île, un an après leur première visite, pour voir où en était l'état d'avancement des plantations du Café "EXCELLENCE MARTINIQUE" que leur société veut développer en partenariat avec le Parc Naturel de Martinique et donc la CTM dont dépend ce dernier.

   Ils ont été satisfaits de constater que les deux sites existants pour l'instant (l'un à Morne-Vert ; l'autre à Balata) se portent bien, que les plants (gratuitement offerts par la CTM aux agriculteurs) poussent sans problème et que déjà une vingtaine d'autres exploitants agricoles se déclarent prêts à se lancer dans l'aventure caféière. L'objectif de nos amis nippons est de lancer ce Café "EXCELLENCE MARTINIQUE" lors des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 avec comme "promotionneur" en chef Alfred MARIE-JEANNE, président de la Collectivité de Martinique. Ce "produit de niche", tel que le définit Louis BOUTRIN, président du Parc Naturel de Martinique, sera produit, à terme, à raison de 20 tonnes par an et les Japonais en achèteront 30% de la production.

   Cela au prix très rémunérateur de 30 euros le kilo (contre la moitié pour le café ordinaire sur le marché mondial).

   Pour des raisons bassement politiciennes, des individus proches du PPM, à la douteuse scientificité, se sont employés à mettre en doute l'authenticité et même l'existence d'un café martiniquais, denrée qui, il est vrai, avait disparu de notre île depuis plus d'un demi-siècle après avoir fait  concurrence à la canne à sucre pendant les 18è et 19è siècles, comme nous ne le savons pas assez. Que répondre d'abord à ces esprits mesquins ? Que tout ce qui existe chez nous vient de l'extérieur mis à part le manioc et les anonacées (pomme-cannelle, corossol, cachiman etc.). L'arbre à pain vient de Tahiti, le filao de Madagascar, le bananier d'Afrique, le bambou de Chine, la canne à sucre du monde arabe, le tamarinier de l'Inde etc...et donc, oui, le café vient d'Afrique. Seulement le café martiniquais possède une "story" que n'ont pas les autres cafés antillais et sud-américains, une histoire, une légende, celle de DESCLIEUX amenant des plants vers notre île et se trouvant soudain à cours d'eau en plein océan Atlantique. Et DESCLIEUX de rationner l'eau pour pouvoir continuer à arroser les plants qui n'avaient pas péri, en privant même certains de ses marins qui manquèrent de crever de soif et qui final de compte, réussit à atteindre, avec l'ultime plant (il n'y en avait que trois !), le port de Fort-de-France. DESCLIEUX écrira dans une lettre : « La traversée fut longue, et l'eau nous manqua tellement que, pendant plus d'un mois, je fus obligé de partager la faible portion qui m'était délivrée avec le pied de café ».  Ce plant (de la variété Arabica typica) prospéra miraculeusement et devint non seulement l'ancêtre de tous les cafés antillais, mais aussi de ceux d'Amérique du sud.

   Cette "story" n'a pas du tout été inventée par des Nippons amateurs de mangas et d'histoires à dormir debout. Ou qui auraient trop forcé sur le ti-punch. Elle est racontée depuis fort longtemps dans maints îles antillaises et maints pays sud-américains. Hé oui, notre café est connu pour avoir été l'ancêtre de tous les autres cafés du Nouveau Monde ! Et il est quand même surprenant que ce soit nos lointains amis du Pays du Soleil Levant qui soient venus nous le rappeler. Cela montre à quel point notre imaginaire a été anesthésié par l'Assimilation.

   Les contempteurs du café martiniquais sont des demeurés : aujourd'hui ce qui compte pour vendre un produit, c'est sa "story" autrement dit l'histoire qui l'entoure. Cette histoire est tout aussi importante que la qualité intrinsèque du produit. Même en engageant le plus grand footballeur du monde, le Brésilien PELE, pour lui faire de la pub, la marque PEPSI-COLA n'a jamais réussi à détrôner sa rivale COCA-COLA. La "story" de cette dernière était (et est toujours) plus forte !

   Le Café "EXCELLENCE MARTINIQUE", outre qu'il permettra le développement d'une filière rémunératrice pour nos agriculteurs, fera, aux Jeux Olympiques de Tokyo, connaître la Martinique au monde entier. Notre minuscule pays est, certes, déjà connu pour ses trois grands esprits que furent CESAIRE, FANON et GLISSANT. Il le sera désormais pour son café. N'en déplaisent aux esprits chagrins (et mesquins) !...

Pages