Accueil

Le footballeur haïtiano-japonais, Zackary Hériveaux, membre des "Grenadiers", la sélection nationale d'Haïti

Le footballeur haïtiano-japonais, Zackary Hériveaux, membre des "Grenadiers", la sélection nationale d'Haïti

   Depuis qu'elle a battu la grande Serena WILLIAMS, la tenniswoman haïtiano-japonaise, Naomi OSAKA, est connue du monde entier. De père haïtien et de mère japonaise, la jeune fille a été élevée au Japon et est donc de culture nippone, mais elle a visité la terre natale de son père et s'en est déclarée très fière. Elle a même déclaré qu'elle serait prête à être une sorte d'ambassadrice d'Haïti afin de le faire mieux connaître à travers le monde car, a-t-elle ajouté, ce pays est trop injustement dénigré.

   Mais il existe un deuxième athlète de haut niveau ayant exactement la même hérédité que Naomi OSAKA c'est-à-dire père haïtien et mère japonaise : il s'agit du footballeur Zackary HERIVEAUX qui évolue au sein de l'équipe nationale d'Haïti, les fameux Grenadiers" qui sont redoutés par toutes les équipes de la CONCACAF (Caraïbes et Amérique centrale) et à qui il est déjà arrivé de faire jeu égal avec des équipes de niveau mondial comme le Mexique ou le Brésil.

   Ces deux exemples de métissage nous donnent à réfléchir sur le métissage, notion mise à toutes les sauces depuis quelques décennies et donc forcément galvaudée. En fait, il y a le métissage forcé et le métissage d'amour pourrait-on dire. Le premier a concerné pendant plus de 3 siècles les relations entre Blancs et Noirs (plus exactement entre hommes blancs et femmes noires). C'est de ce métissage colonial et esclavagiste que sont issus les millions de métis de tout le continent américain et de la Caraïbe. Du sud des Etats-Unis jusqu'au Brésil en passant par l'arc antillais. Le colon blanc a longtemps abusé de son esclave noire comme on le sait.

   Par contre, ce qui se passe depuis la fin du XXe siècle et surtout au XXIe, c'est une autre forme de métissage fondé sur l'amour entre deux personnes. Sans contrainte donc. Personne n'a obligé la mère thaïlandaise du golfeur Tiger WOODS d'épouser un Noir étasunien. Personne n'a obligé la mère blanche américaine de Barack OBAMA d'épouser un Africain du Kenya. Et personne n'a obligé les mères japonaises de Naomi OSAKA et Zackary HERIVEAUX d'épouser des Haïtiens.

   Question : cette nouvelle forme de métissage peut-elle être un moyen d'enfin dissoudre les préjugés racistes ? Surtout à l'égard des Noirs. Cela reste à voir...En tout cas aucun mouvement blanchiste, noiriste, jauniste, arabiste ou indianiste n'a le pouvoir de bloquer ce phénomène car la mondialisation est irréversible. L'écrivain martiniquais Edouard GLISSANT l'avait prophétisé : "Le monde sera créole !"...

Image: 

Pages