Accueil

Le gouvernement français rejette la co-officialité de la langue corse

 Le gouvernement français rejette la co-officialité de la langue corse

   Comme dans tous les pays sous domination extérieure (sauf en Martinique), la revendication linguistique est un des éléments-phare du combat que mènent les nationalistes corses pour tenter de sauvegarder autant que faire se peut leur identité culturelle. La situation est déjà critique car près de 30% des enfants et adolescents corses n'emploient plus l'idiome de l'île de Beauté, francisation massive oblige. Il y a donc urgence et c'est pourquoi les Corses furent les premiers, dans l'ensemble français, à obtenir que leur langue soit enseignée à l'école dès la maternelle et que soit créé un CAPES de corse. 25 ans avant le CAPES de...créole.

   D'ailleurs, lors des élections territoriales de décembre 2015 qui vit la victoire de la coalition autonomo-indépendantiste, Jean-Guy TALAMONI, président de la nouvelle collectivité fit son discours d'investiture entière en corse lequel discours fut sous-titré en français lors de sa retransmission à la télévision. Chose qui avait déclenché la fureur de tout ce que l'Hexagone compte comme jacobins ! Ce à quoi TALAMONI avait répondu avec humour qu'il ne comprenait pas le pourquoi de tout ce tintouin puisque :

   "La France est un pays ami."

   Dimanche dernier nouvelle victoire encore plus écrasante des autonomo-indépendantistes ! On prend les même et on recommence : TALAMONI et SIMEONI. Ces derniers remettent alors sur la table leurs principales revendications parmi lesquelles il y a la demande d'un statut de co-officialité du corse avec le français. Rien de bien méchant : que l'idiome insulaire soit utilisé à égalité, à l'oral comme à l'écrit, avec le français dans tous les domaines. Réaction du gouvernement MACRON : rejet total de cette revendication.

   Mais pourtant ce sont les mêmes élites jacobines et franchouillardes qui vont défendre bec et ongles le bilinguisme au...Québec. Autrement dit, OUI pour la co-officialité du français et de l'anglais dans la Belle Province et NON à cette même co-officialité du corse et du français dans l'île de Beauté. FARCEURS, va !

   (Au sud de la Corse, la grande île de Sardaigne qui appartient à l'Italie a vu sa langue être reconnue officiellement à côté de l'italien et cela depuis des lustres)...

Pages