Accueil

LE GRAND FRISSON

Frankito

«Un nouveau son dans la littérature antillaise,
qui décoiffe et qui cogne»
Maryse Condé

Bienvenu, dit Ben, passe ses 16 ans et demi à rêver de l’étreinte brûlante des femmes. Encore puceau, il vit entre une mère autoritaire, deux frangins polluants, une grande sœur absente et quelques copains plus attirés par l’argent facile et les jupes des filles que par le tableau noir.

Depuis sa cité Zola, dans une banlieue difficile en région parisienne, Ben traîne et se languit. Son ennui n’a d’égal que sa passion: le graff. Jusqu’au jour où il rencontre Marie-Ange, pour laquelle il éprouve «le grand frisson» dès le premier baiser. Mais la belle mélancolique n’est pas seule. Igor, redoutable mafieux russe, la tient à sa merci et n’entend pas se laisser ravir sa «jolie poupée noire».

Premiers émois amoureux sur fond de guerres de gangs, de petits trafics et de murs de tags : la réalité est parfois plus cruelle qu’un simple «je t’aime» dessiné à la bombe.

* * *

Le grand frisson, Frankito • Écriture • 2017 • ISBN 978-2-35905-260-2 • 140 x 225 mm • 240 pages • 18,50 €.

* * *

Franck Salin, dit Frankito, né en 1973, est journaliste et réalisateur spécialiste de la Caraïbe et de l’Afrique. Il est l’auteur d’un premier roman, Pointe-à-Pitre-Paris (L’Harmattan, 2000) et a signé Bòdlanmou pa lwen, la première pièce de théâtre en langue créole présentée à la Comédie Française en 2007. Son documentaire, L’Appel du tambour (Trace TV - Palaviré Productions, 2009), a été programmé dans plusieurs festivals. Les éditions Écriture ont publié en 2012 son roman L’homme pas Dieu, lauréat du prix Carbet des lycéens (littérature caribéenne). Il vit à Paris.

Image: 

Pages