Accueil

Le meilleur moyen de sauver "FRANCE-ANTILLES"

Le meilleur moyen de sauver "FRANCE-ANTILLES"

   Le seul et unique quotidien de l'île aux fleurs et l'île aux belles eaux, à savoir "FRANCE-ANTILLES", véritable Pravda tropicale depuis bientôt un demi-siècle, va mal. Très mal au point que ses propriétaires viennent de déposer le bilan. A ce qu'il paraît, trois repreneurs seraient sur l'affaire, mais rien n'est sûr et les employés de l'entreprise HERSANT, personnel journalistique, administratif et technique, est inquiet pour son avenir. Il convient donc de se reposer la fameuse question de LENINE : "Que faire ?".

   Avant de tenter de commencer à essayer d'y répondre, il convient de faire remarquer d'abord que la minuscule Barbade (3 fois plus petite que la Martinique et 280.000 habitants) possède 2 quotidiens, cela depuis des lustres. La Martinique, elle, avec presque 400.000 habitants est en passe de n'en avoir plus aucun après en avoir eu un seul et unique depuis les années, quand un certain général DE GAULLE décida, au mitan des années 60 du siècle dernier, de sa création pour pouvoir alimenter la flamme patriotique et tricolore chez l'Homo martinicensis et l'homo guadeloupeensis.

   Deuxièmement, ce journal a détenu non seulement le monopole de la presse-papier, mais a aussi récolté l'essentiel des recettes publicitaires liées à ce type de presse, cela à travers son quotidien et ses magazines satellites. Plusieurs tentatives de création d'un deuxième quotidien ont échoué en rase campagne à cause dudit monopole (scandaleux comme tout monopole !). On comprend dès lors très mal que ce journal puisse aller...mal. Mais comme Ti Sonson et Man Berna sont attachés à leur "FWANS-MANTI" quotidien, il nous semble utile de proposer une solution qui pourrait sauver le journal du naufrage.

   La voici : remplacer tous les articles par la page "LES SMS DU JOUR" laquelle n'occupe aujourd'hui qu'une moitié de page en toute fin du journal. D'abord, cela donnerait "la parole au peuple", surtout aux oisifs, inactifs, retraités et autres allocataires qui, entre deux "télénovelas" et trois appels "à l'abordage", se fendent d'un texto à FRANCE-ANTILLES dont la profondeur intellectuelle est proprement stupéfiante. On y apprend ainsi que la caissière du supermarché Machin ne sourit pas quand elle rend la monnaie alors que son défrisage est toujours mal fait  ou que le maire de la commune de Fond-Zombi n'a toujours pas fait boucher les deux trous de la route qui borde la maison de Man Finotte ou encore que Marie-Denise est une sacrée maquerelle qui passe son temps à surveiller les affaires de ses voisines ou encore que Gina est une tite salope qui fait des yeux doux au concubin de Paulette qui est vigile dans un magasin de bricolage de la zone industrielle. Et ainsi de suite...Et ainsi soit-il...

   D'autre part, cela éviterait au journal d'avoir à rémunérer des journalistes et des pigistes. Ou plutôt ces derniers n'auraient désormais pour tâche que de retranscrire les milliers de SMS qui déferlent chaque jour à la rédaction depuis la Table du Diable jusqu'aux falaises de Grand-Rivière. Ou plus précisément encore, puisque le journal ne serait désormais plus constitué que de SMS, ses employés ne se contenteraient pas d'en sélectionner les plus cons comme c'est le cas dans l'édition actuelle, mais publierait aussi certains donnant de vrais infos ou dénonçant de vrais scandales. Comme cet enseignant de l'Université qui a dirigé une commission de VAE (Validation des Acquis de l'Expérience) à laquelle sa femme avait soumis un dossier et qui a fait attribuer à cette dernière un Master en économie alors qu'en plus, ledit enseignant n'enseigne pas cette discipline. Comme cet ex-maire qui clamait urbi et orbi qu'il était écologiste tout en déclassant à tour de bras des terrains agricoles pour des membres de sa famille. Comme ce curé qui fait des sermons dénonçant l'adultère chaque dimanche de beau matin et qui a une paroissienne "ravet-légliz" pour maîtresse.

   Etc...etc...

   Nous sommes sûrs qu'entièrement composé de SMS, cons ou sérieux, ce FRANCE-ANTILLES new-look quadruplerait ses ventes et que ses finances reprendraient illico presto du poil de la bête...

Pages