Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le nouveau maire de Rivière-Pilote au chômage mémoriel

Le nouveau maire de Rivière-Pilote au chômage mémoriel

 Alors que partout à travers Dahoménia (Matinik en patois colonial), ça s'agite autour de la question des statues et des noms de rues, à Rivière-Pilote, c'est le silence.

  Silence obligé !
 C'est que depuis quelque temps, chaque commune de l'île s'est empressée de créer sa "Commission Mémoire et Machin", à commencer par la capitale, Fort-d'Afrique, histoire de voir si ça peut calmer les enragés qui en veulent à Schoelcher, Joséphine et Gandhi (mais pas à Jésus-Christ ni à la Vierge Marie, tiens comme c'est bizarre !), cependant, à Rivière-Pilote, c'est la désolation totale au conseil municipal : le nouveau maire (de Droite) n'a plus aucune statue à déboulonner ni aucune rue à débaptiser. 
  O rage, ô désespoir ! comme dirait la grand-mère de Ti-Sonson. 
 La raison c'est qu'un ancien maire, il y a déjà 36 ans de cela, un dénommé Chaben, avait fait le boulot : il avait déplacé la statue de l'ex-Grand Abolitionniste et avait rebaptisé 12 rues des noms des héros de l'Insurrection du Sud de 1870. 36 ans déjà, putain, c'est vachement long ! comme dirait le petit-fils de Ti-Sonson dont le fils a émigré à Garge-les-Gonesses et y a fait souche. 
  En tout cas, le nouveau maire de Rivière-Pilote se retrouve bel et ben en chômage mémoriel et c'est pas drôle du tout. Que pourrions-nous lui suggérer afin de l'aider à s'extirper de cette douloureuse impasse ? Bon, il pourrait déjà changer le nom de sa commune : Rivière-Niger, ça sonnerait pas mal du tout. Mais ouille ! Hou là ! "Pilote" était le nom d'un des derniers grands chefs caraïbes de l'endroit et donc pas touche ! Bon-bon...Voyons voir ! Il pourrait demander dans le plus grand secret à ses services municipaux de confectionner une statue du Béké Codé, l'esclavagiste à qui les insurgés du Sud avaient sectionné les graines jusqu'à ce que mort s'en suive, et nuitamment, des employés l'installeraient à l'entrée du bourg. Au matin, tout le monde pourrait alors crier à une énième provocation de la caste békée et, réuni en urgence, le conseil municipal pourrait décréter l'abolition de ladite statue (en carton-pâte évidemment, finances municipales obligent).
  Comme ça, l'honneur de Rivière-Congo...heu, Rivière-Pilote serait sauf : il pourrait désormais participer au carnaval mémoriel qui se déroule à Dahoménia.
  Ouais, un peu compliqué à réaliser quand même. On imagine la colère du nouveau conseil municipal et de son chef : "Chaben aurait pu nous laisser même une rue, une seule, une toute petite rue, à débaptiser !". Ajoutant sans doute, en bon vieux patois colonial : Tonnan-di-Dié ! 
  (NB. Paraît qu'au quartier La Jossaud, mais de sources non confirmées toutefois, il y aurait la statue d'une Vierge qui aurait refusé tout net faire le Grand Retour dans son pays natal, la Gaule. A mettre donc au conditionnel !).

Commentaires

michel mirgan | 01/08/2020 - 10:13 :
Ce nouveau maire a annoncé la couleur :il veut déclasser des terres agricoles à tout-va et couvrir la ville de Rivière-Pilote de villas de personnes extérieurs à la commune afin de la "développer".Les Pilotins devraient déjà se mobiliser contre le massacre de bonnes terres qui s’annonce dans l'une des communes les mieux préservées de l'urbanisation sauvage et de la bétonisation généralisée.

Pages