Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE PPM ET LA STRATÉGIE DE L’EGO

de Tony Mardaye




 

Au moment où la Martinique se trouve dans un marasme économique et sociétal, confrontée à plus de 37 000 chômeurs, plus de 20 % de pauvres, un recours sans cesse accru d'une frange de la population à la banque alimentaire, une pauvreté tendant à se généraliser auprès des couches moyennes, une paupérisation de l'ensemble de la société, hormis bien sûr les possédants, nous croyons que nous étions en droit d'attendre autre chose de la motion de synthèse « POUR UNE CONSTITUTIONNALISATION DE L'AUTONOMIE », émanant de la convention du Parti Progressiste Martiniquais s'étant déroulée à Rivière salée, le 12 septembre 2009.

 

Le PPM se devait d'apporter un début de réponse à la crise qui nous frappe, une ébauche de solution aux problèmes que rencontre nos compatriotes ou même prendre part aux débats sur l'évolution statutaire de façon sincère et franche et non de manière serpentale ou serpenteuse.

 

Il ne nous apparaît pas que le PPM joue le rôle qui lui est imparti, ces louvoiements ne sont pas dignes du parti de feu Aimé Césaire, il ne s'agit de sa prise de position à travers la synthèse, si tentée que ce soit la sienne, mais de la manière dont elle est présentée.

 

Nous nous sommes questionnés quant à savoir l'opportunité de ce texte allant en porte à faux avec les éloges que nous avons pu lire ou les glapissements des louangeurs entendus,

 

Ce texte est un brouillamini indigeste se donnant une apparence savantasse en utilisant un jargon ou un charabia juridico-administratif, incompréhensible pour le commun, et quant on connaît la base électorale du PPM on se demande s'il ne se moque pas du monde.

 

Est-ce si difficile d'écrire un texte qui soit à la portée du plus grand nombre ? Comme cela n'a pas été fait nous nous proposons de le déchiffrer, démonter les mécanismes et artifices sémantiques de la motion de synthèse, car ce texte à nos yeux mérite d'être explicité :

 

POUR UNE CONSTITUTIONNALISATION DE L'AUTONOMIE

 

CONVENTION DU PPM 12 SEPTEMBRE 2009: MOTION DE SYNTHESE

« POUR UNE CONSTITUTIONNALISATION DE L'AUTONOMIE »


PREAMBULE



L'évolution institutionnelle voulue par les élus du Congrès et votée à la majorité les 18 décembre 2008 et 18 juin 2009 contient deux objectifs liés à une même ambition :

- la création d'une collectivité unique

- le changement de régime politique vers l'article 74 de l'actuelle constitution française



Nous,

Parti historique de l'émancipation martiniquaise réuni en convention, le 12 septembre 2009 à Rivière Salée,

 

Le PPM utilise un argument d'autorité, il fait prévaloir une légitimité de l'histoire, celle d'une antériorité historique. Mais le simple fait d'être le plus ancien ne fonde pas une légitimité, ni la justesse des propos.



Considérant que la Constitution Française ne reconnaît pas l'existence de la personnalité collective Martiniquaise et nie la notion de Peuple ;

C'est une technique qui n'a pas de matérialité. Imaginez que vous reprochez à votre enfant pas encore né, d'être un garçon. Si l'un de vos proches avait cette attitude probable que vous vous poserez des questions sur sa santé mentale.

 

La constitution française ne reconnaît qu'un peuple, le peuple français puisque c'est la constitution française.

 

Toutefois, supposons que la constitution française veuille reconnaître le peuple martiniquais, il eut été souhaitable au préalable de définir la notion de peuple martiniquais, ce qui jusqu'à maintenant n'a pas été fait.

 

Qu'est-ce qui fonde le peuple martiniquais, le droit du sol (jus solis ) ou le droit du sang (jus sanguinis) ou est-ce une combinaison des deux.

 

Il ne peut y avoir de peuple que s'il y a filiation, symbolique ou étatique.

 

Considérant la nécessité de respecter la personnalité collective du Peuple Martiniquais ;

Comment respecter ce qui n'a aucune réalité légale, pas de réalité sociologique, ni même historique car indéfinie  ?



Considérant que pour opérer un changement de statut et de régime politique, le peuple doit être parfaitement informé avant le vote, ce qui ne peut être le cas aujourd'hui ;



Il appartient aux partis politiques en premier lieu, tels le PPM et autres, d'informer les populations de leurs projets, si ce n'est pas fait, on peut leur imputer directement la responsabilité.



Considérant la nécessité d'une Autonomie garantissant les règles démocratiques d'une nouvelle gouvernance ;

 

Cette phrase est un non-sens. L'autonomie infère subséquemment de nouvelles règles de gouvernance, car on change de modèle sociétal.



Considérant que le danger serait d'accéder à une autonomie sans pouvoir, une autonomie de dépendance ;

 

Deux prépositions antinomiques. La définition de l'autonomie est justement d'acquérir une indépendance, mais il est probable que l'autonomie politique ne débouche pas sur une autonomie économique, si c'est le cas, c'est que le projet politique a été mal défini et nous pouvons parler d'autonomie carencée.



Considérant la nécessité du maintien du principe de l'égalité des droits et des acquis sociaux gagnés de haute lutte par le Peuple Martiniquais ;

 

Lesquels, sont-ils indépendants des acquis sociaux gagnés par l'ensemble des Français, entre autres les acquis de 1936  ?



Considérant l'impérieuse nécessité de privilégier une Autonomie qui permet de conjuguer l'égalité des droits avec droit à l'initiative et à la différence ; laquelle autonomie que tout changement de statut dans la précipitation ne ferait que compromettre ;

 

L'autonomie n'est pas l'indépendance, nos droits sont garantis par la constitution de 58, la spécialité législative générée par le changement de statut n‘implique pas une remise à zéro des acquis sociaux, mais l'ajoutance de compétences dévolues à l'assemblée unique.



Considérant, par rapport à l'urgence de la situation actuelle, que la consultation prévue par la Constitution doit se tenir dans les meilleurs délais, permettant ainsi d'éviter une incertitude, trop longue, préjudiciable à la relance économique et à la paix sociale ;

 

C'est le passage à l'article 74 qui sera susceptible de garantir la paix sociale et la relance économique, nous eûmes aimé connaître les déterminants de cette relance ?

 

Ce qui aujourd'hui menace la paix sociale, c'est le chômage endémique, l'accroissement de la misère tendant à se généraliser, la paupérisation, et le fait que des dizaines de milliers de personnes aient recours à la banque alimentaire pour se sustenter, la violence et le fort sentiment d'être dans une colonie avec des droits différenciés, donc une inégalité des droits de fait.



Considérant que tout report de cette consultation à la demande des tenants du 74, n'aura, en outre, pour conséquence que de bafouer tous les principes démocratiques alors que rien ne justifie le report de la consultation du Peuple Martiniquais et encore moins le report des élections régionales ;



Encore faudrait-il qu'une date ait été retenue pour la consultation du peuple toujours indéfini.

 

Nous réaffirmons la position prise par les élus du Parti Progressiste Martiniquais, lors des débats du congrès des élus :



Nous proposons :



De faire bloc dans un consensus qui s'inscrit dans le temps, dans le cadre d'une démarche globale et d'un accord entre le Peuple Martiniquais et le Peuple Français.

Un processus qui serait compatible avec les réalités politiques du moment .

Le peuple martiniquais ne serait pas le peuple français ? L'autonomie n'est pas censée nous faire étranger à la France.



Ce processus comporterait deux étapes :



1. - Une consultation immédiate du peuple visant à la mise en place d'une collectivité unique disposant de compétences élargies au titre d'une expérimentation par habilitation pour six ans, à partir d'un mode de scrutin intégrant la représentation territoriale .

A première vue, un processus difficile à mettre en œuvre, il faudrait une modification de la constitution, opération relativement lourde. Enclencher un tel processus, revient à ouvrir la boite à Pandore, chaque département, chaque région voudra son assemblée à la carte, ce qui sera ingérable.

 

Ceci est un leurre politique ou un moyen de renvoyer à mathusalem des questions à régler.



2. – Une seconde consultation, au bout de cette période de six ans, destinée au changement de statut, sur la base des propositions concrètes que notre expérimentation nous aura permis d'élaborer.

 

Le changement de statut s'opérera après l'établissement de l'assemblée unique, dans le cas où l'assemblée unique serait repoussée comme ce fut le cas en … le changement de statut ne s'imposera car lié à la proposition



Cette période de six ans sera une période d'expérimentation, d'apprentissage et d'auto-institution des responsabilités nécessaires à une gouvernance globale, transversale et cohérente.



Quelles sont les modalités de cette expérimentation ?

Quel est le protocole défini ?

La grille permettant la lecture de cette expérimentation ?

 

Pendant cette période, notre réflexion active, éclairée par l'action, permettra une négociation responsable avec l'Etat Français, en vue du changement de statut, ce qui constituera une méthode imparable pour éviter tous les dangers et toutes les incohérences d'une aventure mal préparée.

Qu'est-ce une réflexion active ? Que l'on ne me réponde pas une réflexion qui débouche sur une action.

 

L'autonomie fusse-elle négociée ou imposée, n'évitera pas le risque ou les incohérences.

 

Ce qui doit préluder à l'autonomie est un plan de développement économique, susceptible de créer des emplois et faire reculer la misère. Si cette condition n'est pas respectée la population n'échangera pas la proie pour l'ombre.

 

Cette période permettra également la mise en cohérence des politiques publiques, la fusion des deux collectivités locales, l'organisation des outils de gouvernance locale, la détermination des moyens de cette gouvernance.

Ainsi, c'est en pleine connaissance de cause que le peuple se prononcera et comme le dit Aimé CESAIRE : « le droit de s'autodéterminer et de s'autogouverner dans un cadre constitutionnel démocratiquement débattu et librement accepté. »

 

Il faut laisser feu Aimé Césaire en dehors de tous ces salmigondis politiques.

 

Pourquoi ne pas dire tout simplement que le PPM n'est pas favorable à l'article 74 ?

 

Et qu'il sera favorable à l'autonomie que dans 14 ou 15 ans, une fois que les présidents de département et de région ne seront plus ?

 

Sous couvert de l'intérêt d'un pseudo peuple martiniquais, ce texte a été pesé à l'aune de l'ambition d'un homme ou juste pour nous endormir.

 

La Martinique n'est pas censée être le terrain de jeu des ambitions de pouvoir d'untel ou d'unetelle, il me semble qu'il est temps d'abandonner la mentalité du « sauve qui peut », afin qu'ensemble nous trouvions les voies d'un développement concerté, respectueux des hommes et de notre environnement.

 

Que la population choisisse le 74 ou se satisfasse du 73, ce n'est pas le plus important, ce qui importe c'est que la Martinique ne devienne pas un champ de ruine, un pays violent ou la misère prédomine et que tout un chacun n'aie qu'un rêve, c'est de la quitter, ma foi ce qui se passe avec une certaine intensité dans quelques pays caribéens voisins.

 

Voilà notre vrai défi, et la question à se poser : est-ce que le vivre ensemble sera-t-il possible dans cinq ans en Martinique ?

 

Tony Mardaye

 


Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages