Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE PRECHEUR : LA GRENOUILLE QUI VEUT DEVENIR PLUS GROSSE QUE LE BŒUF...

Jean de Lafontaine ne se doutait peut-être pas que sa célèbre fable de « la grenouille qui veut devenir plus grosse que le bœuf » trouverait écho dans la petite commune du Prêcheur à l’extrême Nord de la Martinique.

- Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?

- Pas du tout !

C’est juste l’histoire du maire du Prêcheur, grand donneur de leçons devant l’éternel, qui n’arrive pas à gérer une petite commune de 1644 habitants - dotée d’un budget de 4,5 millions d’euros - mais qui prétend gérer une Collectivité de 400.000 hab. disposant d’un budget de 1,100 milliards d’euros. Une histoire de la « Grenouille et du Bœuf » qui pourrait passer son silence si ce n’était ce fâcheux rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui en dit long sur les insuffisances du suffisant Marcellin NADEAU :

 

Page 4 : « Considérant que, si le compte administratif pour 2013 a été arrêté avec un montant de 24 876,51 € de restes à réaliser en dépenses de fonctionnement, c’est une somme de 26 86 € qui a été inscrite à ce titre au budget primitif 2014, alors qu’aucun état de reste à réaliser n’a été établi et signé par l’ordonnateur en méconnaissance de l’instruction comptable M14 ». (NADEAU pa konnet la M14… pa té rété !)

 

Page 7 : « Considérant que les difficultés rencontrées pour arrêter les restes à réaliser dans le respect du principe de sincérité budgétaire s’expliquent par les lacunes persistantes de la comptabilité d’engagement de la commune (absence d’engagement comptable des marchés en cours, engagement souvent au moment de la réception d’une facture et non de la signature d’un bon de commande ou de l’acceptation d’un devis) sic ! « et de l’absence d’outil (simple) de suivi des opérations d’investissement ; qu’en particulier, les fiches par opération jointes en annexes au budget primitif n’ont pas été convenablement mises à jour par rapport au fascicule budgétaire lui-même ; » (Et NADEAU veut gérer la CTM – N’importe quoi !)

 

Page 8 : « Considérant que le compte administratif fait dès lors apparaître un résultat global de clôture positif, le résultat comptable (hors restes à réaliser) demeurant déficitaire même s’il a constamment diminué depuis le début du plan de redressement ». (An 6 mois, NADEAU ka koulé la CTM !)

 

Page 11 : « En matière de gestion, la situation n’a pas évolué favorablement :

  • La comptabilité d’engagement présente toujours des insuffisances alors qu’elle devrait être à jour dès 2012 » (Qui va assurer la paye des salariés de la CTM  ? NADEAU ? Alé di yo sa !)

 

Page 12 : «  Considérant qu’il y a lieu de retenir ces propositions et de demander au préfet de régler et de rendre exécutoire le budget primitif 2014 de la commune du Prêcheur conformément à l’annexe 4 au présent avis ». (Épi NADEAU la CTM ké anba lanmin Préfet Martinique – Sa bel ban ou !)

 

Et, ce fâcheux rapport de la Chambre Régionale des Comptes – inconnu du grand public faute d’opposition au Conseil municipal du Prêcheur  - se termine par une conclusion sans appel qui disqualifie définitivement NADEAU :

 

PAR CES MOTIFS

 

  1. DECLARE recevable la saisine du préfet de la Martinique au titre de l’article L.1612-14 deuxième alinéa du code général de collectivités territoriales ;
  2. CONSTATE que le budget primitif de la commune du Prêcheur n’a pas été voté en équilibre réel pour 2014 ;
  3. PROPOSE au préfet de la Martinique de régler le budget primitif 2014 de la commune du Prêcheur au tableau figurant en annexe 4 du présent avis ;

 

Encore un qui a décidé de ne pas critiquer la gestion tout aussi calamiteuse du PPM, de crainte de s’attirer les foudres du gouvernement.

 

Sa seule cible A. MARIE-JEANNE.

Son seul ennemi, le GRAN SANBLÉ.

 

No comment … On comprend tout dès lors !

Jean-Laurent ALCIDE

Document: 

precheur_chambre_r._comptes_2014.pdf

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages