Accueil

Le prix de la vanille atteint des niveaux record

Le prix de la vanille atteint des niveaux record
Le cours a été multiplié par dix en l’espace de quatre ans, à cause de la multiplication d’épisodes climatiques à Madagascar.

La vanille, ce produit de luxe. En 2013, le prix au kilo se négociait autour des 53 euros. Quatre ans plus tard, il faut compter plus de 500 euros.

La vanille est la seconde épice la plus chère du monde , juste derrière le safran, en raison de son minutieux processus de culture qui nécessite une importante main d'oeuvre.

Cette hausse est sans précédent car elle est due à la conjonction d'une demande tirée par les géants de l'agroalimentaire et à une offre en baisse. Le principal pays producteur de vanille, Madagascar, a connu en mars dernier un cyclone qui a ravagé de nombreuses cultures. Or, la Grande Ile représente 80 % de la production de vanille.

Episodes climatiques

Madagascar a connu ces dernières années des évènements climatiques qui ont fortement impacté les récoltes. En 2016, la production s'est élevée à seulement 1.200 tonnes, contre 1.600 en 2014. L'année avait été marquée par une importante sécheresse.

 

Le cyclone de mars dernier a particulièrement impacté les rendements. Selon un rapport de l'ONU, près de 430.000 personnes ont été déplacées et les pertes pour l'agriculture se sont élevées à 207 millions de dollars (175 millions d'euros), principalement dans la production de vanille. Pis, les Nations Unies évoquent également les nombreux vols de pieds de vanille.

La vanille est devenue tellement chère que dans certains supermarchés de la capitale Antananarivo, les gousses ne se trouvent pas au rayon épices mais près des caisses, pour dissuader les voleurs, rapporte l'AFP.

Répercussion sur le consommateur

Comme le souligne le  « Financial Times » , de nombreuses sociétés répercutent sur les consommateurs l'augmentation des prix. Le prix de la glace Mövenpick, produite par Nestlé a ainsi augmenté de 2,5 % en l'espace d'un an.

Du fait de la flambée des cours, de plus en plus d'industriels se tournent vers la vanille de synthèse, moins chère.

Même si la production malgache écrase encore la concurrence, de nombreux importateurs tentent de s'en détourner à cause d'une baisse de la qualité et achètent davantage en Indonésie, en Inde et en Papouasie Nouvelle Guinée.

DYLAN GAMBA

 

Pages