Accueil
Environnement

Les abeilles se portent à merveille à Cuba, grâce à l'embargo américain

Les abeilles se portent à merveille à Cuba, grâce à l'embargo américain

Alors que la disparition des abeilles inquiète partout et notamment en Europe, elles se portent à merveille à Cuba. L'explication est à chercher notamment du côté de l'embargo américain, qui a empêché l'importation de pesticides.

Des études ont confirmé ces dernières années les effets nocifs des néonicotinoïdes sur les populations d'abeilles, qui sont en net déclin notamment en Europe, menaçant du même coup la biodiversité. Ces insecticides dits "tueurs d'abeilles" sont montrés du doigt comme l'une des causes de la disparition des abeilles.

Mais, contrairement à la situation sur le Vieux Continent, ces insectes se portent parfaitement bien à Cuba. L'île, qui a dû renoncer aux pesticides pour cause d'embargo américain et de chute du bloc soviétique dans les années nonante, est devenue le paradis de l'apiculture et compte aujourd'hui près de 200'000 ruches. Elle a ainsi produit plus de 10'000 tonnes de miel en 2018.

Un concept général d'agroécologie

Et il s'agit d'un miel parfaitement écologique (lire encadré). "Nous faisons de l'apiculture au sein du concept d'agroécologie", explique un apiculteur travaillant avec la coopération suisse dans l'émission Tout un monde. "Les néonicotinoïdes, les antibiotiques transgéniques, génèrent toute une atmosphère qui s'avère agressive pour l'abeille. Elle requiert et souhaite vivre dans une atmosphère propice, plus naturelle. Là bas [en Europe], elle est exposée à davantage de menaces écologiques, à plus de pollution."

Mais le renoncement aux pesticides n'est pas le seul facteur de bien-être des abeilles cubaines. "Il y a un facteur environnemental, et un facteur de gestion. L'organisation est très importante dans l'apiculture et Cuba a su mettre l'accent sur l'organisation dans le système apicole", souligne un apiculteur de la province d'Artemisa.

Une politique étatique de protection des abeilles

Car, contrairement à d'autres secteurs agricoles du pays, le miel peut être vendu à l'exportation. Cela permet de faire entrer des devises dans un pays sous embargo. L'entreprise d'Etat ApiCuba génère ainsi environ 20 millions de francs chaque année.

Le pays a donc mis en place une véritable politique de protection des abeilles. "Le décret 176, émis par l'Etat, a pour objectif la protection de l'apiculture et de la fleur amaryllis (qui attire les abeilles). C'est notre stratégie de production", explique le directeur scientifique d'ApiCuba, organisme qui chapeaute tous les apiculteurs: "Augmenter le nombre de ruches, pour augmenter la production, en s'appuyant sur la reforestation."

Les apiculteurs cubains croisent des abeilles domestiques avec des abeilles africanisées résistantes au parasite Varroa, qui avait fait des ravages en Europe. Ils ont ainsi immunisé leurs colonies contre les menaces naturelles.

Prévention sanitaire contre les maladies

Et le service vétérinaire cubain est clairement préventif: "L'idée est de ne jamais arriver à l'étape de guérison, en réalisant un suivi constant de chaque bactérie qui pourrait apparaître", souligne encore Dayron Lopez d'ApiCuba. "L'abeille doit être nourrie les 365 jours de l'année avec des aliments à base de pollen et nectar de haute qualité, sans aucun résidu qui pourrait causer un problème de santé pour l'abeille. Une colonie bien nourrie est une colonie saine. Comme on dit ici: la santé entre par la bouche."

Reste que le miel cubain n'est pas à l'abri des catastrophes naturelles: les ouragans se font de plus en plus réguliers sur l'île et le réchauffement climatique affecte chaque année les ruches.

Romane Frachon/oang

 

Post-scriptum: 
Disparition des abeilles: l’exception cubaine Tout un monde / 5 min. / mardi à 08:27

Pages