Accueil

LES HAÏTIENS AU CHILI ONT TRANSFERE 36 MILLIONS DE DOLLARS EN 2016

Les transferts de fonds des immigrants haïtiens ont atteint 36 millions de dollars en 2016, en nette augmentation de 386,48% par rapport à l'année précédente, quand ils totalisaient 7,4 millions de dollars, selon les données de la banque centrale chilienne publiées le week-end écoulé par le journal local La Tercera.

Suivant les transferts en provenance du Chili, Haïti arrive à la cinquième place avec un pourcentage de 5,9% du montant total devant des pays comme la République dominicaine (4,9%), les États-Unis (4, 5%) et l'Équateur (4,2%). En 2015, Haïti a été dixième à ce classement. Cette remontée est attribuée notamment à l'arrivée massive d’immigrants haïtiens au Chili l'an dernier, à raison de 300 par jour. Selon les données officielles, le nombre de résidents étrangers au Chili se chiffrait autour des 490 000 un peu plus tôt cette année.

Les données rendues publiques par les autorités chiliennes indiquent que la plus forte croissance des envois de fonds en 2016 est à mettre à l’actif d’Haïti qui enregistre près de cinq fois le chiffre enregistré l'année précédente.

En 2016, les envois de fonds du Chili vers l’étranger totalisent 606 millions de dollars, en baisse par rapport aux 615 millions en 2015, entérinant le recul constaté pour la troisième année consécutive depuis 2013, quand ils ont atteint 641 millions de dollars. En 2014, ils ont totalisé 625 millions de dollars.

Selon les analystes, cette baisse reflète la chute du montant moyen des transferts, qui tournaient autour des 210,7 dollars l'an dernier, lorsque ce montant a augmenté de 20% par rapport à l'année précédente, atteignant 2,8 millions d’opérations.

En ce qui concerne les Haïtiens, Jorge Sagastume, coordinateur de la cellule Migration et Développement au Chili de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), note que les femmes envoient en moyenne deux fois par mois de l'argent dans leur pays et les hommes une fois par mois.

« De nombreux immigrants font de grands sacrifices pour envoyer de l'argent à leur pays d'origine, ce qui limite leur propre alimentation ou leur capacité de se loger », a déclaré Sagastume à La Tercera.

Selon Andrés Aguilar, directeur commercial d’AFEX, entreprise du secteur des paiements, spécialisée dans les transferts d'argent internationaux, cette forte augmentation des opérations demandées par les immigrants haïtiens « entraîne un accroissement de la capacité des succursales, leur réaménagement pour avoir plus de caissiers. Il arrive des fois que nous soyons submergés par la demande. Par conséquent, tout bureau aujourd'hui projette de doubler son espace ».

Dans l'ensemble, comme ce fut le cas tout au long de cette décennie, Pérou, en 2016, reste la première destination des envois de fonds en provenance du Chili, avec 191 millions de dollars (31,6% du total des envois), suivi de la Colombie, avec 98 millions de dollars (16,1%) et de la Bolivie, avec 51 millions de dollars (8,4%). La Chine, avec 43 millions de dollars (7,4%); Haïti, avec 36 millions (5,9%); la République dominicaine (30 millions et 4,9%) et les  États-Unis (27 millions et 4,5%) complètent la liste.

À l'inverse, les transferts arrivés au Chili de l'étranger se sont élevés à 248 millions en 2016, en baisse par rapport aux 265 millions de dollars enregistrés en 2015 ; également des 288 millions de dollars l'an dernier ainsi que des 302 millions de dollars en 2013.

Les États-Unis, l'année dernière, ont été la principale source de ces transferts, avec 89,4 millions de dollars, suivis de l'Espagne (22,4 millions), du Pérou (16,5 millions), de la Bolivie (12.1 millions) et du Canada (10 millions).

En nombre de transactions, celles-ci se sont élevées à 895 000 en 2016 (en hausse de 15,5%), ce qui donne une moyenne par transaction d'argent reçue au Chili de 277 $ US.