Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Tous devant la Préfecture LUNDI 18 février à 9h

L’ETAT MÉPRISERAIT-IL NOS ENFANTS !

L’ETAT MÉPRISERAIT-IL NOS ENFANTS !

{{Tous devant la Préfecture LUNDI 18 février à 9h}}

Depuis plusieurs mois, l’Etat a été alerté par les Présidents des deux collectivités, Conseil Régional et Conseil Général, sur les graves conséquences engendrées par la fin des « contrats aidés » en pleine année scolaire.

Mais, c’est ce mercredi que ses services en Martinique auraient enfin compris les obligations incombant à l’Etat !

Le « Front Commun de l’Education » a, depuis mercredi et avec insistance, demandé au Préfet d’accélérer ses recherches de financement.

C’est en effet l’Etat, et l’Etat seul, la cause de la perturbation de la scolarité des élèves.

Jeudi, avec les élus de la « Commission Permanente », le Président du Conseil Général a expliqué aux personnes concernées, les agents « contrats aidés » des établissements scolaires, guidées par la FSU qui « travaille » sur ce dossier depuis un an, le mécanisme du cofinancement de ces emplois.

Les principaux dirigeants de la FSU ont enfin compris, auraient été bernés et commenceraient à présenter leurs excuses au Président du Conseil Général. S’ils étaient venus à la réunion du 8 février, avant la rentrée du Carnaval, nous aurions gagné du temps.

Le personnel concerné, « les contrats aidés », doit comprendre leur intérêt à accepter et bénéficier de toutes les forces des organisations qui se battent pour eux et pour l’école.

Il est impératif que l’Etat assume sa responsabilité. Pour le moment, il se met en situation de « non assistance à personne en danger », en l’occurrence les élèves, sur le plan de leur sécurité notamment.

Les élèves, les parents, les enseignants, et tout le personnel tiennent au retour rapide du fonctionnement normal le l’école.

Le Front Commun de l’Education est prêt, y compris samedi et dimanche, à obtenir de l’Etat les solutions satisfaisantes qui permettront de sortir de cette crise.

L’objectif est que 100% du même personnel soit reconduit dans les établissements pour assurer leur bon fonctionnement.

Sécurité et Respect pour nos enfants
Engagement et Honnêteté pour le personnel

Signé : {{UPEM, FCPE, PEEP, SMPE-CGTM, SE-UNSA, SNETAA-EIL, SNAEN-UNSA, SPDEN, SGPEN, CGTM, UNSA, CSTM, UGTM-Education, Militants de la FSU}}

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages