Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LETTRE OUVERTE AU NOUVEAU PPM

par Chantal Maignan (25 mars 2007)

C'était avant. Avant que la Maignan ne vire sa cuti. Avant qu'elle n'aille  vendre ses convictions pour un poste. C'était une époque où la Girouette était "irréductiblement attachée au projet de société et aux valeurs de l'UMP" son parti et qu'elle s'agenouillait devant Sarkozy. Depuis, elle a gardé la posture et juste changé l'objet de ses dévotions.

Chantal Maignan -  le dimanche, mars 25 2007

Quand le PPM nouveau verse dans la paranoïa et le recours à des procédés qui font honte à la politique !

Les méthodes de délation, de diffamation, de mensonges caractérisés ne sont pas les meilleurs moyens de défendre un positionnement idéologique, et pour reprendre les propos de Serge Letchimy, votre élu le plus connu, de respecter chaque membre de ce peuple martiniquais dont nous espérons tous une ré-conciliation fondatrice.

Je me dois donc de rectifier les propos de cette anonyme peu courageuse qui signe « une étudiante écoeurée" et dont les propos sont repris sans état d'âme dans les ligne du journal d'un parti qui prétend s'appeler parti progressiste martiniquais !

Cette "anonyme" bien identifiée s'est abandonnée à une véritable crise de paranoïa en accusant Nicolas Sarkozy de vouloir connaître les numéros des étudiants pour accéder à leur dossier administratif afin de les manipuler.

Une telle affirmation, en dépit du fait qu'elle soit ridicule, met non seulement en accusation l'étudiante responsable de l'organisation pratique mais aussi le personnel administratif de l'université et elle doit être démentie avec vigueur !

Le candidat Nicolas Sarkozy, aussi respectable que tous les autres candidats à la présidentielle, a souhaité rencontrer les étudiants, qui ont fort apprécié cette initiative, laquelle, selon leurs propres mots, a été le seul moment où ils ont été pris en compte dans la société : en effet ils estiment que le statut de l’étudiant martiniquais n’existe pas.

Le Député-Maire Alfred Almont a été chargé de la logistique et moi-même, en tant que Maître de Conférence et membre de l’UMP, (dont il me semble normal que je sois une militante acharnée puisque je me présente aux Législatives pour défendre le projet de société de mon parti et ses valeurs auxquelles je suis irréductiblement attachée !) du lien étudiants-mairie- équipe de l’UMP pour faire de ce projet une réussite.

Comme le souhaitait l’association CASEE, dont la présidente est notoirement connue pour son appartenance au PPM, l’organisation a été confiée à Mlle SEVEUR Christine qui s’en est correctement acquittée.

Les étudiants ont été majoritairement satisfaits de cette rencontre.

Les étudiants n’ont donné à quiconque leur numéro d’étudiant, tellement confidentiel que les cartes sont souvent « perdues », « égarées » au moment des examens.

Numéro qui n’intéresse d'ailleurs personne car les étudiants ne sont pas des agents secrets qui inquièteraient la défense nationale, mais ils ont indiqué leur numéros de téléphone, ce qui a permis de les joindre pour leur donner les informations pratiques relative à cette rencontre.

Si cette étudiante se retrouve dans l’image de, selon ses propres mots, « racaille, lépreux, personne n’ayant aucune autonomie de ses actes, où chaque fait et geste est contrôlé » elle ne parle que pour elle, car les jeunes de l’Université ne se retrouvent ni dans cette caricature névrotique ni ne cautionnent ses propos outranciers.

Sans doute même devrais-je la remercier, car son article a permis aux étudiants de constater les méthodes du PPM et de les juger implacablement : endoctrinement et manipulation sans scrupules.

Ce ne sont pas les miennes car j’ai bien trop le respect de la politique et des étudiants martiniquais. »

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.