Accueil

L’HOMME DE NOEL

Conte

En Martinique, chez une Grand-mère, le 24 au soir.

La scène se passe dans le jardin, après le dîner des petits (ou avant) Tandis que tous attendent la venue du Père Noêl . On boit du Chubb , on mange du boudin et on chante des c antiques , lorsque tout à coup Une voix forte qui vient du manguier fait cesser les bavardages et les chants

LA VOIX : Yé éééééé krik !

L’AUDITOIRE : Yé Krak

LA VOIX Yé Mistikri !

L’AUDITOIRE : E Mistikra !

LA VOIX : Aboubou !

L’AUDITOIRE : Dia !

LA VOIX : Est-ce que La Cour dort ?

L’AUDITOIRE : Non, la Cour ne dort pas !

ABEL (Se dressant, enthousiaste) : Ankara kara Tayantsun* !

LA SECONDE VOIX : Quels sont ces mortels qui osent se divertir avant mon arrivée ?

KAENE : (sèchement) C’est nous ! car c’est Noêl, La tradition dans notre famille est que nous sommes heureux d’être ensemble

LA VOIX : ( un peu gémissante) je voyage depuis si longtemps , le jour et la nuit font comme qui dirait la course . Y a-t-il quelque chose à manger et à boire ?

KAENE : (méchamment) Oui ! Et pour toi ce sera l’air du temps, que tu peux manger à grands coups de dents

LA VOIX : Ta langue est acérée comme l’agave, jeune femme, et tu sembles oublier que j’amène avec moi des présents pour les grands et des cadeaux pour les enfants de l’île

ABEL (ennuyé de ‘l’hardiesse de sa sœur) Excusez l’offense, vieux père, Vois comme nous sommes devenus : ingrats et oublieux. Ce soir avec notre famille, nous tentons de tuer le temps .Cette année qui vient de s’écouler a été si pénible (psalmodiant)

Notre mère est bien fatiguée
Ma maison a été inondée
Une femme Tigre a tenté de me dévorer
L’Aigle m’a tué
Tortue m’a ressuscité
L’homme à l’envers nous a égarés
Et en Janvier, mon cher, en Janvier , on nous demande de nous prononcer sur une loi institutionnelle ., On est si peu l’habitude d’être considérer, que ça nous trouble . Alors dans l’incertain , on s’est dit que ce soir serait idéal pour tuer le temps

KAENE :( exaspérée) On, pronom impersonnel ! je préfère les jeux, ceux du hasard Jouons aux aux cartes. Distribues les, mon frère !
Abel et Orèle s’installent devant un jeu de carte magique

KAENE : : Yonn : Je dis Yonn pour le monde qui fait sa ronde au-dessus de l’onde

ABEL : Dé : je dis Dé pour les dé zié déliés de l’aimé qui font voyager

KAENE : Twa : Je dis Twa pour le ciel matois dont le toit forme une aile

ABEL : KAT : Je dis Kat , Plakatak , car les cartes du bonheur sont distribuées par un aveugle

KAENE : SINK : Je dis Sink pour Sainte Calamité, patron du nègre errant

ABEL : SIS : Je dis Sis, pour l’homme assis qui valut six francs six sous.

KAENE : SET : Je dis SET , c’est ainsi que c’est arrivé et que c’est ainsi que l’on boucle la boucle ! ( oubliant sa joie , tristement) Depuis ce jour , nous marchons , nous marchons , nous marchons….

LA VOIX : Passionnant ! Vous autres mortels de par ici . Vous ne savez faire qu’une chose : vous lamenter. Que m’arrive t-il à moi ? Rien ! Jamais un dérèglement, même impromptu, de ce cœur qui bat ! Et mes pensées, elles sont pour tous ceux qui, bafoués par l’éternité attendent un demain sans lendemain. Mais qui leur dira la pesanteur de l’immobilité dans lequel on veut les maintenir ? Qui dira la vacuité de l’orgueil et la naïveté des grands ? Qui dira la vanité de la domination et l’intense imbécilité de leurs haines mesquines de leurs pensées petites étroites, égarées dans l’insularité de ce monde minuscule , tournant comme des bêtes prises de folie dans leurs maisons créoles auto-forgées, haines obscures et destins brillants, haines brillantes et destins obscurs, antithèses de la vie et du rire créatif

KAENE Et vous , ne voyez-vous pas que le jeu se fait avec les mêmes cartes mystifiées pour arranger ceux qui continuent à fomenter les petits complots habituels , à tirer leurs épingles du jeu et leurs marrons du feu ?

LA VOIX : Enfants que vous êtes ! Vous êtes des enfants égarés à la recherche du monde de vos rêves, perdus dans les espaces parallèles et perpendiculaires qui se rejoignent à l’infini …Réveillez-vous ! Vous êtes partis si bas que vous tendez vos bras vers le sol, croyant les élever au ciel . On a dressé toutes sortes de peurs pour vous barrer la route. Les ancêtres de vos ancêtres le savaient bien, eux qui décidaient du futur sous l’Arbre à Palabres, Allez donc vers la nuit allez sans crainte dans la direction où le jour se lève incertain, peut-être, mais il se lève . C’est un monde intermédiaire, vous devrez vous battre , mais vous vaincrez, foi de l’homme immortel ! Je suis de tous les temps et j’ai oublié la différence entre la lueur et la sueur, entre le sein et le pain entre l’humour et l’amour, car je suis l’homme immortel,

KAENE (dubitative ) Et quel effet ça fait d’être immortel ?

LA VOIX : Sans mentir , bagay’la rèd ! Il y un petit peu de temps heureux, des temps qu’on attendait pas , mais faut pas croire , on s’embête parfois… . Sans compter que d’où je viens , les visites sont rares. Grâce au Ciel , j’ai ma fonction de Père Noël qui m’occupe durant quelques mois au moins le reste du temps, je suis au chômage

…. En attendant l’éternité m’épile ! Chacun des poils de ma barbe est l’un des filins occultes permettant de recréer l’histoire. Si par méprise je tranchais l’un, de ces poils de la mémoire, de grands pans de la culture humaine s’effondreraient dans un grand charivari

KAENE :(moqueuse) avec un bing qui ferait BANG

ABEL : Et l’homme qui cherchait son père , redeviendrait en singe ou Poisson

KAENE : Et les continents se rapprocheraient ou choisiraient de s’éloigner

ABEL : Y aura-t-il l’effondrement de la Tour de Babel ?

LA VOIX : N’exagérons rien ! Vous n’allez tout de même pas remonter jusqu’à Mathusalem

KAENE : Pourquoi ? On dit que c’est un ami à vous Et puis assez vous cacher derrière des mots et de la philosophie.

LA VOIX : Eben, elle ne manque pas d’audace, celle-ci … , j’ai bien connu la mère, le dicton n’a pas menti : les chiens ne font pas des chats !

KAENE : Si vous n’avez pas répondu à ma question, c’est que vous êtes un usurpateur

LA VOIX (menaçant ) Essaie de ne pas être insolente, si tu veux que je fasse mon travail ou je te gobe comme une mouche de carême ! Les enfants de cette famille ont t-ils été sages , généreux, et obéissants ?

ABEL : Tous ont été remarquables Père Noël ! Faites excuses ,pour ma sœur , les mots ont dépassé la pensée

KAENE: Les mots , les mots ? Voyons si véritablement il dit ce qu’il est ( s’adressant à l’auditoire , elle crie ) TITIM ?

L’AUDITOIRE : BWA SECHE !

KAENE : Toi qui sait tout car tu prétends être le Père Noël , dis-nous ce qui est vert en forêt, noir dans un sac et rouge sur le feu ?
LA VOIX : Le Charbon !

KAENE : Je tombe du ciel et je pleure ?

La voix hésite

ABEL : Si vous avez les réponses , les enfants il faut aider le Père Noël

KAENE (revêche) N’est pas Père Noël qui veut , ce vieux bonhomme dans l’arbre doit répondre : Je tombe du ciel et je pleure ?

LA VOIX : La pluie !

KAENE : Je suis serpent de couleur, de la tête à la queue ?

LA VOIX : L’Arc en ciel !

KAENE : Je suis toujours au chaud, toujours mouillée, toujours en prison et toujours libre ?

LA VOIX : La Langue

KAENE : Tout le monde peut m’ouvrir mais personne ne peut me refermer ?

LA VOIX: C’est l’œuf ! Dis moi la mademoiselle la questionneuse , à ton tour de répondre : Qui est celui qui ouvre après avoir fermé ?

KAENE : Je ne sais pas , tu as gagné et je reconnais en toi l’homme immortel et le Père Noèl . Les enfants aidons-le à descendre de l’ arbre

LA VOIX : Celui qui ouvre après avoir fermé , c’est l’espoir . Me voici !

Les enfants accourent autour de l’arbre en applaudissant

FIN
La Carbétienne
Décembre 2009

Pages