Accueil

LIMITES DES ANALYSES CONVERSATIONNELLES DANS LES USAGES DU WEB. DES RISQUES D'UNE NATURALISATION DES TECHNOLOGIES

Bruno Ollivier, Professeur en Sciences de l'Information et de la communication

L'utilisation des technologies dites du web 2.0. dans les organisations suscite des transformations qu'on peut observer à deux niveaux. Le premier niveau est celui de la structure de la communication en réseau. Il peut être approché selon une analyse qui prendra en charge les dimensions sémiotiques et techniques. Un autre niveau à prendre en compte est celui des discours qui décrivent cette communication. L'expression même de Web 2.0., mais aussi les métaphores spatiales (du village à l'horizontalité) comme les représentations du message, de l'inscription sur la page d'écran, ou des actions que réaliseraient les usagers, renvoient à des discours d'accompagnement, porteurs de représentations idéologiques du réseau comme de l'organisation et de la communication. A cet égard, la reprise de schémas et concepts théoriques issus de l'analyse linguistique, qu'on parle d'interactions, d'identités, d'énonciation, de performativité ou de conversations sur les réseaux, porte en elle le risque de relever moins de l'analyse communicationnelle que des discours d'accompagnement des technologies. Ce texte revient sur des concepts de l'anthropologie de la communication, de la pragmatique et de l'analyse conversationnelle pour montrer les risques de leur utilisation sans précautions dans l'analyse de communications électroniques.

Cliquer sur l’icône pour lire la suite.