Accueil

L'inacceptable chantage des patrons transporteurs

Jean-Laurent ALCIDE
L'inacceptable chantage des patrons transporteurs

   Effaçons tout de suite une confusion dans l'esprit du téléspectateur martiniquais moyen, les personnes qui menacent, depuis plusieurs semaines et maintenant dans un communiqué vengeur, de bloquer la Martinique entière avec leurs camions ne sont pas des employés ou des chauffeurs, mais des patrons. On a pris l'habitude de les appeler "petits patrons" par comparaison aux Békés, mais ce sont tout de même des patrons. Leurs employés touchent le SMIC, pas eux. Chacun de leur camion coûte presque 100.000 euros et certains en possèdent deux, trois, voire cinq ou six. Il suffit d'ailleurs de voir dans quels véhicules personnels roulent ces pseudo-pauvres-petits-patrons pour mesurer leur niveau de vie : Land Cruiser, BMW dernier cri et consorts.

   Nous sommes en système capitaliste et il n'est pas question de remettre en cause le fait qu'untel ou untel possède trois ou quatre camions ni qu'il se soit fait construire plusieurs maisons ou villas ni qu'il parade à bord d'une grosse cylindrée. Tout cela est de l'ordre du normal, du parfaitement normal en système capitaliste. Mais justement puisque nous sommes en pays capitaliste et que nos chers petits patrons en profitent, pourquoi viennent-ils exiger aujourd'hui que la collectivité (donc nous, vous, la population), leur verse la somme astronomique de 75.000 euros pour pouvoir partir en retraite tout en leur accordant une détaxe sur le carburant ?

   Dans leur dernier communiqué, les petits patrons jouent aux ""maltraités" et accablent Alfred MARIE-JEANNE, traité de "despote", mais si jamais la CTM accède à leurs demande, l'argent ne sortira pas de la poche de "CHABEN", mais bien de tous les Martiniquais. Or, pourquoi accepterions-nous, nous qui avons cotisé pour notre retraite toute notre vie, de garantir celle de gens qui ne se sont pas souciés de le faire ? Certains dirons qu'à l'époque, il n'y avait pas de système de retraite pour certains corps de métiers comme les leurs. Oui, mais durant toutes ces décennies, l'argent qu'ils n'ont pas versé à la Sécu est bien allé quelque part. Ils l'ont bien utilisé.  Quand on examine d'un simple coup d'œil le patrimoine de certains, on comprend à quoi il a servi.

   Donc que les petits patrons transporteurs arrêtent de jouer aux pauvres prolétaires !...

Pages