Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

L'incroyable épopée des écoles Diwan

Michel Feltin-Palas ("L'Express")
L'incroyable épopée des écoles Diwan

En 1977, cinq familles décidaient de créer une école où tous les cours étaient donnés en breton. Aujourd'hui, 4000 élèves suivent un tel enseignement.

On dira qu'avec de tels prénoms, leur destin était écrit. En 1977, Alan, Glen, Gwénaelle, Onenn et Yann sont les cinq premiers élèves de l'école maternelle de Lampaul-Ploudalzeau, dans le Finistère ; les tout premiers à suivre une scolarité non pas en français, mais en breton. Malgré les sourires narquois, les hostilités larvées, les craintes sincères, les propos définitifs assénés à leurs parents : "Vous êtes fous ! Vos enfants ne sauront jamais parler français !"

VOUS SOUHAITEZ RECEVOIR GRATUITEMENT CETTE LETTRE D'INFORMATION ? >> Cliquez ici

Il en faudrait davantage pour les décourager. Non seulement cet établissement atypique voit le jour, mais il fait des petits. Dès 1978, on compte 12 maternelles du même type. La première école primaire ouvre en 1980, le premier collège en 1988, le premier lycée en 1994. Aujourd'hui, le réseau Diwan ("germe", en breton) compte quelque 4000 élèves tandis que 15 000 autres apprennent la langue historique de la région dans les sections bilingues de l'enseignement public et de l'enseignement privé. Une incroyable épopée que retrace Pierre-Marie Malégol dans un ouvrage qui vient de paraître (1). Il était bien placé pour l'écrire : non seulement il est le père d'Alan, l'un des 5 pionniers, mais il a lui-même enseigné le breton dans le privé.

Les inquiétudes initiales ont été rapidement balayées. Non seulement tous les enfants qui suivent cette scolarité sont évidemment francophones, mais les avantages du bilinguisme précoce sont désormais reconnus : un enfant qui parle deux langues en apprend plus facilement une troisième et il est aussi plus à l'aise dans les autres matières. "Le fait de passer en permanence d'une langue à l'autre accélère le développement des fonctions cérébrales permettant la flexibilité cognitive", souligne la psycholinguiste Ranka Bijeljac-Babic (2). Vous êtes sceptiques ? Eh bien sachez que le lycée Diwan de Carhaix se classe régulièrement parmi les meilleurs établissements du pays pour ses taux de réussite au bac, y compris... en français.

LIRE AUSSI >> BILINGUISME, IMMIGRÉS ET PRÉJUGÉS

Comme les ikastolak du Pays basque (où tout l'enseignement a lieu en euskara), dont elles se sont directement inspirées, les écoles Diwan ont également permis de modifier les représentations collectives. "Dans les années 1970, la "génération Formica" voulait se débarrasser de tout ce qui faisait l'identité bretonne : le costume, les meubles, le bocage, les maisons en pierres... et surtout la langue. Il semblait aussi logique de passer du breton au français que du cheval au tracteur", résume dans une postface enlevée l'éditeur, Yoran Delacour.

Avec cette initiative, ces précurseurs ont donc aussi réussi à renverser des idées profondément ancrées dans les esprits. Oui, toute langue régionale peut devenir langue d'enseignement, langue de culture, langue d'élévation sociale. Non, parler breton n'est pas synonyme d'arriération culturelle. "Ils ont fait de cette langue méprisée, moquée, jetée au rebut, l'honneur et la fierté des Bretons", écrit dans sa préface l'écrivain Goulc'han Kervella.

Cela ne veut pas dire que le breton est sauvé. Manque de financements par l'Etat ; subventions des collectivités locales insuffisantes ; hostilité de certains syndicats d'enseignants; résistance du ministère de l'Éducation nationale (voir la rubrique "A lire sur L'Express") ; difficultés à recruter des professeurs convenablement formés ; querelles autour de la standardisation de la langue et de l'orthographe... Ajoutons à cela l'interprétation contestable de la Constitution par le Conseil d'Etat. En 2001, celui-ci a en effet utilisé l'article 2 - "la langue de la République est le français" - censé lutter contre l'anglais, pour refuser le passage sous statut public des écoles Diwan et ainsi sécuriser leur financement.

Il faut enfin mesurer le chemin qu'il reste à parcourir. De fait, seuls 3 à 4 % des enfants de primaire suivent aujourd'hui une scolarité bilingue. "Chaque jour, des locuteurs disparaissent, les jeunes générations ne compensent pas encore ces départs", note, lucide, Pierre-Marie Malégol. Mais au moins, grâce à Diwan, le breton n'est-il pas encore devenu une langue morte.

(1) Et les Bretons créèrent Diwan, par Pierre-Marie Mallégol, Editions Yoran Embanner

(2)L'enfant bilingue, par Ranka Bijeljac-Babic. Editions Odile Jacob.

Cette lettre s'interrompt pendant les fêtes de fin d'année. Rendez-vous à la rentrée !

A LIRE AILLEURS

Pourquoi ne dit-on pas "grande-mère" ni " grande-chose" ?

Excellente question à laquelle répond Muriel Gilbert sur RTL dans sa chronique "Un bonbon sur la langue".

Les francophones de Louisiane font de la résistance

Longtemps ostracisés, les francophones de Louisiane affichent désormais avec fierté leur langue et leurs racines. Et c'est la jeune génération qui sonne le réveil.

Un appel contre les anglicismes et le "séparatisme linguistique"

French Tech, health data hub, Choose France... L'association Francophonie Avenir (Afrav) lance un appel pour dénoncer le non-respect par l'Etat de la loi Toubon relative à l'emploi de la langue française.

Pourquoi il est bénéfique de transmettre une langue régionale aux enfants

Ce très bon article du blog "je parle provençal" démonte intelligemment et clairement quelques idées reçues sur le sujet. Et s'il évoque essentiellement le provençal, la leçon vaut bien évidemment pour toutes les langues de France et d'ailleurs.

Disparition de Simone de la Bollardière, voix de la non-violence et soutien des écoles Diwan

Combattants infatigables, Simone de la Bollardière, qui vient de disparaître, et son mari, Jacques, étaient surtout connus comme militants de la non-violence. On le sait moins, mais ils s'étaient aussi engagés en faveur des écoles immersives en langue bretonne et des "peuples qui refusent de mourir".

Avez-vous déjà entendu un discours de philosophie mistralienne ?

A ceux qui croient encore que les langues régionales ne sont adaptées qu'au monde rural, on ne saurait trop conseiller d'écouter le discours de philosophie que donne, dans l'esprit du grand Frédéric Mistral, le Capoulié du Félibrige à l'occasion du Banquet solennel de la Coupe. En raison du coronavirus, le discours 2020 a été simplement filmé et mis en ligne sur Internet. Le texte en provençal ainsi que sa traduction complète sont disponibles ici.

Participez à ce programme de reconnaissance vocale en occitan

Lo Congrès permanent de la lenga occitana recherche des volontaires pour son programme de développement de la reconnaissance vocale en occitan. Son objectif : parvenir demain à utiliser les assistants vocaux des téléphones, à sous-titrer les vidéos et à transcrire automatiquement les collectages.

A Saint-Brieuc, le standard automatique de l'hôpital ne reconnaît pas l'accent breton !

Le standard du centre hospitalier de la préfecture des Côtes-d'Armor fonctionne à la "reconnaissance vocale". Problème : il ne comprend pas le français prononcé avec les intonations bretonnes...

A REGARDER

Tout le monde joue avec la langue française, par Stéphane de Groodt

On ne dira jamais assez ce que les francophones belges ont apporté à la langue française. En voici un nouvel exemple avec ce sketch de Stéphane de Groodt, dont l'humour et le parti pris littéraire rappellent parfois Raymond Devos ou Pierre Desproges.

Réagissez, débattez et trouvez plus d'infos sur les langues de France en me rejoignant sur LA PAGE FACEBOOK DEDIEE A CETTE LETTRE D'INFORMATION

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages