Accueil
Un conte

LULMA OU LA PREMIÈRE GIRAFE

Thierry Caille

Il était une fois, bien loin, très loin de la grande ville, loin des poussières miséreuses de Dakar, loin des cohues et des tohu-bohu, loin au-delà des collines bleutées et des savanes maigres et épineuses de la brousse sauvage et lointaine, une antilope aux longs yeux tristes, à la robe tachetée et rousse. Elle s’appelait Lulma.

Elle vivait parmi un grand troupeau d’antilopes farouches, prêtes à bondir, à s’envoler en soulevant le sable de la savane au moindre danger ou simplement pour le plaisir de la course et de la liberté. Quand venait le soir, quand le soleil, voleur d’or, fuyait vers son repaire, traînant un long drap couleur de nuit, les antilopes venaient boire au bord du fleuve Sénégal, pour un instant de paix, avant de retourner vers la savane courir et croquer leurs nuits après les bourgeons d’acacia et les pousses tendres des rares arbustes.

Lulma n’était pas comme les autres antilopes du troupeau. Elle aimait la solitude et la rêverie. Elle aimait courir seule, jusqu’à l’épuisement comme un grand papillon qui s’enfuirait à jamais. Le soir elle préférait rester au bord du fleuve et regarder couler l’eau jaune chargée de terre venant des hauts plateaux, l’eau courir sans cesse avec des tourbillons, des remous tandis que des couleurs rouges se peignaient sur la savane, sur les arbres et sur le ciel dans un frissonnement de fraîcheur.

Elle aimait la rêverie, Lulma, le soir au bord du fleuve avec ses grands yeux tristes plein de mélancolie sans savoir pourquoi. Elle restait des heures sans bouger. A peine si elle voyait la lente ascension de la lune, son teint blafard, maladif et ses ombres fragiles sur la pâle savane.

Elle passait ses nuits ainsi près d’un jeune baobab, un arbre sacré dont la graine était venu d’on ne sait où, portée par le vent peut-être.

Or un soir de saison sèche, un oiseau étrange vint se poser sur une branche du baobab. Jamais Lulma n’en avait vu de pareil, un plumage bleu, couleur des mers aux fonds sablonneux, un oiseau majestueux avec deux grandes ailes qui flottaient dans l’air. Vers le milieu de la nuit alors que tout reposait dans un silence métallique, l’oiseau Agezazio, c’était son nom, se mit à chanter. Sa voix cristalline s’élevait dans l’air pur. Elle était simplement ensorcelante, très douce, mélodieuse. Un peu triste aussi. Lulma n’avait jamais rien entendu de si beau, de si troublant, un chant qui l’emportait vers une rêverie sans fin, une joie intérieure et mystérieuse. Elle essaya de toucher du museau l’oiseau Agezazio mais la branche sur laquelle il était perché était à peine trop haute. Elle tendit le cou, elle le frôlait presque sans l’atteindre. Et son vœu le plus cher était de toucher le plumage de cet oiseau inconnu. Elle n’y parvenait pas bien que l’oiseau ne bougeât pas de sa branche et poursuivait son chant d’or.

Tous les soirs l’oiseau revenait sur la même branche et chantait pour Lulma les mêmes airs magiques. Et tous les soirs elle essayait de l’atteindre de son museau en tendant le cou. Plus le temps passait et plus Lulma, envoûtée par ce chant mélancolique, faisait des efforts démesurés pour caresser les plumes couleurs des mers. L’oiseau ne quittait jamais la même branche. Mais voilà, le baobab, imperceptiblement poussait un peu plus chaque jour et sans qu’on s’en rende compte la branche qui portait Agezazio s’élevait un peu chaque jour. Lulma ne s’en apercevait pas, elle continuait à tendre son cou vers l’oiseau et son cou, de jour en jour, peu à peu s’allongeait de la même façon que le baobab grandissait.

Des années passèrent ainsi au bord du fleuve, chaque nuit répétant le même ensorcellement et les souffrances de Lulma pour atteindre cet oiseau qui versait sur ses nuits une douce mélancolie. Mais le baobab était devenu un bel arbre et le cou de Lulma démesurément long.  Les chasseurs qui la voyaient courir ne reconnurent pas l’antilope et l’appelèrent curieusement girafe. Un nouvel animal était apparu dans la savane, à la course pareille à l’antilope mais au cou si long, si long.

L’oiseau Agezazio était en fait un génie de la forêt, une sorte de sorcier qui veillait sur les animaux sauvages, loin des hommes, dans le mystère des bois et sur les savanes brûlées par le soleil. Mais il revint tous les soirs, au bord du fleuve chanter pour Lulma la girafe et ses petits girafons.

Tableau du logo par Louis Rosemont, Naderhaitianart.com.

Pages