Accueil

L'UOM A ORGANISE SES PREMIERS EXAMENS EN CREOLE LANGUAGES

La tenue en début de semaine à l'Université de Maurice des premiers examens pour le module Introduction to Creole Languages est qualifiée par les spécialistes ' d'étape historique '. Au-delà de la démarche académique, cette institution d'Etat participe ainsi à la reconnaissance et à la valorisation du kreol morisyen au plan officiel. Ce qui retient l'attention dans ce papier, c'est que pour répondre à certaines questions les étudiants avaient au choix le français, l'anglais ou le kreol morisyen.

Introduction to Creole Languages figure à partir de cette année académique dans la catégorie Stand-Alone modules. Les Stand-Alone Modules ne sont pas rattachés aux programmes d'études menant à l'obtention des diplômes universitaires tels la licence ou une maîtrise. Comme son nom l'indique, il s'agit de modules indépendants et peuvent être pris par ceux qui manifestent de l'intérêt pour l'un ou l'autre des sujets.

Le module Introduction to Creole Languages a été proposé par la Faculty of Social Studies and Humanities. Les candidats à l'examen de lundi dernier, dont un bon nombre sont des militants de la langue créole, considèrent ce moment comme un ' événement historique '. ' Il faut féliciter l'Université pour sa démarche de reconnaître les études en langues créoles mais surtout de traiter cette matière avec respect et attention. Nous étions là dans des conditions d'examens et dans la même salle que les candidats qui prenaient part aux examens en E-Banking. Ce cours sera d'un apport certain dans la formation des enseignants dans la perspective de la prise en compte de la langue maternelle dans l'éducation au niveau national ', fait ressortir Jimmy Harmon, responsable du dossier Langue maternelle au Bureau d'éducation catholique.

Arnaud Carpooran, sociolinguiste et coordonnateur de l'organisation de ce cours, tout en considérant l'examen qui a eu lieu lundi dernier comme ' une belle avancée ' à Maurice pour l'intégration des études de langue créole au programme des études universitaires, demeure modeste dans ses commentaires, faisant remarquer que le pays accuse un retard dans ce domaine. ' Je suis fier d'être celui qui a fait avancer les choses mais ce n'est qu'un retard que nous commençons à rattraper ', commente-t-il modestement. ' Dans tous les pays créolophones où il y a une université, les études créoles sont enseignées depuis longtemps. Nous faisons pâle figure à côté d'eux ', poursuite M. Carpooran.

Pour l'heure, cet examen mène seulement à une attestation délivrée par l'Université mais ces Etudes en langues créoles auront un autre statut dans un proche avenir. Des discussions ont lieu pour l'organisation d'un cours avec une approche pluridisciplinaire et conduisant à l'octroi d'un Certificate of Creole Studies et il y a, selon Arnaud Carpooran, une demande de plusieurs départements dans cette direction.

S'agissant de ce premier questionnaire proposé lundi dernier, d'abord, les questions étaient bilingues (kreol-anglais) mais les candidats avaient le choix d'y répondre en anglais, en français ou en kreol morisyen (selon la Grafi Larmoni) sauf pour les questions 1 et 3 où il leur fallait répondre obligatoirement en kreol. On note aussi que les questions qui faisaient appel à la réflexion et à la capacité d'analyse des candidats portaient sur les sujets d'actualité comme celles-ci : ' Using your personal experience, make a critical description of the various functions that Creole Language has in Mauritius ' ou encore : ' What are the main obstacles that are still preventing Creole language from being officially recognised in Primary Education in Mauritius ? '.

Arnaud Carpooran tient à expliquer que si le choix s'est porté sur la Grafi Larmoni pour l'utilisation du kreol, c'est parce que cette graphie est une proposition émanant de l'Université de Maurice et du Mauritius Institute of Education. ' Le gouvernement d'alors avait commandé une proposition et les linguistes du MIE et de l'Université de Maurice ont travaillé ensemble pour faire une proposition qui est celle de la Grafi Larmoni. D'ailleurs, le rapport porte le sceau de l'université de Maurice. Malheureusement, les gens ont tendance à croire que c'est une proposition politique alors que c'est une proposition d'universitaires ', rappelle le linguiste quelque peu agacé par certaines mauvaises interprétations.

Myette AHCHOON

Pages