Accueil

LYNCHAGE MEDIATIQUE DE THURAM OU QUAND LE NEGRISME SE MORD LA QUEUE…

Lilian Thuram n’a jamais été ma tasse de thé. Non pas au plan footballistique auquel je ne connais presque rien, mais parce qu’il a toujours jours joué sur les deux tableaux : « noir français » d’un côté ; antillais de l’autre. Que les descendants de première, deuxième ou troisième génération qui sont nés ou ont vécu dès leur plus jeune âge en France, se déclarent français, cela ne me dérange pas du tout. Qu’ils s’expriment, prennent position sur les problèmes franco-français, qu’ils luttent pour avoir une juste place au sein de cette société raciste qu’est la société française, m’a toujours paru tout à fait normal. Mais là où ça ne va plus, c’est quand les « Noirs français » veulent aussi s’exprimer ou prendre position sur la situation des Antilles en tant qu’…Antillais. Le « léwoz » annuel organisé par Thuram participe ainsi de cette intrusion dans les affaires antillo-antillaises. Tout cela pour nous convaincre qu’il est bon et bien d’être français ad vitam aeternam !
C’est ce confusionisme (marqué au coin du négrisme) qui a poussé certains à demander que les « Noirs français » soient aussi consultés lors du référendum du 10 janvier dernier sur l’article 74. N’importe quoi ! Si l’on comprend bien, le chanteur Julien Clerc (dont le grand-père était un Noir guadeloupéen) ou l’écrivain Daniel Piccouly (dont le père était un Noir martiniquais) auraient leur mot à dire sur le destin de la Martinique ou de la Guadeloupe !!! Thuram ou d’autres auraient le droit d’être contre une éventuelle indépendance de nos pays !!!

L’argument avancé est que toutes ces personnes seraient « d’origine antillaise ». Certes, mais Rama Yade est d’origine sénégalaise et Rachida Dati d’origine marocaine et pourtant, personne ne les a jamais entendu prononcer le moindre avis ou prendre position sur un quelconque problème concernant le pays de leurs parents. En tant qu’afro-française et arabo-française, elles se l’interdisent, j’imagine, et elles ont parfaitement raison. Je ne crois pas, par exemple, qu’Abdoulaye Wade, le président du Sénégal, eut toléré que Rama Yade critique la statue de la Renaissance Africaine qu’il vient de construire à Dakar et qui a coûté des millions d’euros. Cette dernière a le droit de penser en son for intérieur qu’il s’agit là d’un gaspillage d’argent dans un pays où la population vit avec moins de 3 dollars par jour, mais elle n’a pas le droit de le dire publiquement. C’est aux Sénégalais de le faire et à eux seuls car ce sont eux qui « tiennent la queue de la poêle » comme on dit en créole…

HARO SUR LE THURAM

Venons-en au lynchage qu’a subi toute cette semaine le joueur le plus capé de l’Equipe de France ! Disons d’abord que la connerie humaine a trouvé dans les blogs et les sites-web un excellent moyen de diffusion. Avant, elle se cantonnait aux conversations du Café de commerce ou aux brèves de comptoir. Elle était donc circonscrite et peu contagieuse. L’Internet lui a ouvert les portes de l’univers entier. C’est la face hideuse de cet instrument de communication par ailleurs formidable. Il suffit de s’inventer un pseudonyme et de se créer une adresse-mail anonyme du genre « zaboka@hotmail.com » ou « negmawon@yahoo.fr » pour pouvoir déblatérer à perte de vue sur X ou Y. Nos courageux internautes sont donc tombés à bras raccourcis sur Thuram le traitant de « nègre à blanc », de « faux frère », de « plus Français que les Français », d’ « esclave domestique » ou de « vendu ». Tout ça pour quoi ? Parce qu’il a déclaré qu’Evra et d’autres joueurs de l’équipe de France devraient être interdits à vie de sélection et qu’il faut respecter le maillot que l’on porte quand on a l’honneur de faire partie des Bleus.

J’ai beau lire et relire, écouter et réécouter cette déclaration, je ne lui trouve absolument rien de choquant. Car si les Noirs français luttent pour obtenir leur juste place au sein de la société française, ce n’est pas dans le but de la détruire de l’intérieur, je suppose. Que ceux qui ont pareille idée en tête entrent alors en résistance, qu’ils refusent toute promotion et notamment celle d’être sélectionné chez les Bleus ! Personne n’oblige Anelka ou Evra à jouer dans cette équipe. Ils gagnent déjà des millions dans leurs clubs, donc ce n’est pas cela qui les enrichira davantage. Le jour où il y aura une sélection martiniquaise, qu’elle refusera de chanter l’hymne national martiniquais, de s’incliner devant le drapeau martiniquais ou qu’elle donnera le spectacle lamentable qu’Evra et ses compères ont donné en Afrique du sud, eh bien je dirai exactement la même chose que Thuram.

CLARTE

Car il faut être clair et Didier Drogba, lui, l’est. Arrivé en France à l’âge de trois ans, il y a toujours vécu depuis et aurait parfaitement pu jouer pour les Bleus. Il a refusé et a préféré jouer dans la sélection de la Côte d’Ivoire, pays de ses parents. Là, on doit lui tirer notre chapeau. Drogba ne joue pas sur les deux tableaux : « Afro-français » d’un côté et « Africain » de l’autre. Il dit : « Je suis Africain, je préfère jouer pour la Côte d’Ivoire » et quand l’hymne ivoirien joue, il le chante à pleins poumons comme tous ses coéquipiers. Bravo ! Et je suis prêt à parier qu’au fond de lui, il a dû avoir honte du comportement infantile, imbécile, immature des Evra et autres Anelka, ce qu’a voulu dénoncer Thuram justement.

Non, Thuram, dans ce cas précis, n’est ni un « nègre à Blanc » ni un « faux frère » ni un « vendu ». Il est logique avec lui-même. Tout simplement. Je suis un Noir français, je joue dans l’équipe de mon pays, eh bien je dois respecter mon pays, son hymne national et son drapeau. Point barre. Tout autre comportement est un comportement de voyous et d’enfants gâtés milliardaires. Dans la Martinique indépendante d’après-demain, j’espère bien que nos descendants ne toléreront pas ce genre de chose.

NOIRISME

Mais là où Thuram s’est quand même fait piéger, c’est par le noirisme qu’il a toujours défendu par ailleurs. Les noiristes ont donc beau jeu de lui lancer à la figure aujourd’hui : « Un Noir ne doit pas critiquer ou démolir un autre Noir ! Tu n’es qu’un nègre à Blanc et un vendu. ». Imaginez des phrases du genre « Un Jaune ne doit pas critiquer un autre Jaune » ou « Un Arabe ne doit pas critiquer un autre Arabe ! ». Tout le monde aurait trouvé ça ridicule et débile. Dans le cas des Noirs, on trouve ça parfaitement normal !!! L’imbécillité noiriste nous interdit ainsi de critiquer Obama qui a lancé plus de drones (avions-bombardier sans pilote) sur l’Afghanistan que Georges Bush. Elle nous interdit de critiquer le président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, qui soutient que le sida est une invention des Blancs et qui déclare bravement qu’il s’est douché juste après avoir eu une relation sexuelle avec une jeune fille de 19 ans (qui l’a d’ailleurs traîné devant les tribunaux pour viol !), ce qui a empêché toute contamination. C’est comme si les Blancs s’interdisaient de critiquer Bill Clinton et ses galipettes avec Monica Lewinsky dans le Bureau ovale de la Maison Blanche !

Cela a un nom : l’infantilisme. Le noirisme est un infantilisme.
Espérons pour lui que Lilian Thuram en aura tiré la leçon !

Raphaël Confiant

Commentaires

fela | 07/07/2010 - 20:01 :
Les "noiristes" comme vous les appelez, critiquent Thuram car ce dernier avait l'habitude de se la raconter porte parole d'un génération noire consciente, son fils porte le nom (grécisé et même pas africain! ça en dit long sur la conscience de pacotille du personnage!) d'un pharaon égyptien: Kephren (Kaefra est le nom africain originel), durant ses interviews de l'ère 98, il se plaisait à dire que Marcus Garvey et Malcolm X était ses héros, il s'érigeait en pourfendeur des créateurs du concept d'inégalité des races etc, etc... la communauté noire consciente aimait Thuram, car on avait pas l'habitude d'entendre un sportif divulguer de tels messages. Cependant voir Thuram chanter la marseillaise plus fort que n'importe qui avait déjà mis la puce à l'oreille à pas mal de gens, quel paradoxe! Ensuite, il y a quelques mois il y a eu la promo catastrophique de son livre intitulé Mes Etoiles Noires; il est évident qu'il s'aventurait sur un terrain qu'il maîtrisait mal... Et là, avec cet excès de zèle concernant Evra, on touche le fond. Evra n'est pas le seul responsable du drame ayant eu lieu en Afrique du Sud, demander sa radiation définitive alors que c'est un jeune joueur est vraiment beaucoup trop sévère et il a fallu que ce soit un frère qui déclare cela publiquement! Voilà ce qui a choqué ceux que vous appelez les noiristes négristes infantiles que vous adorez tant détester. A part ça, je partage vos critiques à l'encontre d'Obama, je pense que Jacob Zuma est un débile profond et je suis loin d'être le seul!
alain__d | 08/07/2010 - 12:52 :
Le problème de l'équipe de France avec ses nègres est politico-raciale, les langues ont du mal à se délier mais elles se délieront un jour on saura la vérité. la France, pour tout originaire DOM TOM qui ne la connait pas vraiment est un pays fondamentalement et culturellement raciste, car il faut vivre en france pour comprendre le comportement Francais. En dehors du territoire Francais, et meme aux antilles quand ils n'ont pas encore tout à fait la main ils se montrent gentils et avenants pour mieux te couillonner mieux t'asservir, et pour finir te considérer comme un moins que rien, un rien négligeable une sous merde. c'est ça le Francais.
malabo | 10/07/2010 - 17:57 :
Evra a accepté le brassard de capitaine donc il doit assumer les responsabilités qui vont avec. Parler de traitre dans le groupe etc n'était peut être pas très responsable de sa part. D'où le fait qu'il ait été au centre des critiques de Thuram qui a tout de même le droit de critiquer un "frère de couleur" sans forcément être un traite à la "cause". Je suis toutefois d'accord avec le fait qu'il ne doit pas être le seul à être sanctionné et que cette sanction doit être en proportion avec les fautes commisses aussi bien au niveau des joueurs que des dirigeants. Domenech ou Esclattes sont peut être partis mais on doit pouvoir les rattraper.
gael | 22/07/2010 - 12:16 :
Et pourquoi ne pourrait-on pas être à la fois français noir et antillais ? Pourquoi l'identité d'un individu ne pourrait-elle être multiple, complexe ? Pourquoi faudrait-il nier une partie de ce que l'on est au nom d'une autre partie ? Pourquoi quelqu'un qui se sent à la fois français et antillais devrait-il se tronquer ou se résumer grossièrement ? (Re)lire "Les identités meurtrières" d'Amin Maalouf.
gael | 22/07/2010 - 12:33 :
Il ne serait pas de bon ton que Rama Yade ou Rachida Dati émettent des critiques publiques sur les décisions politiques sénégalaises ou marocaines tout simplement parce qu'elles sont des représentantes politiques françaises. Leur parole serait perçue comme une ingérence de l'Etat français, qu'elles représentent. Thuram n'est pas ministre et ne représente pas l'Etat français. Bien sûr qu'un français d'origine marocaine, sénégalaise, vietnamienne, étasunienne... a parfaitement le droit d'émettre des critiques sur les décisions des gens qui gouvernent le Maroc, le Sénégal, le Vietnam, les USA, y compris des critiques publiques s'il est un personnage public (un écrivain ou un artiste, par exemple). Non mais oh ! Après, le Maroc, le Sénégal... sont évidemment libres de ne pas tenir compte de son avis. En outre il me semble que M. Confiant - qui si j'ai bien compris est "antillais" et pas "noir français" - s'accorde la liberté de s'exprimer sur les décisions politiques franco-françaises (on ne peut pas dire que l'histoire de la burqa risque de toucher particulièrement les Antilles). M. Confiant aurait-il plus de droits que M. Thuram ?

Pages