Accueil

Madame St-Clair Reine de Harlem – Raphaël Confiant

Marie-Aube (in site "SO WHAT ?")
Madame St-Clair Reine de Harlem – Raphaël Confiant

Stéphanie Sainte-Claire débarque de la Martinique à New-York et va devenir la Reine de la loterie clandestine à Harlem dans les années 20-40.

Résumé

Stéphanie Sainte-Claire débarque de la Martinique à New-York, après un passage en métropole. Stéphanie était servante, depuis l’âge de 16 ans, dans une famille aisée de la Martinique. Elle a 26 ans quand elle arrive à New-York, ne parle pas anglais, ne connaît personne aux États-Unis, mais va devenir Madame St-Clair, la Reine de la loterie clandestine à Harlem dans les années 20-40, après avoir défié les gangsters locaux, le racisme et même avoir tenu tête à la mafia.

Stéphanie Sainte-Claire a vraiment existé.

Madame St-Clair Reine de Harlem
Raphaël Confiant
Éditions Folio
Paru le 1er juin 2017
368 pages
7,70€

Auteur

Raphaël Confiant est né en 1951 au Lorrain, en Martinique. Il est issu d’une famille de distillateurs. Il a suivi des études à l’IEP et des études d’anglais à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence. Il a été professeur de lycée, puis d’université, avant de devenir écrivain et doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université des Antilles et de la Guyane en 1993.

Notre avis

Le roman est tout de suite captivant. Il ne m’a pas fallu plus de quelques pages pour adorer, et ce, jusqu’à la fin du livre !

On est d’abord surpris par l’usage de vocabulaire martiniquais, et ensuite on adore, il fait vraiment partie du charme de ce roman (l’auteur, Raphaël Confiant, est martiniquais, comme Stéphanie Sainte-Claire).

Stéphanie Sainte-Claire a une vie hors du commun, et une personnalité hors du commun. Elle est forte, indépendante, féministe, obstinée, courageuse. Je me suis attachée à elle tout de suite. Le lecteur suit avec beaucoup de plaisir son parcours, et on veut tout savoir sur elle !

On vit aussi, avec Stéphanie Sainte-Claire, une page de l’Histoire martiniquaise et de l’Histoire américaine. Une plongée dans un contexte difficile a fortiori pour une femme noire issue d’une famille pauvre de Martinique. On arpente aussi le quartier de Harlem en suivant la Reine de la loterie clandestine. On est dépaysé, et on adore ! On croise des parrains de la mafia (rencontrés dans d’autres romans dont on vous a parlé comme Father de Vito Bruschini).

Le récit suit chronologiquement la vie de Stéphanie Sainte-Claire avec des digressions régulières, mais on ne perd pas le fil de l’histoire, il y a des répétitions, parfois utiles pour suivre le récit (parfois moins). Le rythme est soutenu, la vie de Stéphanie Sainte-Claire n’est pas de tout repos ! De la Martinique à New-York en passant par Marseille. On est ému par le récit du début difficile de sa vie : l’avenir peu prometteur qui l’attendait dans sa Martinique natale, sa mère peu concernée… Et on suit ensuite son séjour marseillais, riche en émotions et qui marque le début de sa vie d’aventures. Impressionnante Stéphanie Sainte-Claire qui arrive à New-York, a survécu à des drames et a connu une remarquable ascension dans le milieu du crime de Harlem.

Si je devais émettre une toute petite critique : j’ai terminé ce roman avec une infime frustration, le manque de détails au sujet l’ascension même de Stéphanie Sainte-Claire. Sa vie en Martinique puis sa vie de reine de Harlem sont détaillées mais on n’a pas beaucoup d’informations sur son ascension, qui, selon ses dires, lui a demandé des années d’efforts… Or, on veut tout savoir sur la vie de Stéphanie Sainte-Claire à laquelle on s’est attaché ! Mais ça ne gâche en rien la lecture du roman.

Une histoire fascinante, une écriture intéressante, un personnage complexe et émouvant, un contexte dépaysant (les États-Unis des années 20 aux années 40). On adore ! Un vrai coup de cœur.

Pages