Accueil
Tan é sézon liméwo 10.

MATYOU : B….A MARÈN A-W !

par Hector Poullet
MATYOU :  B….A MARÈN A-W !

Vyé pawòl, mi sé sa ka rété-nou lèwvwè nou pa annéta rété doubout douvan  boulvès a lavi.  Menmjan pou di tousa ki fèt an lanmè a pa fòt a réken, vougaré lanati pou di-y i pa ka fè-nou pè é nou pé ké janmen mété jounou atè ni douvan lenjistis, ni douvan tigonnaj kèlkanswa la yo sòti, kanmenmsi sa té ké ta Bondyé.

Sa vré, ni dòt mannyè pou réaji kontèl lè an té timoun. Nou té ka sizé douvan pòt a kaz-la é nou té ka chanté : Lanj Gabriyèl pwan lapli voyé solèy !

An tann réflèksyon-lasa an bouch a Ayisyen Labityé, ki ni timoun oben fanmi Jérémi, OKay, OPòwsalu. Yo di-mwen : «  Sé volonté a Gran-Mèt’la », « Gran-Mèt’la sav sa i ka fè ». An té ké  anvi di-yo Gran-Mèt-la yo ka di la ni bon do, sé on vèglaj, « on vèglaj » poudavwa fò pèp-la pwan labitid asèpté sa ki pa nòz asèptab. Men, an gadé sa pou mwen, padavwa mwenmenm mwenmen an mwen an té konkonm san grenn, é an pa té ni ayen dòt pou yo annisòf rété san fè ahak douvan malè a yo.

Asiré pa pétèt, sa fasil modi syèl-la, montré-y on kyòk, pwomèt-li on volé a démiziré, on chalanndé,   ki té ké rèvanch an-nou ! Men sé moun rèskonsab-lasa yo pa té ké ka ègzisté ? Sé moun a tout malè-lasa osèryé, rèskonsab davwa Ayiti ké ay pi mové an pi mové, dè katastwòf an katastwòf ? Gouvèlman ayisyen sé vré, sé on bann sanblan gidonnè a on swadizan gouvèlman, ès yo ni on kenkonk pouvwa oben on volonté pou chanjé kalanswa? Dèyè gouvèlman-lasa, on sanblaj konséyé jiridik, tèknik, on kyolé ONG, on lawmé yo ka di MINUSTAH é administrasyon ka di yo véyatif asi sitiyasyon-la. Yo ka sòti toupatou, an tout chouk, kontèl  mouch a kaka, yo ka pwan lèv adan mizè tout koté asi latè.

Pou jis rédé-nou fè on konparézon, ondòt péyi koté noumenm ka touvé mannyè pou mèt popilasyon-la an sékirité adan on bik yo prévwè pousa. On péyi ki an mizè, san pwotèksyon a " l’Oncle Sam", san ONG, san ONU. Ka nou ni pou di asi sa ?

Dèmen planèt-la anplen ké vini ka pléré on fwa ankò asi sò a Ayiti. Yo ké voyé kantité matéryèl, manjé é tèknisyen. « Gouvèlman ayisyen » ja mèt-anpangad : A pa adan on chalbari anpangal sa ké pé fèt. Sa pou moun konpwann « san nou pwan pa an nou !»

Es fo-nou pléré, ès fo-nou ri ?

Sa ka fè-mwen chonjé tipwòl-lasa Dyab ka mayé fi a-y dèyè légliz lè solèy ka kléré anba gwo lapli. Kivlédi : ri é pléré anmenditan. kifèwvwè mwen anvi chanté : Lanj Gabriyèl pwan lapli voyé solèy !

 

L’insulte est tout ce qui nous reste quand nous nous sentons impuissant devant les coups du sort.  Comme un aveu d’un début de révolte, menacer le ciel du poing comme pour lui dire qu’il ne nous fait pas peur, que nous ne nous résignerons jamais à subir l’injustice et l’acharnement d’où qu’ils viennent, fut-ce de Dieu lui-même.

Bien sûr il y a l’autre attitude qui s’apparente à celle que nous avions quand j’étais enfant. Nous nous asseyions devant la porte de la case et nous chantonnions : Lanj Gabriyèl pwan lapli voyé solèy !

J’ai entendu cette réflexion de la part d’Haïtiens de l’Habituée dont les enfants ou les parents sont à Jérémie, aux Cayes, ou à Port-Salut, qui m’ont dit : «  Sé volonté a Gran-Mèt’la », « Gran-Mèt la sav sa i ka fè ». J’aurais eu envie de leur dire que le Grand Maître en question a bon dos, ce n’est qu’un leurre, « on vèglaj » pour que les peuples gardent l’habitude d’accepter l’inacceptable. Mais je m’en suis bien  gardé car je n’avais moi-même rien d’autre à leur proposer, sinon mes imprécations d’impuissant.  

Bien sûr il est facile de maudire le ciel, de lui montrer le poing, de lui promettre une raclée qui sera notre revanche. Mais les vraies responsables humains de ce désastre, responsables du fait qu’Haïti ne peut aller que de désastre en désastre, de catastrophe en catastrophe, ces responsables n’existeraient-ils pas ? Le gouvernement haïtien bien sûr, mais les membres fantoches de ce pseudo gouvernement ont-ils un quelconque pouvoir, ou volonté de changer quoi que ce soit ? Derrière ce gouvernement un aéropage de conseillers juridiques, techniques, une kyrielle  d’ONG, une armée dite MINUSTAH, des administrations bienveillantes. Ils sont  de tous horizons, de toutes origines qui, tels des rats dans un fromage, se repaissent de la misère du monde.

Juste à côté comme pour mieux nous aider à comparer, un autre pays également sous développé, mais sans protection de l’Oncle Sam, sans ONG, sans ONU, trouve les moyens d’évacuer la population dans des centres prévus à cet effet. Que faut-il en tirer comme conclusion ?

Demain toute la planète viendra une fois de plus pleurer sur le sort d’Haïti. On enverra des tonnes de matériel, de nourriture, de techniciens. Le « gouvernement haïtien » a déjà prévenu : il n’est pas question que cela se passe dans le désordre. Entendez « sans que nous n’en prélevions notre dîme !».

Faut-il pleurer, faut-il en rire ?

Cela me fait penser à l’expression Dyab ka mayé fi a-y dèyè légliz  quand le soleil brille sous la pluie battante. Autrement dit : rire et pleurer en même temps. J’ai envie de chanter  Lanj Gabriyèl pwan lapli voyé solèy !

 

 

 

Post-scriptum: 
(Sé Loyiz Antonen, mètlékòl an kréyòl i mofwazé on tèks Ektò Poulé té maké an fwansé jòdi 8 0kt. 2016 pou Montray kréyol)

Pages