Accueil

Michel Onfray était à la Faculté des Lettres et Sciences humaines (campus de Schoelcher)

Jean-Laurent Alcide
Michel Onfray était à la Faculté des Lettres et Sciences humaines (campus de Schoelcher)

Aimé Césaire, Frantz Fanon, Edouard Glissant d'une part ; Joseph Conrad, Claude Lévi-Strauss, Charles De Gaulle  d'autre part. Exceptée la reconnaissance planétaire qu'ont en commun les premiers et les seconds? La Martinique ! La Martinique ? Oui! Les premiers y sont nés et les seconds l'ont visitée.

Un autre nom illustre a depuis peu lié son destin à celui de la Martinique. Ce nom? Celui de Michel Onfray. En effet le philosophe français le plus lu dans le monde a récemment fait l'acquisition d'une maison dans la ville de Saint-Pierre. Ce lundi 25 Février 2019, le natif d'Argentan (Normandie) donnait une conférence à l'occasion de la sortie de son livre Sagesse à l'université des Antilles.

La conférence prévue à 18h15 a débuté à 18h...07! Michel Onfray a la réputation de déconstruire les mythes ; l'heure antillaise en a pris pour son grade diront certains! La conférence a débuté par la présentation de Michel Onfray et de son livre Sagesse par madame le doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Cécile Bertin-Elisabeth. A cette présentation, le doyen a ajouté un compte-rendu de lecture de l'ouvrage Sagesse. Ce sont ensuite ajoutés deux autres comptes rendus : celle d'une récente docteur de la faculté, Patricia Gros-Désirs et celle d'un enseignant de cette même faculté, Franck Colin, par vidéo préenregistrée. Chacun de ces comptes-rendus se sont ponctués par des questions sur le contenu de Sagesse mais également sur l histoire de la Martinique ou encore des auteurs.

Sans langue de bois Michel Onfray a répondu : sur l'histoire de la Martinique,il a mis en garde sur le perpétuel retour sur l'esclavage auquel s'adonnent certains martiniquais; sur les auteurs martiniquais : Glissant était trop deleuzien;  Aimé Césaire a reproduit les surréalistes français! Voilà qui a le  mérite d'être clair! C’était pour mieux affirmer qu au lieu de s’opposer dans le passé, il fallait plutôt se retrouver dans son présent. C’était pour ensuite rendre hommage au génie martiniquais qui était géniale selon lui quand il ne décalquait pas l’Occident. Génie que Michel Onfray a salué notamment dans les oeuvres de Patrick Chamoiseau et de Raphaël Confiant notamment.

Concernant la généalogie de son livre, Michel Onfray l'a inscrite dans deux personnages fondamentaux de son existence: un père de chair et de sang (Gaston Onfray) qui fut un maître et un maître((Lucien Jerphagnon) qui fut un "père de papier" et de parole. Le premier aura vécu, selon lui, comme les philosophes romains que le second lui fera découvrir à son entrée à l'université. Qui sont donc les Romains dont il est question dans sagesse? quelle était leur approche de la philosophie? Pourquoi sont ils minorés par rapport aux philosophes grecs? Lucrèce, Cicéron, Sénèque. Articuler la philosophie et l'existence, philosopher pour vivre, vivre pour philosopher. L'historiographie de la philosophie a longtemps considéré que les philosophes romains comme n'étant pas des philosophes mais "des mauvais traducteurs de la philosophie grecque". Michel Onfray a expliqué que cet ouvrage avoir pour objectifs de réhabiliter cette philosophie romaine; pragmatique quand la philosophie grecque est ,elle , théorique; concrète quand la philosophie grecque est , elle, abstraite.

La conférence s’est ponctuée par un échange avec le public. Michel Onfray a répondu à trois questions: une sur la théorie "Black Athéna"  selon laquelle les connaissances de l’Occident auraient “volé” en Afrique, une question sur le jacobinisme et une dernière sur l’hypothèse que Diogène et les cyniques  seraient des Romains avant les Romains.  Dans ses réponses Michel Onfray a affirmé qu’il était un républicain au sens étymologique. En ce sens , peu importe d’où venaient les connaissances puisqu’elles étaient, de fait, HUMAINES. Il a ensuite rappelé, dans la droite lignée de La Boétie, que le jacobinisme ou toute autre forme de domination n’existe que parce qu’il y a soumission. Enfin il a conclu sur une dernière question qui concernait son dernier ouvrage Sagesse.

Jean-Laurent ALCIDE

Image: 

Pages