Accueil

NAUFRAGE OU ASSASSINAT ?

Selon des sources dignes de foi, la minustah aurait la certitude que la version de "l'accident" est fausse le navire des gardes côtes aurait volontaire fait chavirer le navire des candidats à l'immigration et aurait volontairement foncé sur les gens qui nageaient pour qu'il y ait du sang....pour attirer les requins...vous trouverez ci-après une copie de l'article d'une Semaine en Haïti du 14 mai 2007.

- {{Forte émotion à l’arrivée des survivants d’un naufrage.}}

Le naufrage, le 4 mai, d’un voilier dans les eaux territoriales des îles britanniques Turks-et-Caïcos aurait fait au moins 61 victimes. Le gouvernement haïtien a décrété le 10 mai journée de deuil national pour honorer la mémoire des victimes. Ce jour là, les 76 rescapés ont été rapatriés à l’aéroport international du Cap Haïtien. Un imposant dispositif de sécurité a été mis en place en vue de contenir plusieurs centaines de parents en état de choc et de badauds qui attendaient leur arrivée. Deux d’entre eux, identifiés comme de présumés bandits qui fuyaient le pays, ont été arrêtés à leur descente d’avion.

Les rapatriés, pour la plupart épuisés et au bord des larmes, ont accusé sans détour la police maritime des îles Turks-et-Caïcos d’avoir délibérément provoqué le naufrage après avoir proféré des menaces aux occupants de l’embarcation. Transportant au moins 160 personnes, le voilier aurait été violemment heurté à deux reprises avant de sombrer à environ deux kilomètres de la terre ferme, selon les propos rapportés par radio Kiskeya. Selon l’Associated Press, des survivants affirment qu’au moment où leur bateau s’approchait d’une plage, il a été remorqué vers des eaux plus profondes, infestées de requins, et a été abandonné lorsqu’il a chaviré. Les garde-côtes américains disent quant à eux que le voilier a chaviré alors qu’il était remorqué par la police des îles Turks-et-Caïcos vers la capitale de l’archipel.

Devant les informations contradictoires et les témoignages accablants des survivants, une enquête a été ouverte par les autorités britanniques en vue de déterminer les causes de la catastrophe. Les autorités des îles Turks-et-Caïcos ont réaffirmé leur volonté de faire toute la lumière sur les circonstances du naufrage, et précisé que des experts venus des Etats-Unis et d’Angleterre sont en train de réaliser une enquête.

La communauté haïtienne des îles Turks-et-Caïcos est sous le choc. Les Haïtiens et les Britanniques d’origine haïtienne sont opposés au rapatriement des cadavres avant la publication des résultats de l’enquête. Un journaliste indique que des membres de la communauté haïtienne envisagent de réaliser un mouvement de protestation si le gouvernement de l’archipel n’accède pas à leur revendication.

- {{Un autre bateau chargé d'émigrants aurait disparu depuis la fin avril.}}

Un bateau avec 137 émigrés haïtiens à bord a disparu fin avril alors qu'il se dirigeait vers les Etats-Unis, a affirmé vendredi Marc-Antoine François, député de l'île de la Tortue. "Nous sommes sans nouvelles des personnes qui avaient pris ce bateau pour tenter de se rendre aux Etats-Unis. Nous avons fait des démarches auprès des Bahamas et des Etats-Unis, nous n'avons eu aucune réponse", a déclaré à l'AFP ce parlementaire. Il a indiqué avoir créé un comité pour sensibiliser les autorités haïtiennes au sujet de cette disparition.
Interrogé par l'AFP, l'Office national de la migration haïtienne a indiqué n'avoir pas d'informations au sujet de cette disparition. A Miami, les services des garde-côtes américains ont également déclaré ne pas disposer d'informations sur la disparition d'un bateau haïtien.
Contacté par téléphone par l'AFP, un habitant de l'île de la Tortue a confirmé qu'un bateau chargé d'émigrants avait quitté l'île. "Il y a des femmes, des hommes, mais aussi des jeunes qui partent parce qu'ils n'ont aucun espoir" en Haïti, a-t-il dit, assurant connaître certains des voyageurs ayant pris le bateau."

Image: 

Pages