Accueil

NORD CARAÏBE - TRANSPORTS PUBLICS : L’OPPORTUNISME DU MAIRE DU PRECHEUR

NORD CARAÏBE - TRANSPORTS PUBLICS : L’OPPORTUNISME DU MAIRE DU PRECHEUR

   Et revoilà le maire du Prêcheur qui, du haut de sa suffisance légendaire, vient rompre sur les médias une longue période de léthargie politique !

    On le croyait plus prudent voire vacciné après ce rapport accablant de la Chambre Régionale des Comptes qui a révélé au grand jour sa gestion calamiteuse du Prêcheur, petite commune de 1.449 habitants – dotée d’un budget de 4,5 M€ - que l’édilité peine encore à sortir de l’ornière. Un comble pour un gestionnaire de lycée !

   Mais, c’était plus que fort que notre bonhomme. En l’espace d’un week-end, le départ volontaire à la retraite d’un transporteur fut l’occasion rêvée pour vilipender Alfred MARIE-JEANNE et la CTM à travers une gesticulation médiatique sans précédent. Tout y est passé. Annonce tonitruante avec porte-voix dans les rues de la commune, réunion de crise avec les maires du Nord Caraïbe et, bien sûr, la sempiternelle litanie de contre-vérités diffusée allègrement sur les réseaux sociaux et sur les radios locales. Il suffit d’écouter ses nombreux audios envoyés aux médias pour se rendre compte de l’insignifiance de la manœuvre.

  « Il n’est réplique si piquante que le mépris silencieux » disait Montaigne. Mais, de nos jours, à la vitesse de diffusion des textos, audios ou autres WhatsApp, mieux vaut ne pas laisser prospérer ce florilège de propos malveillants aussi affligeants que désobligeants.  Alors, passée l’effervescence médiatique, il convient de rappeler quelques éléments factuels :

   Non, le transport  n’est pas à l’arrêt dans le Nord Caraïbe. Près de 47 transporteurs sont actuellement en activité. Dès le 1er octobre, ils seront salariés des 2 coopératives qui ont conventionné avec MARTINIQUE-TRANSPORT et assureront la nouvelle organisation tant espérée par les usagers du NORD.  

   S’agissant de José NALLAMOUTOU, c’est un transport indépendant, sans aucune relation contractuelle avec MARTINIQUE-TRANSPORT. Il assurait, à ses risques et périls, une desserte entre Saint-Pierre et les communes du Prêcheur et du Morne Rouge de 6h30 à 13h30. Contrairement aux affirmations mensongères de M. NADEAU (écoutez l’audio), Monsieur NALLAMOUTOU n’est ni attributaire d’un quelconque marché ni délégataire de quoi que ce soit. L’autorité organisatrice unique n’ayant passé aucune délégation de service public sur le Nord Caraïbe. 

   Ne souhaitant pas intégrer la Coopérative de transporteurs et la nouvelle organisation, M. NALLAMOUTOU a décidé de faire valoir ses droits à la retraite. Il a sollicité le dispositif d’aide à cessation d’activités de la CTM, 80.000€ versés en une seule fois. Préalablement, les maires du Prêcheur et du Morne Rouge ont été informés par José NALLAMOUTOU en personne de son intention de mettre fin à ses activités. Alors pourquoi ce tohu-bohu médiatique si ce n’est que pour semer le désordre et la confusion dans les esprits ?

Un maire à la critique facile mais à la mémoire courte !

   Pourtant, le maire du Prêcheur était conseiller général de 2004 à 2015 et durant ces 12 années, il avait toute latitude pour proposer, impulser et pourquoi pas mettre en œuvre, à l’instar de MARTINIQUE-TRANSPORT, un véritable service régulier de transport sur le NORD CARAIBE répondant aux exigences d’un service public. C’était bien la compétence de l’ex-Conseil Général ? Pourquoi parler aujourd’hui de défaillance de l’autorité organisatrice et prétendre vouloir « soulager les souffrances de la population » quand on a été aussi peu efficace en 12 ans ? NADEAU c’est ton héritage calamiteux en matière de transport que MARIE-JEANNE et sa majorité gèrent aujourd’hui !

   Mais, cette mise à l’index systématique de la CTM n’est pas nouvelle. L’édilité du Prêcheur sait parfaitement que la CTM – pas plus que CAPNORD -  n’a aucune compétence en matière de transport depuis que la création MARTINIQUE-TRANSPORT, établissement public de transport qui s’est substitué de plein droit à toutes les autorités organisatrices de transport du pays.

  De même, prétendre, urbi et orbi, mettre en place un transport régulier gratuit par CAPNORD quand cet EPCI n’a ni la compétence ni les ressources financières nécessaires relève de la démagogie pure et simple. D’ailleurs, une telle initiative constituerait une voie de fait car allant à l’encontre des dispositions législatives et réglementaires en vigueur. On s’ose même pas imaginer la cascade de responsabilités pénales en cas d’accident.

   Alors NADEAU, Las di bétiz ! Tout kouyon mò Sen-piè ! Tes simagrées ridicules à l’approche des élections territoriales ne trompent personne.

 

Pages