Accueil

Où est passé le scanner à 1,2 millions d'euros acheté par le CEREGMIA grâce à une subvention européenne (FEDER) ? (1è partie)

Où est passé le scanner à 1,2 millions d'euros acheté par le CEREGMIA grâce à une subvention européenne (FEDER) ? (1è partie)

   Si nos grands journalistes martiniquais devaient être soumis à une interrogation écrite surprise, comme on en faisait au collège autrefois, c'est cette question que le maître d'école leur aurait posé. Mais, en l'occurrence, ce dernier, s'agissant des médias, n'est autre que l'opinion publique, or l'opinion publique n'existe quasiment pas en Martinique (sauf pour parler des fesses de Laetitia). Donc nos "journalistes" peuvent dormir sur leurs dos oreilles et continuer à raconter ou à écrire des salades, hormis deux ou trois que tout un chacun connaît et qu'il n'est donc point besoin de nommer.

   Le journalisme dit d'investigation__le vrai journalisme donc__est très majoritairement le fait des blogs (tenus par une seule personne) ou les sites-web (sur lesquelles écrivent diverses personnes). Sans l'Internet, les Martiniquais auraient été tenus comme autrefois dans l'ignorance des grandes questions les concernant malgré une presse écrite de grande qualité ("JUSTICE", "ANTILLA" etc.), mais qui, malheureusement, ne touche qu'un public limité. Exemple : le scandale du CREDIT MARTINIQUAIS. Quel Martiniquais moyen est capable d'expliquer en cinq ou dix minutes de quoi il s'était agi exactement ? Très peu.

   MONTRAY KREYOL (tout comme BONDAMANJAK ou FREEPAWOL) fait donc le boulot des journalistes "officiels" et cela bénévolement alors même qu'il ne bénéficie pas d'encarts publicitaires. Revenons donc à l'interrogation écrite posée au début du présent article : le sort du méga scanner à 1,2 million d'euros acheté par F. CELIMENE et le CEREGMIA afin de numériser, contre espèces sonnantes et trébuchantes, les archives de l'ex-Conseil régional (à l'époque de Serge LETCHIMY) et celles de la...Principauté de Monaco.

   Plusieurs questions se posent :

 

   . a-t-il été acquis suite à un APPEL D'OFFRES comme l'exige la loi ? Réponse : NON.

 

   . le bon de commande a-t-il été signé par le président de l'Université de l'époque ? Réponse : NON. Il l'a été, en totale illégalité, par Fred CELIMENE.

 

   . où avait-il été entreposé ? Réponse : dans les locaux du CEREGMIA (parfaitement inadaptés pour un appareil aussi coûteux et fragile).

 

   . où se trouvait son système de maintenance ? Réponse : dans les locaux du CRI-M (Centre de Ressources Informatiques-Martinique), structure chargée de tout ce qui concerne l'informatique sur le campus de Schoelcher et situé au PUR (Pôle Universitaire Régional), bâtiment blanc à un étage se trouve tout de suite après l'entrée du campus.

 

   . cette maintenance était-elle coûteuse ? Reponse : extrêmement coûteuse.

 

   . ce méga scanner a-t-il été utilisé vraiment ? Réponse : pratiquement jamais.

 

   . Le FEDER (l'EUROPE donc) a-t-elle demandé des comptes à F. CELIMENE et au CEREGMIA ? Réponse : il faut poser la question à l'OLAF (le "FBI européen").

 

   . Sur les 1,2 millions attribués par le FEDER, à peine 20% ont été utilisés pour l'achat de l'appareil, où est passé le reste de cet argent ? Réponse : il faut poser la question au SRPJ.

 

   Selon une alerte de "FRANCE-INFO", les élèves Jean-Marc PULVAR et Franck ZOZOR ayant obtenu la note de "0" (zéro) à l'ensemble de ces questions, auraient été recalés au CEPJ (Certificat d'Etudes Primaires Journalistiques).

   Mi fè, manmay !...

Pages