Accueil

PARC NATUREL : L'IRRÉSISTIBLE EFFONDREMENT D'UNE SUPERCHERIE POLITICO-SYNDICAL (2è partie)

PARC NATUREL : L'IRRÉSISTIBLE EFFONDREMENT D'UNE   SUPERCHERIE POLITICO-SYNDICAL (2è partie)

   Dans une première partie, nous avions montré que derrière le mouvement de grève ultra-minoritaire qui affecte le Parc Naturel de Martinique se cachait en réalité un complot visant à déstabiliser la majorité au pouvoir à la CTM et son président Alfred MARIE-JEANNE. Nous en avions indiqué les principaux commanditaires politiques et syndicaux, la plupart étant des revenchards du 13 décembre 2015 lorsque la coalition PPM/EPMN avait perdu les élections territoriales face au GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS qui avait recueilli 54% des suffrages.

   Voici la suite de notre article...

      B-CE MOUVEMENT A TOUJOURS ÉTÉ ULTRA-MINORITAIRE

   - Seuls 19 agents sur 149 se sont laissés entraîner dans cette manipulation.

   - Lorsque les non-grévistes sont entrés en action en faisant voler les barrages du nou pèp la/le ppm et des syndicalistes critiqués par leur propre base et leurs autres sections, les choses sont rentrées dans l'ordre car la majorité, écrasante, a décidé de mettre fin au diktat d'une extrême minorité.

      C-UN MOUVEMENT CARACTÉRISÉ PAR LA VIOLENCE DES MÉTHODES DE LUTTE MISES EN ŒUVRE

   - Campagne violente contre le président du Parc.

   - Provocations et violences aux abords de la CTM (carcasses de voitures remplies d'essence, pressions sur le personnel, agression au couteau sur un vigile, occupation de la Collectivité, blocage du Parc Naturel contre l'avis de l'écrasante majorité du personnel).

   - Dégradations de la collectivité.

   - Organisation du blocage des activités de la CTM mettant en difficulté des milliers de femmes et d'hommes déjà en situation précaire.

     D-UN REFUS DE SOLIDARITÉ DES AUTRES SYNDICATS MAIS UNE IMPLICATION FORTE DES FORCES POLITIQUES

   - PIERRE-CHARLES n'a pas été suivi par l'ensemble des sections de la CDMT qui ont montré plus que de la réserve sur cette manipulation évidente. - Les syndicats de la collectivité n'ont pas marché non plus.

   - Par contre, il y a eu une vaste coalition de maires, de partis politiques, de tous les perdants du 13 décembre 2015 pour tenter de mettre en difficulté la majorité de la CTM.

   E- LA COMPLICITÉ DE LA PRESSE

   - Franck ZOZOR n'a cessé de faire de la désinformation sur un média public, avec l'aval de sa hiérarchie qui ne l'a jamais rappelé à l'ordre. Il voyait ainsi 50 travailleurs du Parc à l'agora de la CTM là où il n'y en avait pas 15. Il a diffusé de fausses informations en permanence et donné prioritairement la parole à ceux qui pouvaient lui permettre de confirmer la supercherie de ses amis du PPM.

   - L' attitude d'une certaine journaliste d'ATV, lors du journal du soir, était de la même absence de tenue et manifestement anti-CTM.

   -Quant à RCI...

   Ainsi, plutôt que de livrer les bonnes informations à la population et de partager équitablement la parole entre les protagonistes de cette affaire, la presse a été non seulement partisane mais un acteur actif de la désinformation et de la manipulation des Martiniquais.

   Seuls quelques journalistes, ici ou là, on fait honneur à leur profession. L'intervention des non-grévistes, majoritaires et conscients de la manipulation politique, a apporté une formidable clarification de la situation. Le PPM, nou pep la (les mensonges de Marcelin NADEAU ont déçu bien des Martiniquais, certains syndicats et syndicalistes, les élus de l'opposition se sont discrédités aux yeux de l'opinion publique. Est pris qui croyait prendre...

   Qu'on le veuille ou non, c'est Alfred MARIE-JEANNE qui, curieusement, sort renforcé de cette épreuve. Il a su faire des concessions et se comporter humainement à l'égard de BRITHMER qui s'est laissé manipuler jusqu'à se faire jeter comme un vieux prétexte par la coalition PPM/nou pep la et syndicats revanchards.

   Mais on doit s'interroger sur le silence pesant et lourd de sens des Niloristes de l'assemblée qui se sont fait d'une discrétion notable dans cette épreuve difficile.

   MISERABLE COMPLOT POLITIQUE DONC dont nous continuerons à mettre à nu les tenants et aboutissants jusqu'à ce que tout se sache !...

Commentaires

delamberton | 07/12/2017 - 12:51 :
La personne la plus exposée, donc......détestée dans une collectivité, quelle qu'elle soit, est bien le directeur général des service (DGS) qui exerce entre le marteau (les élus) et l'enclume (le personnel et les......syndicats) A qui va-t'on faire croire que les agents du parc naturel se seraient mobilisés (19 sur 139, soit 13% !!!!!!!!) pour soutenir M. Brithmer ? J'ajoute que le DGS de la commune de Saint Esprit a été récemment "remercié" pour "collaboration" avec la mairie de Basse Pointe, sans que cela ne soulève aucune "remarque" du personnel et encore moins des syndicats !!!!!! De même, peux-t'on dire que M. Philippe AURORE a bénéficié du soutien du personnel du CFPA de Croix Rivail face à la mesure de déplacement d'office prise par sa hiérarchie? Alors ???????
Véyative | 07/12/2017 - 20:27 :
C'est une escroquerie en bande désorganisée: d'un côté un DGS cynique puisque de toute façon il ne restera pas sans emploi , de l'autre des grévistes naifs , et au milieu des maires qui pensaient tirer les marrons du feu! Sans oublier des dirigeants syndicaux haineux . Ma foi ça va finir en eau de boudin.