Accueil

Parc Naturel Marin quand le PPM Rodolphe Désiré s'oppose à la grande sœur socialiste Ségolène Royal

Parc Naturel Marin quand le PPM Rodolphe Désiré s'oppose à la grande sœur socialiste Ségolène Royal

   La Martinique n'a plus 1.100km2, mais bien...47.340km2. Coup de baguette magique ? Point du tout. Nous, les citoyens ordinaires avons trop pris l'habitude de ne considérer comme territoire de notre pays que sa seule partie émergée, terrestre plus précisément. Or, pourtant, beaucoup d'entre nous savent qu'il existe autour de nos côtes un espace maritime sur lequel notre pays exerce sa souveraineté et au-delà duquel commencent les "eaux internationales". Cela, le citoyen moyen le sait sans pour autant être capable de le traduire n données chiffrées.

   Ce qu'il sait rarement par contre, c'est qu'il existe autour de son pays, ce que la législation internationale appelle une "zone économique exclusive" : celle qui entoure la Martinique couvre justement 47.340km2. En général, les pays dits "sous-développés" n'ont pas les moyens de la protéger. Ainsi les chalutiers chinois ou russes exploitent en toute impunité les très poissonneuses zones économiques exclusives de la Mauritanie et du Sénégal. Et même quand les grands pays passent des accords avec les pays sous-développés, ces derniers n'ont pas les moyens non plus de vérifier que les premiers respectent bien lesdits accords.

   La Martinique, territoire français et européen "ultrapériphérique", n'avait pas jusqu'à récemment défini sa zone économique exclusive dont l'objectif principal est de protéger le littoral, les espèces marines et surtout d'appliquer la notion de développement durable aux activités marines. On sait, en effet, que tout comme les ressources terrestres, celles de la mer ne sont pas inépuisables et chacun a entendu parler dans les médias des craintes concernant la disparition du thon rouge en Méditerranée. Cette menace pèse sur quasiment toutes les espèces du monde et en particulier dans les zones tropicales particulièrement sensibles à la surexploitation.

   Soucieuse donc de protéger la Martinique si chère à son cœur (elle a étudié au Couvent de Cluny et ensuite a fait son stage ENA à la Préfecture de Fort-de-France), Mme Ségolène ROYAL, ministre socialiste du gouvernement socialiste de François HOLLANDE, a donc décidé, il y a quelques années de cela, de faire ouvrir une enquête sur la possibilité de créer une zone économique exclusive autour de l'île aux fleurs.  Des commissaires-enquêteurs ont donc été dépêchés chez nous et ont interrogé marins-pêcheurs, élus politiques, populations côtières etc. Puis, ils ont rendu en grande pompes leur rapport final qui était positif et Mme ROYAL de créer la zone en question, chose qui relève du domaine régalien de l'Etat français et pas des collectivités locales. Final de compte, la zone économique exclusive de la Martinique, forte de ses 47.340km2, est publiée au "Journal Officiel" de la République française.

   Or, ne voilà-t-il pas qu'aujourd'hui, ça rue dans les brancards sur nos modestes 1.100Km2 ?

   Et ki moun ka vréyé pié ? Certains marins-pêcheurs, mais aussi et surtout Rodolphe DESIRE, maire PPM de la bien nommée commune côtière du Marin. Pour ceux qui l'ignoreraient, le PPM a toujours été le grand ami ou plus exactement le petit frère du Parti Socialiste français. Cela depuis des lustres et des lustres et notamment depuis que François MITTERAND accéda à la présidence de la République française en 1981 et qu'Aimé CESAIRE, à l'époque député-maire de Fort-de-France, décréta le fameux "Moratoire". Grand mot qui signifie simplement une pause, un arrêt dans la revendication autonomiste portée par le PPM. Ce grand amour PPM/PS n'a jamais été pris en défaut ! Pour preuve : Serge LETCHIMY, député PPM de la circonscription de Fort-de-France, siège présentement dans les rangs du groupe socialiste de l'Assemblée nationale tout décimé qu'ait été ce groupe après les élections de juin dernier.

   Tout cela pour dire que Rodolphe DESIRE, S. LETCHIMY et le PPM avaient tout à fait la possibilité d'intervenir auprès de leur grande amie Ségolène ROYAL, ministre de l'écologie, pour empêcher la création de cette zone économique exclusive qu'ils dénoncent à cors et à cris aujourd'hui. Car l'enquête préliminaire ne s'est pas faite en deux jours ! Elle ne s'est pas faite en catimini ! Elle n'a pas ignoré les élus politiques des communes qui seraient les premières impactées par cette décision. Et le jour où Mme ROYAL est venue officialiser la chose en Martinique, on n'a entendu aucune protestation du PPM et il n'y a eu aucune manif contre l'événement.

   Selon le quotidien FRANCE-ANTILLES, M. Rodolphe DESIRE "n'hésite pas à parler de scandale". N'importe quoi ! Celui-ci craindrait que toutes les décisions concernant le littoral martiniquais soient désormais prises par des experts venus de l'Hexagone au détriment des collectivités locales. Ouais...Sauf que si on fait un parallèle avec la terre, on se rend vite compte qu'à l'époque où c'état l'Etat (par le biais de la DDE) qui accordait les permis de construire, nos terres agricoles étaient cent fois mieux protégées qu'à partir du moment où l'on a placé cette arme de destruction massive entre les mains des maires.C'est triste à constater, mais c'est la stricte vérité ! De nos jours, c'est carrément massacre à la tronçonneuse s'agissant de notre foncier agricole. Tout ça pour dire qu'il n'y a aucune raison de faire confiance à nos collectivités s'agissant de notre "foncier" maritime, si l'on peut dire.

   Le Parc Naturel Marin fait partie des deux ou trois rares bonnes choses que les Socialistes ont réalisées à la Martinique et quand des élus du PPM, petit frère du Parti Socialiste Français, viennent maintenant protester ou s'insurger, ils ne font qu'étaler un comportement dont ils sont coutumier : leur mauvaise foi...