Accueil

PARC NATUREL : QUAND F.M. DEMOLISSAIT LA STELE INAUGURALE APPOSEE PAR LISE N'GUELA

PARC NATUREL : QUAND F.M. DEMOLISSAIT LA STELE INAUGURALE APPOSEE PAR LISE N'GUELA

Septembre 2009. Mandature d’Alfred Marie-Jeanne. Inauguration du Domaine d’Emeraude, petit joyau sur la route de la Trace niché aux pieds des Pitons, conçu et réalisé par l’équipe de Lise N’Guela. Sur la photo souvenir on y reconnaît, pelle en mains, Jenny Dulys, Maire du Morne Rouge, Monsieur le DIREN représentant du Préfet, Alfred Marie-Jeanne, Président de la Région Martinique ainsi que Lise N’Guela, Présidente du Parc Naturel.

amj.emeraude.jpg

21 mars 2010. Elections régionales – Victoire de la liste conduite par le Président du PPM. En préparation d’une seconde inauguration du domaine d’émeraude (sic) par le Président PPM du Parc , la stèle inaugurale a été démolie et l’arbre planté à l’entrée du site (voir PHOTO) arraché. Ni vu, ni connu ! Un vrai travail d’orfèvre digne des « héritiers de ses fonctionnaires allant travailler au Congo Belge sous le funeste règne de Léopold II Roi des Belges ». Le préposé aux basses besognes est un certain F.M., agent du Parc Naturel de Martinique. 

 

Août 2017. Avec la bande des quatre, F.M. s’active bruyamment sur le terrain médiatico-syndicalo-politique pour tenter de déstabiliser l’actuel Président du Parc Naturel allant même à « exiger » dans un tract syndical injurieux son avancement de grade. Décision qui relève du pouvoir discrétionnaire de l’autorité territoriale et ce, conformément à la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoire. Une exigence personnelle pour F.M., et pour lui tout seul ! Curieusement, notre quarteron d’activistes bloque durant des mois une délibération du Conseil syndical du Parc en date du 30 mars 2017 visant à l’obtention… d’une prime pour l’ensemble des agents de catégorie C. Incroyable mais vrai ! C’est à croire que la « Profitation », tant décriée en février 2009, semble avoir changé de camp…

 

Mais l’histoire de la stèle démolie et de l’arbre arraché ne nous dit pas si F.M. et la bande des quatre oseront porter plainte pour diffamation. Dès lors, à charge pour eux de choisir leur juridiction. Tribunaux Belges ou Congolais ? A moins qu’ils aient recours à la bonne vieille justice française, tant appréciée en pareille circonstance mais qualifiée de « justice coloniale » au détour d’une décision défavorable.  Mi bab !

 

Jean-Laurent ALCIDE