Accueil

Pérou : le Pape François dénonce la corruption comme "un virus social" en Amérique latine

Pérou : le Pape François dénonce la corruption comme "un virus social" en Amérique latine

   Au cours d'une visite de quatre jours dans ce pays andin qu'est le Pérou, le Pape François (d'origine argentine), a dénoncé la corruption comme étant "un virus social" qui mine les sociétés sud-américaines et est l'une des premières causes des souffrances des populations les plus pauvres. 

   Dommage qu'il n'ait pas fait un petit tour à la Martinique car nous aurions besoin de ses fortes paroles dans une île où la magouille, le passe-droit, les trafics de toutes sortes, le népotisme et le clientélisme sont devenus la règle sans que l'Etat français s'occupe de l'endiguer vraiment. Seuls les petits délinquants, les voleurs de mobylettes, les petits vendeurs de cannabis etc. sont réprimés tandis que les voyous en col blanc, les mafieux comme deux du CEREGMIA se la coulent douce, se permettant même d'adresser des menaces aux honnêtes citoyens.

   Nul doute que tous les hypocrites qui se pressent à la messe du dimanche, surtout certains messieurs aux pratiques douteuses de notoriété publique et qui jouent au petits saints, se permettant même de communier (sans se confesser, on espère), se seraient empressés de venir accueillir le Souverain Pontife. On dira qu'en Sicile, les mafieux sont aussi de fervents catholiques. Certes, mais au moins ne sont-ils pas en même temps franc-maçons ! Car en Martinique, pays où la réalité dépasse la fiction (et même l'affliction), les corrompus bouffent à tous les râteliers, certains pouvant être tout à la fois athées et franc-maçons, catholiques et protestants, pro-békés et autonomistes, fans du PSG et indépendantistes etc..

   Bref, c'est le règne du Grand N'importe Quoi dans une île qui a perdu tout repère...

Pages