Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

PETROLE, MANŒUVRES ET DROIT A LA VIE

Par Thierry Ichelmann

Dans le contexte actuel dans lequel nous nous trouvons, en France, dans le monde, et que certains veulent transférer chez nous ici, il me semble particulièrement important que d'autres voix s'élèvent, que des éléments de lecture différents soient donnés au plus grand nombre, en particulier à notre jeunesse. Cette proposition se veut aller dans ce sens.

Je vous remercie pour l’attention que vous voudrez bien lui accorder.

Et je vous remercie également de la partager autour de vous, si vous estimez qu’elle peut contribuer à la réflexion, au débat… et à un positionnement différent.

Bien à vous.

Thierry Ichelmann

L’importance du pétrole dans le fonctionnement des économies modernes a toujours façonné la géopolitique mondiale. La mainmise et le contrôle de cette ressource est à l’origine de très nombreux conflits, souvent régionaux, guidés, organisés et orientés en général par les puissances occidentales, très dépendantes de cette ressource. 

La succession de conflits armés et leurs conséquences directes au Proche-Orient répondent à cette logique :

-          1ère guerre du golfe, Guerre Iran-Irak (1980 – 1988),

-          2ième guerre du golfe, Guerre contre l’Irak, suite à l’invasion du Koweït (1990 – 1991),

-          Embargo total sur l’Irak à partir de 1991, avec le fameux « Pétrole contre nourriture »,

-          La 3ième guerre du golfe, commencée avec l’invasion de l’Afghanistan en 2001, suite aux évènements du 11 septembre 2001, et

-          Une nouvelle guerre contre l’Irak en 2003,

pour ne s’en tenir qu’à cela !

S’en sont suivis le départ des américains d’Irak en 2011, et le développement de « l’EI » ou « DAESH », combiné en particulier avec les évènements de Syrie, consécutifs au « Printemps arabe ».

A la volonté de contrôle des réserves mondiales par les occidentaux a toujours répondu la résistance des peuples. Cependant, la nature des conflits a radicalement changé à partir de 1991, avec les interventions « directes » et très médiatisées pour le contrôle du pétrole, et cela s’est amplifié depuis 2001, après la nature des propos tenus par Monsieur Georges Walker Bush (Georges W Bush) après les évènements du 11 septembre 2001, et après la guerre en Afghanistan en 2001 et en Irak en 2003.

Pour mémoire, rappelons que George W Bush, président des Etats-Unis d’Amérique au moment de la « 3ième guerre du golfe » en 2001, est le fils de George Herbert Walker Bush (Georges H W Bush), alors président des Etats-Unis d’Amérique au moment de la « 2ième guerre du golfe » en 1991.

Les évènements que nous vivons aujourd’hui sont des conséquences directes de cette trajectoire.

Ainsi, accueillons-nous avec la plus grande prudence les propos actuels de Monsieur François Hollande, après les évènements du vendredi 13 novembre 2015, et ses conséquences prévisibles, parce qu’ils ressemblent mot pour mot, à ceux tenus par GW Bush en 2001, avec les conséquences que nous connaissons, et que nous vivons aujourd’hui. Et nous savons qu’en général, des causes identiques produisent des effets identiques.

Oui, la nation française est touchée !

Oui, nous devons tous être solidaires !

Oui, la France doit réagir !

Oui, le président de la République doit réagir !

Par ailleurs, on imaginerait mal une réaction différente de Mr Hollande, de celle à laquelle nous assistons actuellement, puisque nous sommes à la veille d’élections régionales et à l’avant-veille de l’élection présidentielle, avec une Madame Le Pen qui a tellement le vent en poupe, que Monsieur Hollande ne peut s’autoriser une posture qui pourrait de nouveau être assimilée à de la faiblesse.

Le courage politique, est-il de réagir comme nous le commande l’adversaire extérieur,

et de la manière attendue par l’adversaire intérieur principal ?

Le courage politique n’est-il pas plutôt d’accepter de prendre du recul, d’oser regarder une situation à travers le regard de l’autre, d’admettre l’idée que ce qui pour nous semble fondamental, devrait au moins être toléré pour l’autre ?

 

 

Des positionnements « guerriers » des trois derniers présidents français, quel est le plus courageux, lequel a le plus d’impact positif aujourd’hui dans la conscience collective française ou mondiale, entre

-          La non-intervention en Irak de Monsieur Jacques Chirac en 2003,

-          L’intervention en Lybie de Monsieur Nicolas Sarkozy  en 2011

-          L’intervention au Mali de Monsieur François Hollande  en 2013, par exemple ?

Le monde a besoin de paix !  le monde a besoin de solidarité !

Cela ne pourra se faire sans courage, ni audace.

 

Nous n’avons de leçon à donner à personne.

Nous n’avons pas à dire à un président ce qu’il doit faire ou pas (quel qu’il soit d’ailleurs !).

Par contre, nous invitons l’opinion publique à ne pas accepter n’importe quoi, à ne pas cautionner n’importe quoi, à ne pas se faire complice de n’importe quoi.

Une loi universelle, un moyen « simple » de limiter les conflits, est d’essayer de se mettre à la place de l’autre, pour comprendre ce qu’il vit et ce qu’il « voit ». C’est le seul moyen  de changer notre regard sur la situation.

Peut-on comprendre qu’un jeune irakien d’aujourd’hui, ayant entre 15 et 22 ans, n’a connu sur son territoire que bombes, embargo meurtrier (bien plus encore que la guerre qui l’a précédé) et destruction de son pays, de ses infrastructures, de son appareil politique, et diabolisation de sa culture, tout cela par « les occidentaux » ?

Peut-on imaginer sa lecture des évènements ? Peut-on imaginer le monde dans lequel un tel jeune peut se projeter ?

 

Pour notre part, nous à la Martinique, nous sommes issus d’une Histoire qui ne nous autorise pas n’importe quoi !

Notre solidarité avec la nation française ne peut nous priver d’un positionnement objectif et réfléchi.

Nous sommes de la nation d’Aimé Césaire, qui a permis aux opprimés du monde entier de reprendre confiance en eux, de se dresser, et de ne pas accepter de se laisser inférioriser, déshumaniser par qui que ce soit, au nom de quoi que ce soit, et d’admettre définitivement que la fin ne peut en aucun cas justifier n’importe quel moyen !

Nous sommes de la nation de Frantz Fanon, qui a permis à tous les opprimés de la terre, de comprendre qu’ils sont tous frères, et que leur condition d’opprimé fait d’eux de nécessaires combattants de la liberté, pour tous, passant d’abord par l’engagement solidaire. Que la cause d’un opprimé est la cause de tout opprimé.

Nous sommes de la nation de tous ceux qui se sont engagés, qui ont pris fait et cause pour la cause algérienne (Marcel Manville, Guy Cabort Masson, Daniel Boukman, …). Nous sommes des nations qui ont toujours soutenu la cause du peuple palestinien.

Nous assumons notre identité plurielle, et à ce titre, nous refusons de nous laisser imposer un angle unique de lecture.

*      les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droit !

*      Chaque être humain a droit à la vie !

*      La fraternité nécessite l’ouverture, le respect et l’empathie !

*      L’Ethique concerne tous, et chacun !

 

Nous finirons avec une citation :              « Le seul remède contre la peste, est l’honnêteté ». Albert Camus, 1947.

 

Thierry Ichelmann

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages