Accueil

Pour en finir avec cette histoire de "local"...

Pour en finir avec cette histoire de "local"...

   Avec le mot "ti" (en créole) ou "petit" (en français), le mot "local" est l'un des plus utilisés dans le langage martiniquais quel que soit l'idiome utilisé, ce qui dénote une bien curieuse forme de pensée. En effet, de "ba mwen di'w an ti bagay" à "J'ai une petite chose à faire ce matin" (le plus souvent "tite chose" d'ailleurs), le locuteur martiniquais semble se complaire dans la petitesse au sens premier du terme soit dit (puisqu'au sens second, "petitesse" signifie "bassesse"). Tout est "ti" ou "petit" dans sa bouche ! Est-ce dû à la taille de son pays ? CESAIRE n'a-t-il pas parlé, en effet, de "plus petit canton de l'univers" ? Est-ce qu'on lui a inculqué l'idée qu'il est un petit homme, un sous-homme ? Est-ce simplement un adjectif affectueux ? Ou alors est-ce un banal tic de langage apparu à un moment donné et qui s'est fossilisé dans le langage ?

   Votons, pour l'instant, en faveur de l'adjectif affectueux faute d'analyses approfondies sur le sujet par nos linguistes, anthropologues, sociologues et autres psychologues !

   Par contre, feu sur le terme "local" ! Ce terme vient de "lieu", mais bon dieu de bon sang, chaque lieu porte un nom, chaque lieu est porteur d'une histoire, chaque lieu a construit une identité. Or, en utilisant à tout bout de champ le terme "local", on en vient à occulter le nom du lieu, à effacer son histoire et à nier son identité. Il ne s'agit pas là de culpabiliser le Martiniquais moyen, mais de pointer du doigt les têtes pensantes, les personnalités, les gens en vue, les journalistes, les politiques et tous ceux qui parlent (haut et fort) au nom de la masse. C'est quoi cette histoire de "cuisine locale" que l'on lit dans les journaux ou les réseaux sociaux ou que l'on entend à la radio ou à la télé ? Donc si l'on comprend bien, il existe la "cuisine bourguignonne", la "cuisine chinoise", la "cuisine mexicaine", la "cuisine indienne" etc..., mais en Martinique, nous avons une cuisine..."locale". Non, messieurs-dames, appelez-là comme vous voulez, mais appelez-la : "cuisine créole", "cuisine martiniquaise", "cuisine antillaise", "cuisine caribéenne". On se fiche complètement de l'adjectif que vous choisirez, mais de grâce choisissez-en un !

   Quant à "culture locale", alors là, c'est le pompon ! Ces temps-ci, suite à la condamnation d'une chaîne de télé "locale" (interdit de rire !) coupable, selon la justice, d'avoir diffusé une chanson tournant en dérision la pratique de l'anglais d'un chauffeur de taxi, on voit toutes sortes de gens de la culture monter au créneau pour défendre la culture..."locale" !!! Arrêtez de nous gonfler avec cette expression débile, messieurs-dames ! En Martinique, il existe une culture martiniquaise, une culture créole, une culture antillaise, une culture caribéenne, une culture afro-caribéenne, tout ce que vous voulez. Vous avez le choix !

   Mé sispann ba nou gaz épi zafè "lokal" zot la !...

Pages