Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

"PROJET H" OU LA MAGIE-MAHARAKI

Raphaël CONFIANT
"PROJET H" OU LA MAGIE-MAHARAKI

   Après deux mois et demi de confinement, retrouver les salles obscures est, paradoxalement, revenir à la normalité, à une certaine forme de normalité en tout cas.

   C'est ce à quoi la réalisatrice martiniquaise MAHARAKI avait convié une cinquantaine de privilégiés (mesures-barrière obligent !) à la salle Frantz FANON de l'Atrium ce jeudi 25 juin. Le court-métrage présenté, "PROJET H", vous plonge dès les premières minutes dans la magie du cinéma, ce qui est sans doute un cliché, mais qui dans le cas présent, ne l'est pas du tout. On est tout de suite happé par les filets de la magie-MAHARAKI et par le jeu des acteurs (Valère EGOUY, Colette CESAIRE, Jean-Claude DUVERGER et Elie PENNONT). 

    Ici, "magie" signifie tout simplement qu'on y croit.

    On croit à cette réunion de hauts responsables haïtiens qui, incrédules, entendent le haut commandant de l'armée, leur faire la proposition suivante : déclarer la guerre aux Etats-Unis. Rien que ça ! Et dans quel but, s'il vous plaît ? Eh bien, dans celui de pouvoir reconstruire le pays ! En bonne logique, le spectateur est en droit de se dire qu'il s'agit d'une blague, d'une mauvaise blague même, et de décrocher. Or, pas du tout ! Il y croit et c'est cela la magie-MAHARAKI. Il écoute le chef militaire égrener la liste des pays que les Etats-Unis ont envahi et reconstruit. Ou plus exactement : ont été contraints de reconstruire. Grenade, Liban, Saint-Domingue, Irak etc...

    Le jeu des acteurs est si criant de vérité qu'à l'instant où, à la toute fin de ce court-métrage de cinq minutes, on découvre la vérité (qu'on ne révélera pas), la stupéfaction du spectateur est totale. Il y a aussi tout l'art de MAHARAKI, sa façon de mettre en gros plan des visages au bon moment ou de les placer dans une semi-pénombre. Il y a un rythme qui n'appartient qu'à elle et qui donne l'illusion qu'on vient d'assister à un...long-métrage. Quinze minutes de ravissement, d'étonnement et de fierté pour la Martinique.

   Quand on sait qu'"PROJET H" a été tourné en une nuit (de 14h à 4h du matin), sans aucun moyen financier, grâce à l'esprit du "koudmen" encore si présent dans notre culture créole bien que cette dernière soit malmenée par la mondialisation galopante, quand on mesure le travail des cameramen, des preneurs de son et de la monteuse, on comprend à quel point le cinéma est une activité collective. En effet, nous, téléspectateurs ordinaires, ne retenons guère que les noms des acteurs principaux et du réalisateur du film que l'on vient de voir et nous jetons un oeil distrait au générique de fin qui liste toutes celles et tous ceux qui ont contribué à sa réalisation. Un court-métrage permet de mettre mieux en valeur ces derniers et ce n'est que justice.

   Une chose est sûre : nous disposons en Martinique de tout le personnel technique permettant de réaliser toutes sortes de films quel qu'en soit le format et des films de qualité. Il est donc regrettable que nos collectivités ne soutiennent pas davantage notre cinéma qui, comme l'a dit MAHARAKI dans le débat qui a suivi la projection, est "notre miroir". Financer des séries réalisées par des non-Martiniquais n'est pas condamnable en soit, ce qui l'est, par contre, c'est que lorsque celles-ci tournent chez nous, elles puisent rarement dans ce gisement de compétences.

    Mais, et cela a été également souligné au cours du débat qui a suivi "PROJET H", il y a aussi le secteur privé, les mécènes, qui peuvent, eux aussi, apporter leur pierre à la consolidation d'une activité cinématographique martiniquaise. Si la musique, la peinture ou le sport bénéficient depuis longtemps de leur aide, le cinéma, lui, fait figure de parent pauvre alors même que nous disposons de réalisateurs, d'acteurs et de techniciens de talent. MAHARAKI n'en est pas à son coup d'essai. Elle est internationalement connue et ses films précédents ont été présentés dans une trentaine de pays à travers le monde où ils ont récolté des prix. "PROJET H" est d'ailleurs d'ores et déjà programmé dans des festivals en France, aux Etats-Unis, en Iran, au Japon etc...

   Le rêve de MAHARAKI est de produire un long-métrage, une comédie romantique créole, déjà écrite par elle, déjà prête à être tournée, mais qui ne peut encore voir le jour car faire du cinéma coûte cher. Ce film nécessiterait la somme de 2 millions d'euros, mais seulement 500.000 seraient nécessaires pour trouver un producteur. Autant dire presque rien quand on voit les sommes qui sont dépensées ici et là pour des manifestations certes populaires, mais éphémères. Un film, lui, laisse une trace. Indélébile. Une "trace" au sens où l'entend Edouard GLISSANT, c'est-à-dire la marque tout à la fois de notre trajectoire historique et l'empreinte de notre identité plurielle.

    Reste à espérer que le projet de MAHARAKI ne demeurera pas un simple rêve. Il faut l'espérer pour elle, pour son talent, mais aussi pour la Martinique.

Image: 

Pages