Accueil

Quand des "jeunes" voulaient évincer Claude LISE...

Quand des "jeunes" voulaient évincer Claude LISE...

   Dans ce petit pays, il semblerait que beaucoup de gens soient frappés d'amnésie permanente. "Neg pa ni mémwè" déclare abruptement la langue créole. Mais si au moins ils acceptaient de lire, cela comblerait quelque peu leurs trous de mémoire. A moins que lesdits trous ne soient volontaires. Tou sa pé adan'y tou ! ajouterait le créole.

   C'est ainsi qu'il semblerait qu'en ce presque début de nouvelle année, tout le monde ait oublié, à commencer par le principal intéressé, que durant toute l'année 2015, avant donc les premières élections territoriales de décembre de cette même année, des élus se prétendant "jeunes" (quoique pour la plupart quinquagénaires) avaient tenté de jeter aux oubliettes les deux "vieux" à leurs yeux qu'étaient Alfred MARIE-JEANNE et Claude LISE. Un groupe informel s'était même formé pour l'occasion qui s'était baptisé du nom pour le moins pompeux de "G20". Devant la résistance farouche de MARIE-JEANNE, ils avaient été obligés de faire machine arrière et un élu du Nord-Atlantique bien connu avait mis un nouveau deal sur la table : "Je marche avec vous, mais je ne veux pas de Claude LISE !". Cet élu disposant d'un poids électoral non négligeable, il savait que son offre ne pouvait être rejetée d'un revers de main.

   C'EST POURTANT CE QUE FIT ALFRED MARIE-JEANNE !

   CHABEN imposa la présence du président du RDM contre vents et marées, y compris à certains de ses proches et aux autres parties de la coalition qu'il était en train de constituer et qui deviendrait le fameux GRAN SANBLE. Jusqu'à l'ultime minute, jusqu'à la veille du dépôt de la liste du GRAN SANBLE en préfecture, certains firent le siège du président du MIM pour le faire revenir sur sa position, arguant du poids électoral de l'élu du nord en question. CHABEN ne voulut rien savoir ! Et le résultat très moyen du premier tour sembla donner raison aux anti-LISE, mais c'était sans compter sur le sens politique extraordinaire du président du MIM qui transforma, grâce à une alliance avec la Droite, une défaite annoncée au premier tour en victoire éclatante au second avec 54% des suffrages.

   Alfred MARIE-JEANNE a donc permis à Claude LISE de revenir dans le jeu politique et cela au plus haut niveau alors qu'après le départ de ce dernier du PPM, le nouveau parti qu'il avait créé, le RDM, peinait à exister (on en a d'ailleurs vu les scores lors des dernières élections législatives). Il ne faudrait pas donc qu'aujourd'hui, le président de l'assemblée de la CTM ait la mémoire courte et qu'il aille trop loin dans ses réactions s'agissant des propos (certes un peu excessifs) tenus à son encontre sur RLDM par le président du conseil exécutif de la CTM. Il faut surtout qu'il veille à ce que ses prises de positions ne favorisent pas objectivement tous ceux et toutes celles qui durant l'année 2015 se sont battus comme des beaux diables pour qu'il ne figure pas sur la liste du GRAN SANBLE.

   Tout ce qui s'est passé au plan politique en 2015 et plus spécifiquement autour de la constitution du GRAN SANBLE, puis du GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS, tous les débats, tractations etc... sont contenus dans un ouvrage co-écrit par Louis BOUTRIN et Raphaël CONFIANT publié en janvier 2016 chez Caraïbéditions : "DECEMBRE 2015. UNE NOUVELLE PAGE DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE". Sans doute que les militants du RDM ne l'ont-ils pas lu. A défaut de l'acheter en librairie, il est bon qu'ils sachent qu'ils peuvent l'emprunter gratuitement à la bibliothèque Schœlcher...

Pages